Utilisation de ce site est soumise aux Conditions d’utilisation du site.


La Parole de Dieu à la Fête de la Naissance du Saint Jean le Baptiste

C’est jour de fête entre les fêtes du ciel sur la terre, et Moi, le Seigneur Jésus-Christ, Je suis votre Pasteur miséricordieux, très miséricordieux, et Je ne vous laisse pas sans Ma consolation, fils veilleurs et travailleurs de la cité de Ma parole. Tous petits et impuissants que vous soyez, c’est Moi Celui Qui souffle sur vous avec Mon Esprit, avec Mon pouvoir, et Je fortifie votre énergie, oh, car Je ne peux travailler et réaliser l’œuvre que J’ai à accomplir sur la terre si Je n’ai pas avec qui la porter, les fils.

Elle est lourde Ma croix d’aujourd’hui, oh, les fils, mais vous n’êtes pas seuls sous elle, puisque ceux du ciel se tiennent tous prêts auprès de vous pour Mon travail avec vous, et paix à vous, les fils, paix venue du ciel sur vous et avec vous, et allons mettre dans le livre Mon enseignement de ce jour, celui de la fête dans le ciel et entre les saints, pour Jean le Baptiste, Mon proche parent et parrain! Il M’a montré au Jourdain baptisé par lui avec de l’eau et du Sait Esprit, lui avec de l’eau et le Père du ciel avec l’Esprit-Saint laissé sur Moi comme une colombe, témoignant au-delà du temps que l’œuvre de la Sainte-Trinité s’est montrée en ce jour-là au Jourdain, le Père parlant des nuages sur Son Fils baptisé par Jean dans le Jourdain, et le Saint-Esprit venu sur Ma tête, en complétant la Nature de la Sainte Trinité, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, pour qu’il y ait de la foi dans les descendants, par ceux qui témoignent, car Jean le Baptiste et les témoins se trouvant alors au Jourdain ont laissé pour le temps à venir la confirmation de l’accomplissement des Ecritures annoncées par les prophètes, c`est-à-dire la venue de celui qui prépare la voie du Seigneur, en criant de long en large l’annonce pour le repentir et pour la préparation par la foi de ceux qui jouiront du royaume des cieux, accordé à eux du ciel pour le travailler, pour le bâtir, pour l’avoir en cadeau de Dieu, en même temps avec Ma venue petit Enfant né de mère Vierge, et ensuite devenu Pasteur et Maître vers le Père, de ceux qui seront capables de recevoir le don de la foi et ensuite de l’obéissance au Père et au Fils et au Saint Esprit, car voilà, le Dieu trinitaire a travaillé à tour de rôle dès le début et jusqu’à vous, et vous avez le Saint-Esprit comme Pasteur à verge de fer paissant sur la terre, et vous êtes les distributeurs de Ma marche en parole de long en large sur les peuples, oh, et paix à vous pour travailler et partager de Dieu, aujourd’hui aussi, sur la terre, les fils!

Je redouble Ma préoccupation et la veille sur vous chaque jour d’avantage, oh, les fils. Je vous exhorte de vous tenir en Moi et seulement en Moi, Je vous garde sous Mon manteau, Je vous tiens tout près pour que vous puissiez agir par Moi aux cœurs des orges des épreuves, des affaiblissements de tout genre, venus des côtés sur vous, puisque sur la terre tout est trouble, il y a de l’obscurité, de l’infamie, du péché partout, il y a seulement de l’égarement, et malheur à ceux qui habitent ou qui prennent du monde, du poison caché sous la face du bien, malheur à ceux qui ne sont pas attirés vers le Seigneur, vers le salut, malheur à ceux qui n’écoutent pas Dieu quand Il crie du ciel, que l’homme chrétien se retire du milieu du marécage mouvant et sans fond, et Moi Je crie, Je crie toujours, et vous M’aider pour crier au-dessus de la terre, les fils!

Voilà, Nous avons à veiller toujours plus difficilement, et il faut que Nous Nous tenions sur la pierre de la sagesse, qui montre clairement le visage caché du mauvais esprit, car Moi, le Seigneur, Je n’ai pas eu la chance d’avoir des chrétiens au cœur pur pour Moi, oh, ils ne l’ont pas réussi ni pour eux-mêmes, puisque celui qui ne se tient pas en Dieu, mais dans ce monde avec l’esprit et le sentiment, un tel homme ne peut être pur ni pour soi-même ni pour les semblables, ni pour Dieu, et Moi, J’ai toujours eu à souffrir des brisements de la part de beaucoup, et ceux qui s’approchaient de l’esprit de la vie, de Ma parole qui partage de la vie, si l’homme en veut, s’il sait comment est la vie de celui qui a de la vie par Ma parole de Pasteur, oh, les fils.

Il y a eu et il y en a encore au long du temps de ceux qui M’ont livré aux bourreaux pour de l’argent et ils en ont mis de côté, les pauvres, et ce péché, s’attache à beaucoup d’hommes, il enchante tout homme pour le porter vers tout péché issu de ce péché. Oh, mais il y a encore un péché avec lequel l’homme tourmente le Seigneur jusqu’à la fin, car il y a eu et il y en a encore de ceux qui M’ont acheté avec de l’argent, pour que Je sois à leur merci ensuite. Oh, mais qui réussit de se tromper plus que celui qui fait cela malicieusement, par le péché de l’amour de soi, de la grandeur de soi? Et voilà c’est la gloire venue des hommes que cherchent celui qui commet un tel péché, se payant la tête de Dieu par les faits injustes, comme si Moi, le Seigneur, Je pourrais être pris au milieu comme un homme. Malheur à ce défaut de raison, par lequel l’homme aimant de gloire venue de Dieu et des hommes essaie de M’agenouiller et de Me tenir à genoux devant lui, selon qu’il pense tenir ses comptes aux dépens de Dieu!

Oh, si Je M’incline par pitié pour l’homme dépourvu de la sagesse du cœur et de la raison, voilà ce qu’il fait ensuite avec Moi! Je dis donc à tout homme de la terre de prendre de la sagesse de Ma parole, de ne pas se pencher à l’esprit inconnu, mais qu’il examine les faits et leur racine. Et Je dis Moi aussi comme l’homme, car c’est comme avec un homme qu’il se conduit avec Moi celui qui n’a pas le cœur et l’action pure, et Je dis: Celui qui agit comme Moi, qu’il lui arrive ce qu’il M’est arrivé à Moi, et qu’il s’assagisse ensuite!

Oh, les fils, les fils, le chrétien qui essaie de venir vers Moi avec sa vie, ne peut tout seul comprendre ce que cela signifie la vie et l’action et la conduite de chrétien, et celui qui essaie de venir vers Moi et vers vous avec son savoir sur la vie de chrétien, il vous produit des pressions souvent les fils, ils vous donnent peur et douleurs, il produit des orages, qui battent vers vous, les fils, et Moi, Je Me tiens devant l’orage, et elle Me frappe jusque dans le ciel, car Je dois vous protéger et vous avoir pour tout Mon travail. Et Je vous exhorte maintenant de vous tenir loin de la voie des orages et des épreuves de tout genre, car vous êtes petits, vous êtes faibles et vous êtes passés par beaucoup, trop de douleurs venues par ceux dépourvus de sagesse pour leur vie avec le Seigneur et avec les frères, hommes sans repentir, sans inclination, sans lumière pour leurs actions, oh, et voilà, on a besoin de veille pour Ma paix avec vous.

Et Je dirais maintenant à ceux qui vous guettent la marche et la paix et la vie, Je leur dirais de ne plus se soucier, de ne plus chercher à découdre, à examiner, car par vous Je ne fais que du bien et de la paix, de l’amour, du salut et de la rédemption, car Je suis Pasteur miséricordieux, très miséricordieux, et J’exhorte vers l’esprit de la joie ceux qui se font des soucis pour vous, et Je leur dis de se réjouir pour vous, comme de ceux qui veillent avec Moi pour le bien, la paix et la garde contre le mauvais esprit, ennemi de l’homme, car voilà, Je suis au milieu de vous et Je dirige attentivement au-dessus de la terre, et Je prononce parole avec accomplissement contre les troubles et les tensions entre les hommes et entre les peuples, et voilà, ce que Je dis à tous ceux qui s’inquiètent pour vous et pour Moi avec vous, et Je leur dis cela:

Amen, amen vous dis-Je, ne vous inquiétez pas pour ceux qui M’aiment et vous aiment vous aussi de Ma part, car s’il n’y avait plus de chrétiens saints et de la foi sur la terre, elle s’effondrerait tout de suite avec tout ce qu’il y a sur elle comme au déluge, comme à Sodome et Gomorrhe, parce que sur la terre fourmille l’esprit de la débauche, le plus affreux péché, le plus hostile péché contraire à Dieu de la part de l’homme, péché pour le plaisir duquel l’homme veut se délivrer de Dieu, afin que Dieu n’existe plus pour l’empêcher dans la réalisation de ses plaisirs.

Oh, mais Dieu est Celui Qui est, pas comme l’homme qui meurt et n’est plus, car l’homme est maintenant, mais dans un instant il n’est plus, parce qu’il meurt et il n’est plus ensuite, mais Dieu est et Il demeure, et l’homme est ennuyé parce que Dieu existe, qu’Il Se tient contre le péché aimé par l’homme, car Dieu est saint, Il est sans péché, oh, et ils guettent les hommes de toute sorte sur la terre, ils guettent de peur qu’il n’y ait quelqu’un d’entre leurs chefs, qui puissent affaiblir leur projet et leurs mauvais pouvoirs.

Oh, réjouissez vous, ceux de la terre, qui ne pouvez pas agir du côté de la sainteté, mais réjouissez-vous qu’il y a des chrétiens parmi vous de lieu en lieu, et que c’est pour eux que la terre est encore, c’est pour eux que vous avez encore le temps de venir vers la sagesse de la vie, vers la vie celle contre la mort, tellement maîtresse sur le genre humain de partout.

Et maintenant Jean le Baptiste laisse de la consolation sur les fils de la cité de Ma parole, et il témoigne comme alors pour le Seigneur, en disant maintenant aussi:

— Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde, Le voilà en parlant au-dessus de la terre et en claironnant avec Sa venue, tel qu’il est écrit qu’Il vienne et qu’Il claironne!

Et vous, disciples travailleurs avec Lui, n’ayez pas peur d’être petits, puisque les grands sont plus impuissants car ils sont pleins de peur, ils ont peur les uns les autres, et ils se mettent à guetter par peur, mais vous restez sous la garde du Seigneur, car Il se soucie des peuples et du pays de Sa parole, de la Roumanie, le pays de la venue du Seigneur, le Pays du retour du Seigneur Jésus-Christ en parole sur la terre, oh, et Il prend soin de vous et de Sa cité avec vous , et beaucoup de bien naîtra de Son œuvre avec vous, et il y aura beaucoup à comprendre combien d’amour a été caché par le travail, par le séjour du Seigneur avec vous sur la terre.

Oh, Seigneur, il arrivera que Tu affermisses leur paix, la quiétude qui fait de la paix et du bien, car sans Toi, personne ne peut rien faire, pas même ceux qui ont œuvre d’ennemis, et qui peuvent avec leur méchanceté seulement autant que Tu leur permets, pour mettre à l’épreuve l’amour de ceux qui aiment et qui T’aiment.

— Oh, grand disciple, c’est parole de baptême que tu as mis au-dessus de la terre et des hommes par ta voix laissée dans la cité de Ma parole.

Et vous, ouvrez vos âmes et prenez de la vigueur sainte, fils de la cité, et tenez-vous de la part de la lumière. Apprenez de vous tenir de la part de la lumière, apprenez toujours, car par toute épreuve qui travaille sur vous, vous devez apprendre à travailler de la part de la lumière, oh, et c’est ainsi que l’on apprend, à vif on apprend, comme à l’école, pour comprendre les choses apprises.

Et Moi, Je vous dis encore et encore, les fils, gardez-vous les mains propres de tout ce qui voudrait vous soumettre et vous affaiblir la veille et votre travail avec Moi. Et à ceux qui se dirigent avec des troubles vers vous, Je leur donne exhortation sainte d’être sages et d’apprendre d’être sages par une vie de chrétien mis à part pour Dieu et non pas partagés en deux, car au Seigneur on ne peut agir avec la moitié, oh, les fils.

Maintenant, Je laisse beaucoup de paix sur la cité, tout autour et sur vous, et prenez soin d’accomplir les choses de Dieu apportés à vous, pour les travailler et les ranger tel qu’elles viennent, afin que vous les travailliez.

Et maintenant, demeurez sous Mon amour, sous Ma protection de Pasteur, car Je vous pais toujours, et Je vous aime toujours, toujours, oh, Mes fils. Amen, amen, amen.

07-07-2022

La Parole de Dieu à la Fête de la Pentec Effusion du Saint-Esprit, deuxième jour: La Sainte Trinité

Les armées célestes se sont tenues au-dessus dans l’esprit de la fête du Saint-Esprit, on n’a pas levé la table de fête et Nous restons avec vous aujourd’hui aussi, fils de la cité de Ma parole, oh, et Nous avons à travailler l’œuvre de disciple de Jésus-Christ, fils du même travail que Moi devant ceux qui s’approchent de l’esprit de Ma venue en parole au-dessus de la terre en Mon temps avec vous, car Ma parole de création de l’homme nouveau c’est pour vous et pour ceux à qui Mon Père veut se découvrir par Son Fils, par Moi, et Moi par vous, Mes fils, parce-que Je suis la Parole du Père, et vous êtes Ma parole.

Oh, on n’a pas levé la table de fête du Saint-Esprit, Nous sommes restés tous ici et Nous avons fait de la veille, œuvre de veille, selon l’œuvre de ceux du ciel. Et encore les endormis ont eu l’occasion et la merveille de reposer leur esprit et leur désir saint pour encore une mesure de jour et de nuit, arrêt avec une plus grande joie pour eux, et ensuite la table se lève et on va chacun au travail partagé du Père, Nous, ceux du ciel et vous ceux qui servez ici au Père, et Nous mettons devant Lui le fruit du travail de tous les moments qui unissent le ciel avec la terre, en œuvre céleste et spirituelle, et cette sorte de travail, cette œuvre est si secrète, qu’il ne peuvent la sentir, la comprendre avec la raison et avec le cœur ceux qui viennent passer les fêtes avec le Seigneur sous le mystère de cette montagne sainte, oh, et on a besoin de beaucoup, beaucoup de conseil, les fils, on a besoin d’œuvre de disciple toutes les fois que le Seigneur a ici ceux qui se rassemblent devant Lui à l’occasion des fêtes.

Nous, ceux du ciel, Nous avons pris pleins de désir saint, tout ce que l’on a mis sur la table de fête ici, mais le désir saint de ceux du ciel est autre chose que celui de ceux qui viennent de la terre chez vous pour Ma venue à vous en parole, pour leur venue à vous pour le Seigneur, Celui Qui vient afin de Se donner à ceux qui désirent de Lui.

Oh, les fils, tant que J’attendrais voir le chrétien rangé selon Mon désir envers l’homme, désir saint long de sept mille ans, Je n’arrive point apaiser cette nostalgie, qui Me fait mal, puisque l’homme est couvert de beaucoup de trop de glaise, car c’est ainsi sur la terre avec l’homme, et c’est pour cela qu’il brûle le désir saint en Dieu, le désir après l’homme qui ne vient plus, car il ne vient pas entièrement celui qui vient être avec le Seigneur, sur la voie qui va de la terre vers le ciel. Les choses visibles, celles entre lesquelles l’homme vit sur la terre, ces choses retiennent trop l’homme sur la terre, elles lui font difficile la voie, elles lui éteignent le désir saint par lequel son esprit languit, sans que sa raison comprenne trop cela, la raison humaine de l’homme.

Quelquefois Je dis des choses difficiles à pénétrer par la raison de ceux qui Me cherchent avec leur désir saint, oh, les fils! J’ai travaillé tout aussi difficilement, tout aussi péniblement il y a deux mille ans avec la voix de Mon Esprit entre les disciples, entre ceux d’alors très maladroits pour les mystères difficiles à pénétrer de Ma recherche après l’homme voyageur en arrière, vers le paradis perdu, et difficilement à ouvrir par la petite force de l’homme, endolori à cause de la perte du paradis et de son repos, car cette douleur, si vive dans l’homme durant tout son temps sur la terre, et ensuite au temps jusqu’à Ma venue avec la gloire au jour de la victoire complète du Seigneur, cette douleur ne s’habitue pas n’importe comment avec l’homme, puisque l’homme ne comprend pas ce qu’il cherche dans toute sa recherche depuis sa naissance et jusqu’à la gloire nouvelle, qui restera dominante après que le bonheur éternel recevra le repos parfait de Dieu et ceux qui le cherchent entre la terre et le ciel, le long du temps où la terre et le ciel seront encore en attente, jusqu’à ce que toutes, toutes les choses seront de nouveau en Dieu, oh, les fils.

Je regarde l’homme, oh, il est lourdaud l’homme, et le désir saint de Dieu augmente toujours, à la suite de l’homme, qui a fermé le paradis par sa chute du paradis. Il languit l’homme après le paradis perdu et ce sentiment augment en lui, oh, et sa raison ne sait comprendre sa recherche. J’attends depuis deux mille ans que l’homme puisse porter avec son cœur et sa raison une grande œuvre, l’explication du mystère du désir saint dans l’ homme et dans Dieu, désir qui attend toujours le moment de la rencontre, moment si attendu d’une part et de l’autre, dans l’homme et dans Dieu, oh, et ce mystère a encore à attendre pour son éclaircissement de la part de l’homme, et l’attente du Seigneur dépend de la raison de l’homme, qui éloigne et n’approche pas le moment de la grande rencontre, Dieu avec l’homme dans le mystère de l’éternité, moment qui doit se passer au cours du temps, pas après que le temps finisse sa voie et son œuvre, c’est–à-dire l’œuvre de l’homme qui ne connaît pas encore la maison et la porte, pour entrer et retrouver son lieu et son origine, et le temps retient l’homme, et l’homme retient le temps sur la voie, et il y a encore cette attente en œuvre, oh, et il M’est difficile de parler de cela avec l’homme, car l’homme est trop lourdaud et il fuit, il fuit toujours, et c’est pour cela que Je viens en parole sur la terre, parce que Je dois parler avec l’homme avec plus de profondeur de parole, plus comme dans le ciel, et le temps Me pèse, et il pèse l’homme aussi, celui qui a institué le temps.

Oh, les fils, toutes les fois que J’ai Ma venue chez vous ici, Je travaille avec vous et ensuite on lève la table de rencontre et Je retourne dans le Père, chaque fois avec tout ce que J’attends de pouvoir parler et qu’il ait quelqu’un sur la terre pour comprendre Mon attente après l’homme. Il est épais le rideau qui sépare Dieu de l’homme, oh, les fils. L’homme le tisse à gros fils, et il devient toujours plus épais, plus difficile à tomber pour qu’ils puissent se regarder les deux, ceux qui attendent des deux côtés.

Je regarde pendant les fêtes ici, aux rencontres de ceux d’en haut avec ceux d’en bas. Entre ceux qui viennent, il y a certains qui viennent comme en promenade. Je les crois qu’ils viennent par désir saint, mais leur désir n’est pas rangé, ils ne savent pas ce qu’ils veulent par ce désir. Oh, il n’y a pas d’obéissance parfaite pour tout ce que Je prie le chrétien de respecter, comme il sied dans sa vie.

J’ai dit à Moïse d’ôter ses chaussures pour accéder au lieu d’où Je lui ai parlé, et Je lui ai donné parole à apprendre et à comprendre par sa raison. Oh, comment faire que le chrétien apprenne le lieu de Dieu, et sa rencontre avec le Seigneur et avec le lieu du repos du Seigneur? Oh, elle est trop grande la différence entre le désir de Dieu envers l’homme et celui de l’homme envers Dieu et cela parce que l’homme n’essaie pas de comprendre ce que cela signifie Dieu avec l’homme sur la terre tel que Moïse a compris quand il est venu parler avec le Seigneur sur la montagne sainte, de laquelle il est descendu comme un saint, pas comme un homme, oh, et il a pénétré ce mystère et J’ai pu alors lui dire: «Je ferai de toi un dieu pour le peuple Israël et tu iras l’affranchir de l’esclavage».

Oh, Mes fils, Mes fils, c’est seulement avec Dieu que Moïse a travaillé ensuite, seulement de Dieu, et il s’est rendu compte plus tard, sur la voie vers Canaan avec le peuple du retour dans le pays de la promesse, il s’est rendu compte Moïse ce que cela signifie de travailler même un moment sans Dieu, car il a eu ensuite à supporter souffrance et grande tristesse lui et Dieu mais aussi le peuple entêté, par lequel Moïse a boité sur la voie, puisque l’homme ne sait pas ce que cela signifie disciple et ce que cela signifie Dieu, oh, et Israël n’a pas su comprendre l’œuvre de Moïse, comme disciple du Seigneur et comme un dieu du peuple, comme un envoyé, tel que Je l’ai été Moi, l’envoyé du Père il y a deux mille ans, et il est arrivé à Moïse ce qu’il M’est arrivé à Moi aussi alors de la part du peuple, oh, et voilà, il ne tombe pas le rideau qui fait séparation entre Dieu et l’homme, et Moi Je veux préparer un peuple, soit-il très petit, mais pour avoir ainsi partout de la semence nouvelle et pour renouveler la terre de lieu en lieu, pour tailler de quelque sorte les chardons, pour avoir des disciples saints et sans épices, pour que J’aie du pouvoir sur la terre par ceux qui sont saints, et pour racheter au Père beaucoup d’hommes ensuite, oh, et Je donnerais libre cours au temps des merveilles saintes, mais J’ai besoin de sainteté dans l’homme, J’ai besoin de disciples saints, oh, les fils.

J’ai été avec vous aujourd’hui aussi et Je vous ai montré Ma douleur et celle de l’homme, mais l’homme ne comprend pas sa douleur, tel que le Seigneur comprend la Sienne.

Voilà, travaillez maintenant, travaillez œuvre de disciple, les fils, car vous l’avez partagée pour la travailler. Je voudrais qu’il soit plus visible le ciel lorsqu’il vient à vous avec ses habitants. Je voudrais, s’ils le voulaient aussi ceux qui se rassemblent pour des rencontres avec le Seigneur ici, oh, J’aimerais pouvoir exprimer Ma nostalgie qui pèse et attend, oh, les fils.

Maintenant Nous Nous inclinons pour l’hospitalité, avec remercîment pour la peine de la préparation de l’arrêt saint ici, les fils.

Je vais vous conseiller toujours, oh, les fils. C’est ainsi que Je travaillais avec les disciples d’alors aussi, et c’est ainsi que J’ai écrit en ce temps-là Mon livre avec eux. C’est toujours ainsi que J’écris maintenant celui avec vous, Mon livre avec vous, le livre de Dieu avec les hommes sur la terre pendant Mon temps avec vous.

J’ai un doux soupir dans Mon esprit maintenant. J’ai rompu une partie de lui et de Moi et Je l’ai mise maintenant dans Mon livre de ce jour avec vous. Le désir saint Me fait soupirer, les fils, et Je soupire jusqu’à ce que il y aura sur la terre l’homme qui puisse comprendre le vide d’entre le ciel et la terre, vide qui tient le Seigneur caché aux yeux de l’homme.

Maintenant paix à vous, paix à ceux qui se sont arrêtes ici avec Nous et avec vous! Et Nous allons Nous rencontrer de nouveau et Nous allons Nous apaiser le mal, encore et encore, oh, les fils.

Et préparez maintenant la fête du dimanche de tous les saints, le dimanche de la fête dans le ciel pour Virginie, Ma trompette, la trompette de Dieu, et Nous serons ici avec vous et Nous allons écrire dans le livre des témoignages, oh, les fils. Amen, amen, amen.

13-06-2022

La Parole de Dieu à la Fête de la Résurrection du Seigneur

Les cloches sonnent sur la terre partout, elles sonnent dans le ciel aussi, elles sonnent pour la résurrection, elles sonnent sur la terre et dans le ciel, et on chante dans toutes les langues de la terre, ils chantent les chrétiens et les païens, ils chantent le Christ est ressuscité!

En tout lieu de la terre du minuit de cette nuit et jusqu’à l’aube presque, on chante l’hymne de Ma résurrection, et Moi, le Seigneur, Je tressaille avec toutes les armées de saints et d’anges devant l’amour de Dieu, car Mon Père M’a envoyé il y a deux mille ans pour mettre sur la terre de Sa part, face à face avec les hommes, l’amour crucifié sur la colline de Golgotha, le Fils de Dieu mourant sur la croix pour Son amour incompris par l’homme, le terrible moment lorsque Dieu le Fils a été répudié et porté vers la crucifixion entre deux brigands, en supportant plein d’amour et d’envie sainte qu’Il s’élève d’entre les morts et qu’Il témoigne la vérité de Sa venue du ciel sur la terre, l’amour qui L’avait descendu d’auprès du Père de la gloire, pour Se rendre connu vrai Dieu de vrai Dieu, Celui Qui a racheté l’homme tombé d’Eden par le péché, et que l’homme tressaille lui aussi devant ce grand amour, puisque Dieu a souffert pour tous les péchés des hommes, et il ne peut plus exister un plus grand amour que celui–ci, oh, et J’ai enseigné alors à ceux qui Me suivaient, en leur disant: «Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, et vous persécutent». Voilà l’enseignement, car Je veux qu’ils Me ressemblent ceux qui viennent après Moi pour connaître l’amour et son mystère et son pouvoir, et il n’y a pas de plus grand pouvoir que celui que Dieu a écrit sur la terre avec Son propre sang, avec Son propre sacrifice, sur la colline de Golgotha, il y a deux mille ans.

Oh, les fils, il est grand le pouvoir que J’ai eu sur la croix, avec lequel J’écris sur la terre Ma venue, celle d’auprès deux mille ans, venue en gloire de parole. Je viens à vous pour que vous Me mettiez dans le livre et que vous Me partagiez durant les fêtes des Pâques sur la terre avec Ma parole.

Il aurait été très difficile sur la terre et avec les hommes, si en ce temps si ténébreux Je n’avais pas pu mettre de côté un petit peuple, pour se tenir à Mon service et Me mettre en parole sur la terre, pour que Je puisse lutter par la parole prononcée avec satan, le maître de ce siècle, et que Je dirige Moi, pas lui, car Dieu ne peut laisser la victoire aux mains de Son adversaire, et celui de l’homme, parce que c’est lui qui a abattu l’homme du paradis au début, et maintenant, à la fin, Je viens lui arracher sa victoire d’alors, et Je lui ai prouvé cela il y a deux mille ans, et depuis lors il est tout pris de vertige, il est terriblement enragé. Oh, mais que puissé-Je faire pour toi, satan, si tu n’as pas essayé de comprendre le long du temps la parole de Dieu transmise par les prophètes, et tu t’agites toujours en vain, et Me voilà en parole au-dessus de la terre à ta suite, pour détruire tout ton projet, celui travaillé dans le noir, pour gagner de quelque sorte, mais non, Moi Je veille et Je renverse toujours ta marche, car Je suis Dieu et toi tu es Mon adversaire et J’attends que tu laisses tomber tes malices, avec lesquelles tu mets à l’épreuve l’humanité, car Je t’ai vaincu et Je t’ai jugé il y a deux mille ans, et tu est fâché et tu t’agites en vain. Je suis avec la parole à ta suite et à ceux qui servent à tes projets cachés, et voilà, grand jour, fête de résurrection, et tu entends toi-aussi comme on chante maintenant partout sur la terre, au son des cloches, le Christ est ressuscité! Oh, ils chantent aussi ceux qui font ta volonté, ils chantent eux aussi, ils chantent les chrétiens et les païens l’hymne de la résurrection du Seigneur: le Christ est ressuscité!

Oh, fils de Dieu, et vous, fils des hommes, Je vous enseigne avec la même parole: aimez Dieu, aimez-Le pour de vrai, avec toute la force de l’amour et de votre cœur, et c’est cela que Je vous enseigne surtout. Oh, aimez tel que J’ai aimé Moi, pas selon votre connaissance sur l’amour. L’amour a montré son visage il y a deux mille ans sur la colline de Golgotha sur une croix en bois, en supportant la crucifixion et en aimant en grande douleur de naissance de nouveau du monde , tel qu’il était écrit de s’accomplir alors, et ensuite jusqu’à la fin de temps, car Moi, le Seigneur, Je viens renouveler tout, et Je travaille par la parole.

Les chrétiens et les païens chantent en jour de Pâques le Christ est ressuscité! Qu’est-ce que Dieu a à dire par ce qu’Il dit?

Oh, fils obéissants, et vous ceux désobéissants à Dieu, qu’est-ce que cela signifie être chrétien et qu’est-ce que cela signifie ne pas être chrétien? Il est temps qu’il soit connu le nom de fils de Dieu et le nom de fils des hommes, il est le temps qu’ils sachent les fils de Dieu et les fils des hommes ce que Dieu a à dire par ce qu’Il dit.

L’homme ne peut avoir une vie de chrétien, de fils de Dieu n’importe comment ou à sa guise. Cette vie est douée d’une grande dot, d’un constant travail des traditions chrétiennes laissées par les saints et continuées ensuite comme grand devoir saint de ceux qui sont chrétiens toute leur vie sur la terre. Si tu es chrétien avec ta vie, tu la garde non-mélangée et tu ne transgresses pas les devoirs de fils de Dieu. Dans l’église du Christ il y a tout l’enseignement de la juste foi et les devoirs d’un chrétien. Ceux qui quittent tout cela et se servent du nom de chrétien en ne pas respectant l’ordre et le pas selon la tradition, ceux-là tombent dans le paganisme, ils s’abattent de la droite œuvre de fils de l’église du Christ, et voilà, une grande douleur monte au ciel, car ceux qui se nomment chrétiens, n’ont pas, ils n’ont plus une vie de chrétien, ils ne vivent pas dans l’ordre du Christ, ils restent dans les péchés, ils foulent aux pieds les directives celles pour les saints, ils ne ressemblent pas aux saints, mais plutôt aux fils du monde, ils vont avec eux et comme eux, ils aiment ce siècle passager et toutes ses occupations, ils n’ont pas de liaison étroite inséparable avec le Seigneur, le Rédempteur, Celui Qui a donné Sa vie pour la vie de Son église, ils n’ont pas l’œuvre de l’obéissance et de la bénédiction sur leurs pas et leur travail, oh, et c’est de la douleur qui monte au ciel, elle n’est plus comprise l’œuvre et la vie de chrétien, et satan a de la joie contre Moi, à cause de ceux qui ayant le nom de chrétien ils n’ont pas aussi la vie chrétienne, ils n’ont pas le Seigneur inséparable d’eux, et sans le Seigneur personne ne peut échapper à l’aiguillon de satan, qui porte sa marchandise à la vue et ne s’arrête pas de son travail, avec lequel il trompe à chaque instant le cœur de l’homme.

Oh, c’est facile que ton cœur et ta bouche chantent le Christ est ressuscité! Si tu ne réjouis pas pleinement le Seigneur en toi dans ton œuvre, Il pleure à cause de toi, Il pleure parce que tu ne L’aimes pas, parce que tu ne Le suis pas, parce que tu n’as pas peur de faire cela. Il pleure le Seigneur quand Il voit que Tu n’essaies pas d’apprendre la vie et l’œuvre de chrétien, l’amour et ton devoir face à ton Seigneur.

J’ai descendu grande pitié sur la terre. Je suis venu maintenant et J’ai choisi un petit nombre de chrétiens, Je les ai affermis vers une grande veille pour la vie, chrétienne, et J’ai fait d’eux la voie de Ma parole au-dessus de la terre, Je les ai établis comme don précieux pour l’église du Christ, celle aussi désobéissante aux devoirs laissées par les saints pour être vécus saintement par le troupeau chrétien, et c’est très peu qu’elle a essayé de comprendre ce mystère que J’ai établi au milieu d’elle, car J’ai pris de son milieu une poignée de fils et Je les ai mis au travail pour le rachat de la créature tombée de Dieu.

Ma venue en parole sur la terre, le petit peuple sur lequel Je M’appuie pour venir et pour travailler Ma parole prononcée et accomplie ensuite, cette œuvre secrète est encore incomprise, mais elle va apporter de grandes joies sur la terre, oh, on a encore besoin de patience dans le ciel et sur la terre, puisque l’homme est lent à comprendre, tout comme Mes disciples l’étaient avant qu’ils eussent vu Mes paroles accomplies.

Encore un peu de patience et à un signe d’en haut la sagesse d’en haut va venir à bout dans beaucoup d’hommes, car Moi, le Seigneur, Je dois prendre grand soin pour couvrir et protéger la voie de Ma venue, et Je travaillerai merveilleusement pour l’accomplissement de Ma parole, avec laquelle Je dirige secrètement le monde et l’accomplissement des Ecritures de la fin, car c’est l’amour de Dieu qui doit vaincre sur le monde, et beaucoup d’hommes vont prendre la chemise de chrétien et de Roumain, puisque le travail de naissance de nouveau du monde Je l’ai établi ici, sur la terre roumaine, dans la langue du Roumain, et sur sa foi laissée des ancêtres par l’église de Mes saints, et voilà, aujourd’hui aussi en jour de Pâques, J’ai à Ma table de parole un saint roumain, le prélat Calinic, qui se tient rempli d’admiration en regardant avec Moi et Mes saints l’accomplissement de la prophétie de Nouvelle Jérusalem dans le peuple roumain, qui lui a été découverte de Dieu partiellement, car le Seigneur protège ses accomplissements et ne les présente pas tous mâchés, puisqu’il y a beaucoup d’ennemis, et il faut faire grande attention de ne pas les provoquer pour qu’ils se mettent à découdre et embrouiller les mystères du Seigneur.

J’ai à la table de résurrection Ma mère la Vierge et les disciples de Ma résurrection, hommes et femmes. En jour de Pâques Je Me suis arrêté avec les saints dans Mon jardin de parole et Nous sommes avec vous en parole, fils du jardin et Nous chantons le Christ est ressuscité! Nous affermissons votre amour de Dieu entre vous et Nous attendons que plusieurs cœurs comprennent Mon mystère avec vous, le mystère et la vie de chrétien, le vrai nom du fils de cette œuvre de parole. Je vous ai dit que Je souffre du fait que les chrétiens ne Me désirent, ne M’aiment pas à cause de leur amour de soi, à cause du manque de désir saint envers Dieu, mais avec vous Je veux effacer Ma douloureuse larme et aussi vous consoler dans vos douleurs, oh, car vous en avez beaucoup à porter, et vous êtes peu nombreux face au grand travail demandé pour Ma marche, et pour la cité et pour le soin envers le peuple , les fils, et le peuple ne Me donne pas de joies, à cause de son amour de soi, Mes fils.

Nous avons besoin de patience et d’amour, Nous avons besoin de prière pleine de douleur vers le Père, tel que J’ai supplié il y a deux mille ans pour Mes disciples qui allaient passer par l’épreuve de Mon arrestation par trahison, et ensuite Ma crucifixion, mais Je leur ai apporté la joie ensuite, et à ceux qui se réjouissaient de Ma capture et puis de Ma crucifixion, pour ceux-ci est venue la grande peine, la peur et la douleur ensuite.

Oh, c’est ainsi que Dieu travaille après avoir supporté longuement avec amour et pitié, et si ceux qui ont été supportés ne fléchissent pas leur orgueil et leur cœur, ils ne verront pas le fruit de l’amour du Seigneur, et ils choisissent eux-mêmes de rester du côté de la douleur ensuite.

Oh, il y a fête sainte dans le ciel et sur la terre, mais les hommes ont une vie païenne, toute comme leur amour, et ils ne savent pas réjouir le Seigneur lorsqu’ils chantent: Le Christ est ressuscité!

Je console le Père pour cette douleur, parce que les chrétiens ne M’aiment pas avec leur vie. Je vous console vous aussi, les fils, et le Père es avec vous avec Ses consolations, car il fait mal la manque d’amour envers Dieu de tant de chrétiens de la terre, qui n’ont pas appris le mystère de la vie, la vie avec Dieu et pour Dieu vécue sur la terre.

Nous chantons dans le ciel, Nous chantons sur la terre aussi avec vous: le Christ est ressuscité! Allons Nous offrir des consolations et des espoirs saints, car c’est ainsi que Nous Nous sommes consolés les uns les autres, Moi et Mes disciples il y a deux mille ans, au jour de la joie, celle d’après la douleur, le jour de Ma Résurrection, oh, Mes fils! Amen, amen, amen.

24-04-2022