Sujets


Lucrarea bisericii: slava Noului Ierusalim

Oh, garde-toi dans le ciel avec ta présence devant Moi, Mon peuple, car sur la terre, pas de repos, mais il faut la sanctifier avec Ma parole qui vient et vient, et Je Me réjouis quand Je te vois travaillant pour la beauté toujours plus grande de Mes lieux avec toi, et quand Je vois comment tu te donnes la peine pour orner avec plus de gloire la terre que Je t’ai donné afin de la sanctifier pour ton Seigneur et pour toi avec Lui sur la terre maintenant à la fin du temps.

Voilà, Je bénis d’en haut et d’en bas tout ton travail pour Moi, tout ton amour, avec lequel tu dois tout travailler devant Moi, pour Ma gloire tout travailler, car toi, Mon fils, tu es peuple qui attend le Seigneur, qui Le reçoit, et tu offres compagnie avec toi au Seigneur, et jours de fête, et demeure avec toi sur la terre, car Je viens avec les saints chez toi, et tu M’héberge Moi et eux au milieu de toi.


***

C’est dimanche, oh, les fils, et c’est Mon conseil pour vous. Oh, levez vous bien pour travaillez Mon œuvre, car Je prononce sur vous maintenant grande bénédiction pour encore dix années de livre de Ma parole, et que Nous devons élever maintenant de Nos mains vers le Père, et ensuite le partager, les fils. Après quarante ans depuis la fondation de Ma parole sur le foyer du peuple roumain, par Ma trompette Virginie, J’ai élevé Mon premier livre, dans lequel J’ai mis beaucoup de paroles de Ma bouche, recueillies le long du temps pour qu’elles restent écrites et qu’elles témoignent dans l’avenir que le Seigneur a parlé et qu’Il parle au-dessus de la terre, et qu’Il a une bergerie bâtie pour Lui, un peuple chez qu’Il descend avec Sa parole lorsqu’Il parle du ciel sur la terre, et c’est ainsi qu’en 1995 après quarante ans de parole sur la terre roumaine, J’ai élevé vers le Père le premier livre, beaucoup de parole prise de Mon grand discours durant les quarante ans. Après encore dix années passées, les fils, J‘ai extrait avec vous plus de paroles de cette fontaine vivante, et Nous avons bâti avec elle un grand livre que Nous avons levé vers le haut, vers le Père, car Nous avons beaucoup extrait de Ma rivière de parole et Nous l’avons annoncé au-dessus de la terre, et maintenant, s’ils sont passés encore dix ans, Nous levons encore un livre, et Nous y écrivons, en continuant l’œuvre jusqu’aujourd’hui, les fils, et les livres de Ma parole travaillent sur la terre, car elle marche Ma parole, elle va sur la voie que l’homme emploie aussi, et elle le rencontre, et personne ne pourra dire qu’il n’a pas su, qu’il ne sait pas du Seigneur, Celui Qui parle du ciel sur la terre au milieu du peuple roumain, et le prophète Daniel a parlé dès son temps de ce livre de Ma parole, et il a dit que qu’il y auront beaucoup de ceux qui l’étudieront minutieusement et la connaissance augmentera dans la raison de l’homme, et beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se lèveront et entendront la parole de Mon livre, et ils entendront la voix du Fils de Dieu, tel qu’il est écrit, et le peuple fidèle sera sauvé, à savoir, quiconque sera trouvé écrit dans ce livre.


***

Oh, vous avez introduit le ciel sous la tente blanche chez vous, les fils, et il y est entré, il s’y est montré dans manière où vous avez orné à la vue, gloire de ciel et de nuages porteurs, en haut, dans l’air d’au-dessous de la tente blanche. Tout est comme une vision venue de vous vers Nous, ceux du ciel, les fils.

Oh, merveilleux enfants, oh, combien Je vous aime! Je ne devrais pas vous dire cela, mais les mots M’échappent, fils sans repos en préparant de la gloire céleste, car vous travaillez comme des enfants folâtres, pour montrer la présence du ciel, pour lui construire belle image sous la coupole sous laquelle Nous, ceux du ciel, avec ceux de la terre venus ici dans les fêtes, Nous Nous consolons avec vous de la gloire que vous Nous préparez chaque fois, puisque Mon esprit meut votre cœur et raison et amour, et ils viennent les chrétiens de tout le pays pour voire Ma gloire avec vous, et leur cœur se remplit de frémissement saint ici avec vous, les fils. Oh, vous ne savez pas comment faire pour plus Nous réjouir, Nous consoler, Nous ceux du ciel, et aussi ceux qui croient à Ma venue en parole chez vous, et Me consoler Moi, Celui si dépourvu d’amour venu de l’homme, les fils.


***

Oh dans le monde tout est souillé, il y a de la souillure du péché partout, il y a l’enfer partout, et dans toutes les maisons où Je n’ai pas de place avec l’homme, du moment qu’il a tellement grandi l’homme, qui ne désire pas le Seigneur, les fils. Oh, il est laid partout pour Moi dans le monde, mais chez vous c’est beau, si beau pour Dieu, les fils, et il sera toujours plus beau chez vous, car c’est à cette beauté que vous travaillez et vous vous fatiguez en travaillant, toujours, toujours en travaillant et enjolivant, et Moi, le Seigneur, Je vous loue devant ceux du ciel et Je Me réjouis de vous. Même quand vous êtes tristes et trop tristes et éprouvés par des douleurs et des difficultés de toutes sortes qui viennent, même alors chez vous tout est beau, car la douleur- même est aussi très belle pour ceux qui connaissent son prix, et tout le ciel aime se tenir auprès de vous et vous consoler, vous protéger, et fortifier le pouvoir de la cité, de Ma cité avec vous, les fils. Je vous ai vous comme un nid avec des petits dedans, et Je vous nourris de Ma bouche, comme l’oiseau qui nourrit ses petits et prend soin d’eux, veillant attentivement de peur qu’un des petits ne tombe pas du nid, de peur que cela ne Me fasse pas mal ensuite, les fils.


***

Oh, sans amour il n’y pas de soumission, il n’y en a pas, les fils. C’est ma fête avec vous, et avec ceux du ciel chez vous. Paix à vous! Oh, que de consolation de Nous pour vous, et de vous pour Nous! Y a-t-il encore sur la terre un autre lieu tellement beau que chez vous ici? Oh, quelle beauté, quelle beauté! Vous avez étendu le bleu du ciel sous la tente de la rencontre, et vous y avez placé de petits nuages. On dirait que toutes les choses ont de la vie, toutes ont de la consolation et qu’elles parlent toutes. Oh, paix à vous! Ma grâce éclot comme une fleur quand elle fleurit, et elle vous partage de son parfum. Nous Nous tenons dans l’air ici, et c’est seulement de la consolation que Nous vous offrons. Oh, les fils, apprenez l’œuvre de la soumission. Elle est le comble de l’amour, elle est du ciel.

Oh, je vais vous dire quelque chose. Le Seigneur peut Se tenir face à face avec un instant qui est passé où qui doit venir, qui vient en venant. Il peut l’amener devant Lui et s’y placé avec Son œuvre, avec Son regard, avec Sa parole, mais l’homme ne peut pas cela, puisque c’est au Seigneur de les faire, car c’est Dieu Qui a fait tous les siècles avant qu’ils existent.


***

Oh, Fils bien-aimé, donne leur Ta venue, car ils Te la donnent et la mettent devant Toi. Ce n’est pas seulement avec le souvenir qu’ils Te l’amènent, mais en fait, Seigneur, et c’est un grand mystère cela entre Toi et eux, car Tu viens toujours chez eux avec Ta venue, et il y en a d’autres qui T’attendent de venir, Fils mystérieux. Oh, combien peu Te comprennent les hommes, Seigneur, car Tu es Celui mystérieux.


***

Oh, en ce jour de fête sainte de l’assemblée des anges avec leurs chefs en tête, Moi, le Seigneur, J’embrasse en parole ceux qui M’ont préparé sur la terre ce jour de fête et Je dis:

Paix à vous, fils comblés de fatigue! Vous avez peiné pour préparer ce festin et vous l’avez mis devant Moi et devant ceux qui s’assemblent à la source dans les fêtes saintes ici, avec Moi et avec vous. Oh, J’enlève maintenant de vos épaules la peine pour cette préparation et Je mets face à face avec vous Ma joie, celle venue de vous. Vous avez élevé ici à la vue la perle que Nous scellons maintenant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, la croix et la fontaine, l’une près de l’autre, et Nous leur donnons grand nom pour le bien de tous: la Croix et le Fontaine de la Sainte Trinité. Oh, paix à vous pour ce grand travail, et voilà aujourd’hui Nous scellons d’en haut et d’en bas cette œuvre sainte.

On bénit et on sanctifie ce nouvel établissement, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen. De l’huile pour l’onction comme à tout baptême, du basilique et de l’eau bénite pour marquer avec de la sainteté et avec le nom du Seigneur toute les nouvelles constructions qui dorénavant se présenteront devant les hommes comme des signes célestes, vision qui leur parle de Dieu, en les exhortant au désir saint envers le ciel et envers toutes les choses du ciel sur la terre avec les hommes.

Oh, vous vous reposez en travaillant, les fils, et voilà, vous avez de nouveau beaucoup travaillé et vous vous êtes reposés dans la joie avec laquelle vous avez travaillé encore et encore pour Ma gloire, car c’est à Ma gloire que vous faites place sur la terre lorsque vous travaillez de Moi, et à Ma parole vous faites naître les signes qui témoignent de Mon travail avec vous entre les hommes, les fils. Et maintenant paix à vous, car voilà le jour où nous scellons les jours de fatigue pour qu’elle se montre cette parole.


***

Oh, voilà grande fête pour toi, Ma mère, et les fils qui veillent la voie de Ma venue en parole sur la terre, ils ont préparé festin doux, et les tables sont mises pour ceux qui viennent menés par le désir saint, et Je regarde le parcours du jour, Ma mère, et Je vois la consolation que Nous aurons et la beauté de la grâce qui s’installe, et voilà la grandeur des troupes de saints rangés dans les airs d’ici, car elle est tellement grande la fête pour toi, Ma mère, et Nous allons Nous offrir à eux, à ceux assemblés à la source. Je regarde tout le parcours du jour de la fête et tout sa joie, car c’est ainsi qu’ils sont les yeux qui voient, et maintenant Nous Nous asseyons, Nous laissons couler la parole sur la cité, Ma mère.

Que la paix soit sur Ma cité de parole! Merci, Je vous remercie pour la préparation de la fête, Je vous remercie avec Ma mère la Vierge et avec les apôtres fêtés aujourd’hui auprès d’elle, et avec les troupes de saints assemblés pour la fête, et encore merci à ceux qui se sont réunis par désir saint ici, à la source de parole, et qui ont parcouru long chemin pour venir, Je leur remercie d’avoir répondu à Mon appel, et par leur venue ils ont embelli la table de fête, le jardin de la rencontre et la tente blanche, assis sur de petits bancs et regardant le déroulement de la fête et sa gloire en haut et en bas, car Nous aussi, ceux d’en haut, Nous Nous sommes préparés, et Nous voilà d’en haut en bas, Nous voilà venus à ta table de parole, la parole de Dieu, de la nourriture pour les fidèles, avec leur amour, et pas seulement avec leur cœur et son œuvre.


***

Moi, Je suis Celui Qui est, et Ma gloire se porte après Moi où que Je sois. Je suis Celui Qui vient avec les saints, tel qu’il est écrit que Je vienne, et voilà le jour des anges dans la cité de Ma parole sur le foyer du peuple roumain, ici, dans la ville de Ma venue en parole sur la terre. Oh, que de temps, que de temps est-il passé depuis que Je viens et Je parle de Ma voix au-dessus de cette terre en ce temps! Depuis plus de soixante ans Je fais ce chemin et Je viens dans cette contrée, et J’ai parole écrite, qui témoigne de Mon grand amour et de Ma venue pour montrer à l’homme la voie par laquelle Je viens et Je descends à lui, et pour qu’il apprenne de Moi la voie, car c’est Moi la voie, il n’y en a pas d’autre sauf Moi, et celui qui ne sait pas et ne marche pas sur cette voie unique, celui–là se dirige vers nulle part, le pauvre. Mais Moi, Je suis le doux Pasteur et Je sors au chemin de l’homme et Je l’invite et Je lui montre le sentier, mais s’il n’essaie pas de Me connaître et de Me croire ensuite, il ne trouve pas la voie, et il marche sans direction sur la terre.

J’ai beaucoup de parole sur Mes lèvres maintenant, et Je veux la mettre dans le livre qui s’écrit aujourd’hui, à la fête de Mes anges, les anges de Dieu. Voilà, en ce lieu, le toit sous lequel Je Me réunis avec vous, ceux venus à la source, ce toit n’est pas une frontière. Oh, pas de frontière, car entre Nous et vous il y a toute une gloire maintenant, et vous englobés dedans. Rien ne peut Me retenir loin du lieu où Je veux être et travailler, du moment que pas même la pierre tombale n’a pas pu Me tenir loin des choses que l’on voit et des hommes. Oh, maintenant c’est la même chose, c’est avec la gloire que Je viens, avec grande gloire, et ce toit n’existe pas entre Moi et vous, il n’existe pas pour Dieu, pour ceux avec lesquels Je viens et pour ceux auxquelles Je viens, mais c’est seulement la gloire avec laquelle Je viens qui existe, et c’est tout.


***

Oh, fils qui Me faites et Me préparez avec de la gloire la venue, toutes les fois que Je bats afin que vous M’ouvriez pour venir, oh, les fils, chaque jour, et maintenant, en ce jour de gloire, dès le petit matin, Je passe en revue avec l’esprit et le regard tout le déroulement, l’esprit et le travail d’aujourd’hui et Je dis: merveilleux, merveilleux, les fils, et Moi Je suis Celui Qui voit en avant et Qui travaille d’avance. Mais aussi le voient ceux à qui Je le montre d’avance et ils savent ce que se passera dans les fêtes et comment il sera, et ils évitent de le dire, pour que vous n’ayez pas peur de ne pas réussir, puisqu’il y a peu de temps pour beaucoup de travail, par lequel vous devez préparer chaque fois les fêtes.


***

Et maintenant Je laisse par vous la parole au-dessus des eaux et nous disons: On bénit et on sanctifie ces eaux avec le pouvoir et avec l’œuvre et avec la venue de l’Esprit Saint, au nom du Père et du Fils et du Saint–Esprit! Oh, le fils, y a-t-il encore sur la terre un autre lieu pour y parler avec l’homme et dire en même temps que lui des prières et des demandes de merveilles et de pouvoirs de Dieu?

Oh, les fils, les fils, le plus grand don dans l’église, celle chrétienne, celle du Christ c’est le don de la prophétie. Par ce don prennent de la vie toutes les choses de Dieu avec les hommes et pour les hommes. Là où le don de la prophétie manque de l’œuvre de l’église, là-bas il y a seulement l’homme, et vous savez avec quelle sorte d’hommes a travaillé l’Esprit de Dieu, pour les œuvres de Dieu sur la terre avec les hommes. Voilà donc, votre sainteté c’est votre amour de Dieu, c’est Mon amour de vous, et Moi, Je vous enseigne tel que Je le faisais dans le désert avec le grand saint entre les prophètes du ciel, dont on fait mémoire maintenant près de Moi, car il a été Mon parrain de la part de Mon Père, et le début du mystère de la purification de l’homme, pour le Royaume avec lequel Je suis venu alors sur la terre, et personne, presque personne de ceux joyeux de vivre n’ont pas connu le temps de leur observation, tout comme il se passe aujourd’hui avec les hommes de la lettre de l’église, mais sans maître toujours sur eux, car l’homme fait toujours des fautes et il a besoin sans cesse de résurrection et de relèvement, s’il en veut.


***

Tout d’abord, apprenez, les fils, qu’en ces jours de préparation du décor de la fête du Saint-Esprit, un arbre s’est élevé et a poussé jusqu’à Nous, un arbre plein de fruits. La semence de l’arbre, c’est Moi Qui l’ai plantée dans Mon jardin avec vous, et vous, vous avez pris soin de la vie et de l’accroissement de l’arbre, vous avez travaillé avec beaucoup de paix, avec beaucoup de patience et avec amour, les fils, avec des sacrifices et de la volonté, et l’ensemble de tout cela forme un arbre avec des fruits, et maintenant les anges sonnent de leurs petites trompettes et on prépare l’entrée dans la fête du Saint-Esprit, et tout n’est que gloire ici.


***

Donc, c’est la fête dans les cieux et sur la terre pour toi, Ma mère la Vierge, et Nous venons accompagnés par des suites de saints et d’anges, Nous venons portés de chérubins et de séraphins dans les jardins préparés pour la venue du Seigneur avec les saints sur la terre roumaine, car voilà arrivé le temps inscrit dans les Ecritures pour que Je vienne avec les saints, Ma mère, oh, et c’est pour cela que J’ai préparé ici cette cité de pierre rare, car c’est Moi sa pierre, et Je suis aussi la pierre du sommet, la beauté de cette montagne sainte, Ma mère, car Je suis Celui merveilleux, issu du sein du Père entre les hommes il y a deux mille ans, oh, et de ton bras de mère Vierge, et placé entre les hommes après Ma naissance, puisque le Saint-Esprit s’est atteint de toi pour que Je fusse né ensuite, homme de Dieu venu sur la terre, oh, et qu’elle est belle l’histoire de Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et ton histoire avec Moi ensuite, Ma mère, et combien tu as été douce parmi tous les êtres de la terre, Ma mère, et Moi Je t’ai aimée infiniment toujours, toujours, depuis les cieux jusqu’aux cieux, depuis les siècles passées jusqu’aux siècles à venir, Ma mère.


***

Je place maintenant des anges tout autour, en haut et en bas ici, au-dessus de Ma cité de parole.

Oh, Mes fils, Mes fils, J’écris avec vous sur des piliers le nom des archanges et des troupes d’anges de pilier en pilier. Nous écrivons sur pierre des noms de saints, le nom de la cité du Seigneur, le nom du Seigneur, le nom des troupes célestes, des prières, des louanges adressés au Seigneur, de petites ailes de parole, le sceau du Seigneur, et tout cela mis sous le signe de la sainte croix de lieu en lieu, de pilier en pilier, comme lieu de prosternation, auquel s’inclinent des armées célestes avec Moi dans les fêtes, les fils. Les archanges Michel et Gabriel accompliront maintenant cette ordre sainte au-dessus de Mon pays d’aujourd’hui et de Ma cité de son milieu, et vous servirez avec eux à ces renforcements saints, puisqu’il est esprit satan, et il doit rencontrer cet esprit adversaire, la victoire de Jésus-Christ plus qu’il y a deux mille ans, car il est venu ce temps, et son temps est près de la fin, en temps que Mon temps est toujours au commencement, toujours, parce-que Je suis Celui éternel, Je suis Celui Qui est.


***

Les armées célestes se sont tenues au-dessus dans l’esprit de la fête du Saint-Esprit, on n’a pas levé la table de fête et Nous restons avec vous aujourd’hui aussi, fils de la cité de Ma parole, oh, et Nous avons à travailler l’œuvre de disciple de Jésus-Christ, fils du même travail que Moi devant ceux qui s’approchent de l’esprit de Ma venue en parole au-dessus de la terre en Mon temps avec vous, car Ma parole de création de l’homme nouveau c’est pour vous et pour ceux à qui Mon Père veut se découvrir par Son Fils, par Moi, et Moi par vous, Mes fils, parce-que Je suis la Parole du Père, et vous êtes Ma parole.

Oh, on n’a pas levé la table de fête du Saint-Esprit, Nous sommes restés tous ici et Nous avons fait de la veille, œuvre de veille, selon l’œuvre de ceux du ciel. Et encore les endormis ont eu l’occasion et la merveille de reposer leur esprit et leur désir saint pour encore une mesure de jour et de nuit, arrêt avec une plus grande joie pour eux, et ensuite la table se lève et on va chacun au travail partagé du Père, Nous, ceux du ciel et vous ceux qui servez ici au Père, et Nous mettons devant Lui le fruit du travail de tous les moments qui unissent le ciel avec la terre, en œuvre céleste et spirituelle, et cette sorte de travail, cette œuvre est si secrète, qu’il ne peuvent la sentir, la comprendre avec la raison et avec le cœur ceux qui viennent passer les fêtes avec le Seigneur sous le mystère de cette montagne sainte, oh, et on a besoin de beaucoup, beaucoup de conseil, les fils, on a besoin d’œuvre de disciple toutes les fois que le Seigneur a ici ceux qui se rassemblent devant Lui à l’occasion des fêtes.


***