Utilisation de ce site est soumise aux Conditions d’utilisation du site.


La Parole de Dieu à la Fête de l’Ascension du Seigneur

Je laisse vers vous douce parole en jour de fête impériale dans les cieux et sur la terre, car Je suis Celui Merveilleux, oh, les fils, tel que Je l’ai été au jour où, en parlant à Mes disciples sur Mon travail pour eux et sur eux, Je Me suis tiré de leurs yeux d’une manière merveilleuse, céleste, les fils, et depuis lors Je Me tiens à droite du Père, Ma place depuis tous les siècles, car dans Mon ascension Je Me suis élevé sur une nuée, en promettent à Mes disciples que Je serai avec eux jusqu’à la fin du temps, et surtout jusqu’à la venue de chacun d’eux auprès de Moi et du Père, tel que Je leur avais promis, à savoir que là où Je suis, qu’ils le soient eux aussi, ceux qui M’ont cru et M’ont suivi et M’ont aimé, en travaillant à la gloire de Mon royaume sur la terre, entre les hommes et en annonçant de l’un à l’autre, pour qu’on sache à travers les siècles de la victoire des vainqueurs, car, c’est ainsi que J’ai dit: «A celui qui vaincra Je donnerai à manger de l’arbre de la vie», puisqu’ils ne se sont pas laissés vaincus, mais ce sont eux qui ont vaincu. Cependant celui qui ne vaincra pas, il sera vaincu par une vie éphémère, durant laquelle il n’a pas lutté de toutes ses forces pour la victoire de l’accomplissement de la volonté de Dieu, oh, et c’est ainsi que l’homme obtient ou n’obtient pas la place que j’ai préparé pour Moi et pour ceux qui vaincront comme Moi, tel qu’il est écrit.

Je mets de nouveau dans le livre Ma volonté d’aujourd’hui, car Ma volonté est de travailler pour avoir un peuple qui puisse se laisser préparé pour Ma victoire de la fin du temps, un peuple pour Moi, pour Mon grand jour, oh, les fils, un beau peuple, et pour qu’il soit Mon beau ce peuple, pour que tu sois le beau de Dieu, Mon fils, cela signifie que tu aies une belle âme, que tu ne mènes pas vers la dureté, vers l’irritation, vers la tension, la méchanceté et le manque de pardon, cela signifie de ne pas dire non, mais tenir ton âme toujours près de ton Seigneur, tel qu’ils l’ont fait après Mon ascension Mes disciples, par le Saint-Esprit le Consolateur, l’Esprit Qui élève celui qui est beau par son âme, et Il fait de lui demeure céleste sur la terre, et si Moi, Je Me suis élevé auprès du Père, à cette place aspirent ceux qui restent avec Moi, et Moi avec eux, et ils s’élèvent et ne baissent pas, et ils ne restent pas avec leur vie sur la terre, mais ils s’élèvent toujours vers Moi, et Moi Je suis avec eux jusqu’à la fin du temps, Je suis dans leur amour et leur désir saint, et c’est ainsi que s’accomplissent les mots que J’ai prononcées il y a deux mille ans, oh, les fils.

Vous, les fils, vous avez repartie une œuvre merveilleuse pour la travailler. Pour vous il faut qu’ils croissent votre sentiment saint et son humilité, puisque Dieu est tellement grand, les fils, et l’homme est si insignifiant, et gloire à la charité du Seigneur et à Son cœur de Père éternel, et que les hommes craignent de se fier à eux-mêmes et se croire précieux, car c’est seulement le Seigneur Qui daigne accorder à l’homme l’estime et l’emploi selon Sa volonté. Mais au moment où l’homme se fait part tout seul devant un si grand Dieu et Maître, oh, qu’est-ce qu’il est cet homme-là? A-t-il encore de Dieu et la crainte de la créature, qui se rend compte de la grandeur de Dieu?

Oh, les fils, quelle chance pour l’homme qui se rend compte de ses fautes et en apprend l’esprit aimant d’hommes, l’esprit qui aime et qui pardonne! Un tel homme possède la sagesse de la charité de Dieu et il veille pour ne pas s’éteindre sa lumière, oh, puisqu’il est grand le danger de se coucher et s’endormir fâché contre quelqu’un, sans réconciliation avec le Seigneur pour ces sentiments qui prendraient possession de ton cœur dans ton lit. Oh, s’il rendait son âme dans une telle nuit, oh, quel serait le sort d’un tel homme?

Oh, les fils, les fils, vous avez besoin tout le temps de bonne humeur dans le cœur, sur le visage et dans votre conduite. La bonne disposition du cœur M’aide à demeurer avec toi, près de toi, les fils, elle apaise les airs et fait apparaître les rayons de lumière dans l’état d’obscurité, que le diable bâtit entre la terre et les cieux, car le diable et ses serviteurs n’ont pas de lumière, ils n’aiment pas les joies, mais ils ont un esprit opprimant, et ils ont seulement l’apparence de bon état, ils ont de la glace qui s’installe partout. Mais la consolation du Saint-Esprit est une œuvre et une lumière partout, une puissance sainte de vie et de joie, d’harmonie, et elle chasse l’obscurité, elle chasse la laideur, les fils, et retient le Seigneur tout près, oh, et c’est un tel peuple et de tels fils que Je travaille pour en avoir maintenant, et celui qui ne peut obéir et se présenter ainsi, il ne le peut point et c’est tout, il n’y a rien à faire.

Oh, Mon fils, prends grand soin de la parole que tu portes dans le cœur, et surtout de celle que tu prononces, car la parole doit rester parole, et surtout celle que tu donnes par rapport au Seigneur, parole par laquelle tu t’es donné pour être enfant du Seigneur, de l’amour pour le Seigneur, et non séparation de Lui ensuite.

Oh, les fils qui Me portez pour être avec Mon peuple d’aujourd’hui, oh, les fils, Je pardonne beaucoup à ce peuple, Je pardonne toujours et beaucoup, mais la séparation de vous Je ne peux pardonner à celui qui vous délaisse, car vous Me portez avec Ma venue entre Moi et eux, vous êtes la porte d’entre Moi et eux, d’entre eux et Moi.

Oh, que vous serez cherchés, les fils, mais tout comme au déluge, la porte se fermera de dehors pour ceux qui ont méprisé Mon conseil et le vôtre, conseil venus à temps pour leur bien.

Oh, vous, fils de Ma parole, pour échapper à ce qui va venir sur le monde, comme il est écrit, vous devez monter toujours plus haut, et que Je vois cela et que Je puisse vous protéger, les fils, c’est pourquoi Je vous demande de choisir la préparation toujours plus étendue, choisir toujours plus d’accomplissement, celui pour le salut, car il est écrit que: «Les malheurs ne viendront pas vers toi, et la calamité ne s’approchera pas de ta demeure».

Oh, car voilà, les fils, le Seigneur passe, Il passe et on voit bien qu’Il passe par ci, par là. Il passe le Seigneur comme du temps du prophète Elie avec du vent et de la tempête, avec tremblement de terre et grande peur. Il passe le Seigneur et les montagnes tremblent, et devant Lui les lits des eaux chancellent et les caniveaux des cieux débordent et la terre se débat sous Ses pas comme au temps de la création. Mais Sa parole sur vous souffle légèrement ici, comme une consolation sainte, et le Seigneur passe près de vous, d’une côté à l’autre. Il passe le Seigneur tout comme alors quand Il est passé par la mort sur la croix, et il est arrivé grand tremblement de terre et il y a eu de l’obscurité au lieu du soleil, et les morts se sont levés des tombes devant Lui, mais les vivants non, et il L’a salué l’enfer, mais les vivants non, oh, et l’homme ne sait pas à quel point Il est grand le Seigneur, et combien Il souffre puisque l’homme ne craigne pas le Seigneur et qu’il n’a pas de reconnaissance envers le Créateur de tout.

Et voila, Il passe le Seigneur au-dessus de la terre roumaine aussi, d’un côté à l’autre et Il examine la vie et la fortune celle sans Dieu des hommes, et Il pleure le Seigneur et il pleure le Roumain aussi, mais voilà, voilà, le retour au Seigneur est difficile pour l’homme.

Oh, les fils, vous avez du travail maintenant pour Ma gloire et vous vous dépêchez avec la préparation de la fête de la Pentecôte, et ceux annoncés par Moi pour la réunion à la source se préparent eux aussi de voyage en attendant patiemment le départ vers Ma cité avec vous. Je jonche leur voie de consolation, de bénédictions, de la paix de l’esprit, de la charité et fraternité sainte sous Ma main de Pasteur, car malheur aux brebis sans pasteur, à celles qui vont à leur guise!

J’ordonne aux anges voyageurs de garder, d’éclaircir la voie de ceux qui viennent à la fête du Saint-Esprit. Je les attends au seuil avec désir saint, avec apaisement de désir, pour le désir saint qu’ils portent en eux.

Je serai avec ceux des cieux ici, mais aussi avec ceux qui attendent l’appel à la table de mémoire pour ceux qui dorment encore avec leurs corps, et leur esprit attend Mon appel et le vôtre, fils qui faites mémoire de ceux qui se réunissent de l’au-delà pour prendre du soulagement, de la consolation et de la patience encore, oh, encore une heure et Je viens avec le jour de la consolation pour tous.

Oh, les fils, Il vient le Saint-Esprit le Consolateur avec Sa fête impériale, Il vient régner sur vous, et Il Se partage comme un Empereur sur toute la création. Travaillez vous aussi de la consolation pour Lui, et les uns pour les autres, les fils.

Oh, occupez-vous avec l’œuvre de la consolation des uns aux autres, et cela pour le siège du Seigneur en vous, oh, les fils, et que l’esprit de la consolation ne s’éteint pas entre vous, mais allumez-le toujours, pour qu’il puisse agir.

Travaillez toujours, toujours de la joie entre vous, les fils, pour qu’ils en prennent ceux des cieux, et qu’il s’en réjouisse toute la création, et qu’on en voit que vous êtes la maison des joies saintes, la maison des hôtes de Dieu.

Et Moi, le Seigneur, J’ai travaillé pour vous en jour de sainte fête votre élévation vers le Seigneur, âmes comblées de beauté, car les fêtes avec vous ici sont les plus consolateurs moments pour ceux des cieux, oh, et c’est ainsi que Je viens avec les saints, et c’est ainsi que s’accomplisse l’Ecriture qui dit: «Il vient le Seigneur avec les dizaines de milliers de Ses saints».

Oh, paix à vous, les fils! Je regarde sur vous. Tenez-vous sous Mon regard, et préparez ainsi l’emplacement de la fête de la Pentecôte, oh, et que vous passiez toujours ainsi le temps, en préparant toujours Ma voie vers vous et vers la terre, la parole de Dieu entre les cieux et la terre, oh, les fils. Amen, amen, amen.

06-06-2019

La Parole de Dieu du Sixième Dimanche après les Pâques, celui de l’Aveugle-né

Allez, les fils, allez, levez-vous et ouvrez-Moi! Si Je suis votre Pasteur, Je viens vous paître, car ceci c’est Mon travail, et vous, faites l’entrée du Seigneur dans le livre, soyez à l’écoute, assumez vos charges, fils des portes! L’obéissance c’est tout ce qui peut encore aider l’homme à connaître Dieu, Celui Auquel il n’a pas obéi l’homme bâti de Dieu au début, et pour la désobéissance, il a perdu sa vie, le séjour près de Dieu, auprès de Celui Qui donne à l’homme de la vie, et de l’esprit vivifiant, c’est-à-dire le fruit offert à Dieu de la part de l’homme.

Il n’a pas besoin l’homme que d’un petit peu de doute, un petit peu d’adversité, de révolte, de manque d’humilité, de mécontentement, de manque d’amour, et on perd ensuite peu à peu la fidélité et l’amour, la crainte de Dieu, à la suite d’une vie sans fruit, et si on n’a donné aucun fruit, on détruit aussi un autre fruit, un autre arbre fruitier, et voilà l’œuvre de celui qui ne porte pas de fruit, arbre d’automne, homme sans repentir, sans la crainte d’être abattu, d’être jeté au feu pour le manque de fruit, de fidélité dans la vie porteuse de fruits, ou pour les mauvais fruits, allant de ci, de là avec des bruits qui sèment le doute, le refroidissement de l’amour, pour éloigner de Dieu d’autres gens aussi, et voilà, Moi, le Seigneur, Je prends soin des brebis solides et fidèles en amour et en constance, et Je leur donne conseil de vie, de ne pas se laisser trainés vers l’égarement, vers le doute, pour être ainsi sortis de la bergerie par le loup affamé de brebis, oh, car c’est ainsi qu’ils se perdent ceux qui se perdent de Dieu, tel qu’Adam s’est perdu du paradis.

Mais Je viens nourrir Mon peuple pour qu’il choisisse tout seul ensuite l’obéissance ou la désobéissance et qu’il comprenne qu’aussi précieuse que soit l’obéissance pour la préservation de la vie, et bénie pour le bien de l’homme, d’autant plus dangereuse est la désobéissance de l’homme douteux, de celui qui choisit en quoi obéir et en quoi ne pas obéir, et qui aime décider lui-même quoi choisir, c’est pourquoi il ne s’habitue pas d’obéir au Seigneur pour ne pas faire un faux pas, tordre son pied et boiter ensuite à cause de la désobéissance.

C’est ainsi qu’il se passe, les fils, lorsque l’homme ne reçoit pas le Seigneur comme son guide et il se conduit tout seul selon sa tête, selon ses désirs, selon son non renoncement à soi, et entre les fils de Mon peuple, ils ne seront pas protégés des dangers et des chutes ceux qui n’obéissent pas à Moi et à vous, et ils prennent d’ailleurs ce qu’ils veulent faire et croire, se dirigeant par cela vers le doute, vers l’infidélité et vers la désobéissance ensuite.

Oh, les fils, c’est ainsi qu’ils s’est passé il y a deux mille ans avec ceux qui ont vu Mes faits et ils ont choisi de se délimiter de Moi et montrer leur doute quand J’ai guéri l’aveugle-né, pour confirmer entre eux Ma venue d’auprès du Père, tel qu’il est écrit que cette prophétie s’accomplisse.

Les Juifs portaient par ci, par là l’esprit du doute, et il n’y avait personne à les envoyer le faire, mais ils travaillaient d’eux-mêmes l’opposition, le doute, l’infidélité envers beaucoup de gens, puisqu’ils étaient présomptueux de leur nature et ils n’avaient pas peur du péché. Et maintenant J’enseigne le peuple et Je lui dis afin de savoir cela: Ils ne sont pas de Moi ceux qui vont de ci, de là avec leurs affaires et ils disent qu’ils sont les Miens, fils de Ma parole d’aujourd’hui. Ce n’est pas Moi Qui les envoie. Et comment les enverrais-Je faire ce qu’ils font, mauvaises actions, mauvais travail, en n’obéissant pas de ne plus aller de ci, de là, prenant les uns des autres le chemin vers le péché, vers le doute, vers l’obscurité d’entre eux, en se cachant pour tout cela? Oh, ils ne se sont pas donnés à Moi s’ils agissent ainsi, s’ils se conduisent tout seuls et défectueusement les pas de leur vie, s’ils n’ont pas appris de Moi obéir à Dieu, et leur aveuglement est grand, oh, et ce n’est pas de natif, mais parvenu après leur venue à Moi, à la vie de Ma parole créatrice de l’homme nouveau, et ils se disent qu’ils savent, qu’ils voient, qu’ils apprennent, qu’ils entendent, oh, et c’est ainsi que beaucoup d’eux sont tombés en faute, et qu’ils n’ont plus appris ce que c’est Dieu et Son œuvre, et c’est ainsi qu’ils cachent leur façon d’être, le manque de sagesse de leur raison et sentiment, en tenant secret entre eux leur marche de travers et avec dissimulation vis-à-vis de Dieu et des frères, avec des liaisons coupables entre eux, en abîmant l’esprit de la fraternité et de la vérité, celle qui est à Dieu seulement.

Oh, c’est ainsi qu’ils sont tombés, les fils, ceux qui ont quitté Mon bras et ils se sont dit qu’ils voyaient bien, qu’ils savaient ce qu’ils faisaient. Et Moi, Je demande à un tel homme: oh, chrétien, pourquoi es-tu venu à Moi si tu n’es pas venu pour te changer, pour être Mon fils pur de cœur, de foi, de parole et de fidélité? Voilà, tu es en faute face à Dieu et Son œuvre et c’est dangereux pour toi ce que tu fais. Oh, quand auras-tu encore le temps pour revenir, pour te corriger, lorsque tu verras ton mauvais fruit, ton mauvais pécule, et le châtiment selon les méfaits, tel qu’il est écrit de se passer quand Moi, le Seigneur, J’exécuterai cela?

Oh, Je ne veux pas qu’il soit Juif incrédule le fils du peuple de Ma parole. Moi, J’apporte la vue aux aveugles. Je ne veux pas qu’ils doutent de Moi ceux qui viennent et qui trouvent et goûtent de la source de Ma parole. Oh, elle est bonne l’humilité de cœur, elle est bonne l’œuvre de la foi, et la désobéissance est mauvaise, elle est l’œuvre du doute dans la foi.

Je te prépare, Mon peuple, pour la réunion à la sainte fête. J’annonce partout, Je claironne sur toi pour la réunion. Je prépare ton esprit, ton amour, l’humilité de cœur, la disposition pour l’enseignement et l’obéissance, car Je suis Pasteur miséricordieux, Mon peuple. Au moment où Je vois qu’il y a quelques-uns qui n’ont pas pitié d’eux-mêmes pour leur vie agréable avec Moi, c’est Moi Qui J’en ai, car Je suis Pasteur miséricordieux et J’avance la main parmi les épines après les brebis entortillées dans les chardons, après ceux qui n’ont pas travaillé leur champ, donné par Dieu pour le nettoyer d’épines.

Oh, voilà s’approcher un grand jour de fête et les armées célestes se préparent fébrilement, mais avec patience, et elles envoient des messagers pour aider à la préparation et à l’emplacement de la grande fête, car dans deux semaines il y aura grand festin dans le jardin, sous la tente, ici, et ils se préparent groupes par groupes ceux des cieux, et Moi, le Seigneur, Je bénis le temps qui reste et le travail mis au service du Saint-Esprit le Consolateur, l’Esprit Qui parle et annonce de Dieu, l’Esprit Qui prie dans les saints et l’Esprit Qui découvre les mystères de Dieu et leur fait place sur la terre, afin d’être connus et travaillés.

Tu dois savoir, Mon peuple, que pour tous ces travaux on a besoin d’instruments de travail, oh, Mon fils. Lorsque tu veux bâtir un empire, une maison, un bateau, une table, tu as besoin d’instruments de travail, Moi aussi, J’ai besoin des fils pleins de grâce, avec lesquels Je puisse travailler. J’ai besoin de disciples, outils de travail pour Dieu sur la terre, puisque Je viens bâtir tout de nouveau, Je viens renouveler tout, tel que l’homme fait sur la terre en bâtissant une nouvelle maison à la place de la vieille, il le fait pour ses enfants, pour ses descendants, et il fait des églises pour eux, pour que le Seigneur soit avec eux par l’église. Voilà que cela est merveilleux! Oh, c’est ainsi que Je travaille Moi aussi, Je Me fais des outils pour le travail saint, Je Me fais des disciples de ceux qui obéissent et travaillent selon Mon ordre, oh, et qu’il est difficile de trouver des fils obéissants, puisqu’ils n’ont pas voulu les chrétiens aimer Mon conseil pour eux, et obéir pour Moi et pour leur vie. Et Je pense à tous ceux qui ont traversé le lit de cette source de parole, à tous auxquels J’ai essayé de laver leurs péchés et les rendre dignes de Dieu.

Je regarde aussi ceux d’aujourd’hui, Je regarde et J’ai mal. Il y en a beaucoup de ceux qui sont venus, beaucoup de ceux qui ont obéi et encore plus de ceux qui n’ont pas obéi. Ils se sont acheté des portables pour parler les uns avec les autres et allonger leurs oreilles et leurs langues et tomber ainsi plus facilement dans le péché de la médisance, avec la perte du temps et l’accumulation de désobéissance et de ses fautes, et pour agir à leur guise encore plus, et Moi, J’ai vu cela et Je suis venu et J’ai dit aux chrétiens d’éviter de telles choses, cette sorte d’occasion de chute, si recherchée par l’homme. Tu aurais dû faire cela si seulement Je te l’avais demandé pour Mon œuvre d’aujourd’hui, pas pour allonger tes oreilles et au détriment de ton âme, chrétien comblé de désirs maladifs, qui mènent ta vie vers la honte, pas vers Ma gloire. Et quand Moi, Je parle avec toi des cieux, par Mon téléphone céleste, voilà, tu n’as plus besoin si tu en as aussi, selon l’ordre de ta tête. Oh, J’ai Moi aussi des téléphones entre Moi et toi, mais tu les casses toujours, tu les jettes par terre, tu n’en veux pas, tu ne veux pas en entendre, tu les fermes, tu te caches d’eux, tu fouilles leurs entrailles, car tu as fait ton réseau de connaissance dans le peuple et hors de lui, et le peuple chrétien croit que tu es de Moi et il te prend comme le Mien et te reçoit dans son cœur, car c’est ainsi qu’ils sont habitués de croire ceux qui te connaissent et te croient tout près de Moi.

Oh, dans les temps anciens, plus sages, il y avait des chrétiens de liaison entre les cités et le Seigneur, pour porter Mes annonces vers les cités, et des cités vers Moi, pour les besoins du peuple sanctifié et pour Mes conseils vers eux, mais maintenant on a mis de côté Mon ordre, et les chrétiens se font entre eux des liaisons, dont le Seigneur et Ses hommes ne sachent pas, n’en apprennent pas. Et voilà le mauvais aveuglement, oh, puisque ce n’est pas le Seigneur Qui est l’aveugle, tel que l’on croit, et que l’on veut, mais le Seigneur est Celui Qui voit, Qui entend, Celui Qui parle, et Il est Celui véritable, et Il travaille par Ses instruments depuis toujours et pour toujours.

Il souille le chrétien sa raison et son cœur avec des mots portés de ça, de là et il se procure de la coulpe, qui amène ensuite avec elle la tombée de Mon bras, et la grande réponse devant Dieu, pour le temps passé sans l’humilité et sans obéissance sur la voie vers le Seigneur, pour le fait de s’être caché l’un dans l’autre, l’un après l’autre avec les occupations de chaque jours, sans Dieu en toutes, car à l’homme c’est Dieu Qui manque, pas ce qu’il dit qu’il lui manque, et pour lequel il agit selon sa tête, pas selon Dieu, avec ses pas, et pas à pas il gaspille sa vie, il perd la vie avec Dieu, car Je suis la lumière, pas autre chose, mais l’homme doit comprendre ce que c’est Dieu, pour le savoir ensuite.

Oh, toi, satan, combien de temps pourras-tu encore attaquer Ma semaille? Tu apprends à l’homme de passer sur Ma parole comme Adam dans le paradis, et ensuite tu lui dis qu’il est indigne de rester auprès de Moi, et tu lui dis de se mettre à l’écart, et il t’obéit. Oh, elle viendra ta honte éternelle, puisque Ma patience est le feu allumé sur toi, c’est la braise qui agrandit la flamme que tu te prépares avec ta lutte vaine contre Moi, mais voilà, tu détruis beaucoup de ceux qui manquent de forces. Mais Moi, Je te dis: arrière Moi, satan, car il est écrit que Moi, le Seigneur, Je serai le Vainqueur, Moi, pas toi, et tu vas faiblir, car tu ne pourras pas détruire que ceux qui te ressemblent, non pas ceux qui Me ressemblent, et tu vas vaincre seulement ce qui est le tien, c’est cela que tu apprends maintenant de la bouche de Dieu!

Oh, les fils, les fils, Nous avons parlé aujourd’hui de l’esprit de l’aveuglement, l’esprit qui ne laisse pas le chrétien voir le Seigneur dans Son travail merveilleux et toujours plus merveilleux. Oh, J’ai tant attiré l’attention à tous, lorsque J’ai vu avec quelle sorte de pièges satan les attrape pour les séparer de Mon obéissance, comme Adam dans le paradis! Mais ils se sont imités les uns les autres et ils ont été tirés de côté par leur propre raison, qui ne s’est pas laissée conduite par Dieu, et c’est ainsi qu’il se passe avec ceux qui se conduisent selon leur tête, et ils sont pris de vertige à cause de la désobéissance envers Dieu, puisqu’ils n’ont pas évité la désobéissance, mais au contraire, ils ne sont cachés avec elle, tout comme Adam dans le paradis, qui s’est caché après avoir commis la faute envers Dieu.

Mais à ceux qui obéissent, Moi, le Seigneur, Je leur apprends cela: Oh, les fils, les fils, enrichissez-vous dans les cieux avec de la vie sainte et toujours plus sainte sur la terre, car la vie est éternelle ensuite, ou dans le paradis du bonheur, ou dans le soupir, les fils, c’est cela ce que Je vous dis.

Et maintenant Je laisse grande bénédiction sur la préparation de la fête de la Pentecôte et le commencement du travail pour tout ce qu’on doit préparer pour ce jour-là, devant ceux des cieux et devant ceux qui se réunissent auprès de Moi et de vous au jour de Sainte fête, fils qui veillez, et vous, ceux qui travaillez avec eux pour le Seigneur. Oh, travaillez l’esprit de la paix sainte et mettez le dans toutes les œuvres que vous placerez à la vue, pour le plaisir et le conseil des âmes qui vont vous regarder et vont apprendre par des paraboles Mon œuvre avec vous, Mon œuvre pour l’homme, Mon chemin et celui de Ma grande parole, celle longue, longue et encore longue, les fils, car voilà, Je marche depuis plus de soixante ans sur la voie de la parole entre le ciel et la terre, et vous Me faites le pont et Je marche.

Oh, prenez soin d’obéir en tout à Mes conseils, car voilà sous quels coups se trouve Mon pays et le vôtre, quelle grande amertume creuse encore dans l’âme de ce peuple, qui ne s’est pas habitué avec la volonté de Dieu sur lui et ses fils, et il y a toute une souffrance sur le peuple roumain et ils perdent les Roumains leurs biens accumulés durant toute la vie et ils oublient leur âme en accumulant sur la terre, et l’eau vient et leur prend la fortune, et ils restent seuls devant Moi, ils restent endoloris, mais ils ne choisissent pas le Seigneur comme fortune et demeure et chemin, oh, ils ne les choisissent pas les Roumains, et Moi Je crie et Je crie encore vers eux, si seulement ils vont entendre et ils vont s’incliner, et que Moi Je les soigne.

Mais ici, gardez Ma protection sur vous, par l’obéissance et soyez vigilants pour le Seigneur, les fils, et pour tout le peuple qui n’est pas vigilant. Demandez pour que Je vous donne, mais demandez selon Ma volonté, les fils, pas en dehors de Mes vœux, et vous recevrez de Moi, tel que Je vous l’ai promis!

Maintenant rassérénez-vous, remplissez-vous du Saint-Esprit et commencez le travail de la préparation de la fête dans les jardins ici, les fils!

Dans tout ce que vous travaillerez, paix à vous, les fils!

Pour toute la beauté qui s’exprimera ici, paix à vous, les fils!

Pour la sainte harmonie de tout le temps entre vous, entre Moi et vous, entre vous et Moi, oh, trois fois paix à vous, paix à vous, paix à vous!

Je reste auprès de vous. Gardez-Moi près de vous! Tenez-vous sous Ma main de Pasteur. Apprenez à recevoir Ma direction par ceux qui sont oints de Ma part sur vous et pour vous. Ils sont Ma parole sur vous, oh, les fils. Amen, amen, amen.



***

Recevrez maintenant d’auprès de Moi la bénédiction des empereurs chrétiens Constantin et Hélène et leur veille sur vous, et leur désir saint envers vous, puisqu’ils ont demain leur fête entre ceux des cieux, et ils sont venus aussi maintenant avec Moi pour s’inscrire dans Mon livre pour leur fête, et pour que vous les ayez à table avec vous, car Mes saints souhaitent votre compagnie, les fils, toujours, désirant toujours le bien pour vous et avec vous, désireux de vous. Amen.

02-06-2019

La Parole de Dieu du cinquième Dimanche après les Saintes Pâques, celui de la Samaritain

C’est à grand désir saint que Je descends au peuple de Ma parole, et Je Me rencontre avec lui en parole et Je lui clarifie des mystères toujours, toujours des mystères et Ma volonté sur lui, tel que J’ai travaillé à la fontaine d’Israël, il y a deux mille ans et J’ai donné à la femme samaritaine l’eau vive de Ma vie avec l’homme, celui qui prend de Dieu pour sa vie, pour l’amour de sa vie. Et Me voilà ici passant la fête à la fontaine au nom de son ange du ciel, la fontaine de la Samaritaine, la fontaine de la rencontre, et son enceinte dans la cité de Ma parole, et Moi en hôte à la fontaine, moi et Ma Samaritaine, le disciple qui témoignait de Dieu en ce temps-là, après Mon entretien avec elle à la fontaine.

Oh, les fils, Je vous trouve en attendant Mon entrée à vous et dans le livre et J’apprécie votre amour de Dieu, et heureux sont et ils le seront ceux qui apprécient Mon travail avec vous, qui vous apprécient vous, car ceux-là ont de la fidélité jusqu’à la fin, et ils seront trouvés auprès de Moi et de vous, toujours dans Mon travail sur vous, sous Ma grande œuvre pour la rédemption et la sanctification de plus en plus du peuple de Ma parole, le vrai peuple de Ma venue sur la terre maintenant, à la fin du temps, les fils.

Je suis arrivé avec l’armée céleste à la fontaine et nous trouvons un décore accueillant, nous trouvons de petites carafes, et nous sommes accueillis aussi par ceux qui viennent chez vous pour les fêtes ici, les fils, et Moi, le Seigneur, J’ai avec qui parler dans Ma descente, découvrir Mes mystères et les partager, partager de la foi et de la sagesse et de l’amour doux pour Mon accomplissement toujours plus ample dans ceux qui Me prennent de la source, avec l’eau vive de Ma parole de désir saint et de conseil pour celui-ci.

Nous nous asseyons maintenant, et paix à vous, les fils! Et d’auprès de Moi c’est l’ange de la fontaine qui regarde sur vous et sur la cité, la Samaritaine qui témoignait du Christ il y a deux mille ans, et toute sa maison et tout leur amour de Dieu, amour qui a relevé des âmes de l’ignorance et du péché et les a portés à Dieu comme offrande d’humilité et de foi jusqu’à la fin, amour constant, amour éternel, les fils.

Oh, Je te donne la joie du jour de fête, la joie de la rencontre avec le peuple de Ma parole ici, dans Ma cité sur la terre du peuple roumain, oh, disciple témoignant du Christ jusqu’à la fin, pas seulement pour ces temps, tel qu’ils le font ceux infidèles dans l’amour pour Moi. Et maintenant mets la voix de ta parole auprès de Moi dans le livre ici, dans la cité et nous inscrivons ce jour et son témoignage et tout ce que Je devrai y mettre pour être appris en ce jour.

— Il y a grande joie dans le ciel lorsque Tu viens avec Tes saints en parole sur la terre, Seigneur. Toutes les puissances et les armées célestes frémissent à Ta voix sur la cité et ils se réunissent avec Toi ici, dans les fêtes et ils se tiennent par groupes et écoutent Ta parole et il se console l’esprit de ceux des cieux, car c’est Toi leur consolateur, Toi, et Ta parole, Seigneur bien-aimé.

Oh, Tu débordes de désir saint en ce jour aussi, Seigneur. Tu brûles du désir d’établir encore et encore entre Toi et eux l’explication de Tes mystères d’ici, Seigneur bien-aimé, et qu’ils sont heureux ceux qui comprennent Ton désir saint et sa brûlure et Ton inclination pour les établir toujours plus forts sur la voie avec Toi jusqu’à la fin, Seigneur, tel que moi-même je T’ai aimé jusqu’à la fin, car j’ai compris que Tu étais venu sur la terre et que Tu n’étais pas considéré, et j’ai eu si mal pour Ta douleur, que j’ai commencé à crier de long en large et T’annoncer et amener beaucoup de gens à Toi, à Ton conseil, à Ton eau vive, Seigneur.

Oh, je souhaite ardemment de donner de mon désir saint, de mon amour pour Toi à beaucoup de gens aujourd’hui aussi, mais j’aimerais accorder au peuple de Ta parole le mystère de mon désir saint pour Toi, Seigneur bien-aimé, et leur dire que je T’ai aimé jusqu’à la fin, je T’ai aimé d’un désir brûlant et avec force et non séparation de Toi, Seigneur bien-aimé. Et si aujourd’hui Tu veux que je parle, oh, elle est grande ma joie, aussi grande que mon amour, et j’ai aimé les miens avec Ton amour, car si on aime vraiment les siens, on doit prendre soin de Dieu en eux, de ne plus perdre la foi et de ne pas être tués par l’incroyance semée de ceux qui partagent l’incroyance, puisque ceux qui tuent la foi et la compagne de Dieu dans celui qui va sur la voie avec Toi, ces gens-là se font coupables de meurtre, ils disposent de l’âme de l’homme fidèle, et ceux qui consentent la tourmente de l’incroyance, ils le font s’ils ont avec qui travailler l’incroyance et le refroidissement de leur âme, et ils arrivent à le faire sans en avoir peur eux-mêmes.

Je dis à ceux qui viennent pour être avec Toi, je leur dis qu’en ce temps l’amour de Dieu est petit chez le chrétien, il est petit à cause de l’amour de soi-même, amour sans Dieu en lui. Mais l’amour ayant Dieu en centre, voilà ce qu’il fait: non séparation entre l’homme et Dieu, amour éternel, amour qui ne meurt pas, Seigneur, mais bien au contraire, il grandit et sanctifie l’homme, et il est écrit dans les Ecritures pour le temps de la fin: «Que celui qui est injuste soit encore injuste; celui qui est souillé se souille encore; que le pur pratique encore la pureté, et celui qui est saint qu’il se sanctifie plus encore, puisque le Seigneur vient et Il rend à chacun selon son œuvre».

Oh, Seigneur, l’homme cherche le bien et toujours le mieux pour lui sur la terre, et surtout pour sa chair, oh, mais tu penses, homme, quel sera ton sort dans les cieux? Tu ne sais pas que pendant la vie de ta chair tu dois préparer ta vie éternelle? Oh, ne fuis pas, ne te sépare pas de la vie éternelle et de ses mystères! Garde-toi de laisser vers le danger ta vie éternelle, évite ceux qui tue ta foi, car ceux qui cherchent à séparer l’homme du soin pour la vie céleste, celui-là commet l’homicide, il tue la vie céleste de l’homme, et celui qui se sépare du soin de la vie éternelle, celui-là tue lui-même sa vie céleste et le bien de la vie éternelle, mais moi j’ai aimé l’eau de la vie éternelle et j’ai donné aux autres aussi, et j’en ai fait de la foi et de la résurrection dans ceux de ma maison et dans beaucoup d’autres ensuite.

Oh, voilà ce que je te dis, peuple de la parole de Dieu: tu as besoin de grande protection, c’est pourquoi tu dois t’habituer de plus en plus avec le Seigneur, que ton accomplissement soit de plus en plus saint devant Lui, puisqu’Il vient, le Seigneur et Il t’apprend comment te tenir sous Sa protection.

Vous, ceux qui choisissez de faire partie du peuple instruit par Dieu en ce temps, oh, ne vous occupez plus des choses qui ne vous laissent pas propres pour le Seigneur! Il a toujours perdu le Seigneur de Son peuple, quand Il a voulu lui demander d’aller plus haut, à pas plus saint, avec l’amour et l’œuvre plus accomplis, et il y avait beaucoup de ceux qui Le quittaient pour leur mieux et pour accomplir leurs vœux, oh, et ils se séparaient, en blessant le Seigneur d’une plaie éternelle, et ils n’avaient pas peur de faire cela à Dieu, et le Seigneur a toujours parlé seulement pour ceux qui vainquent leur volonté pour Sa volonté avec eux, oh, et sur la terre il y a beaucoup de choses à s’accomplir et le Seigneur a besoin d’un peuple préparé, toujours plus préparé, et on trouve beaucoup de gens dans l’embarras et dans la confusion des sens, c’est pourquoi le Seigneur travaille beaucoup, et maintenant, voilà, Il est en train d’ouvrir Sa bouche et de vous faire connaître Ses mystères.

Oh, Seigneur, je sens le trouble et le désir saint de Ton cœur, Ta parole prête à travailler, tel que Tu l’as fait avec moi à la fontaine en m’apprenant le mystère le l’eau vive et Ta compagnie en moi ensuite, pour diriger ma vie et mon amour et mon pouvoir pour Toi. Oh, gloire à Toi et à Ta grande et sainte parole pour eux! Et les armées de saints se tiennent sous le pouvoir de Ta parole et le ciel s’engage à T’aider Toi et Ton peuple. Oh, paix à Toi dans Ton travail sur eux, Seigneur! Amen.

— Je suis tout regard et ouïe, puisqu’on attend au milieu du peuple de Ma parole une explication, une clarification des sens, une paix rassurante dans les cœurs, et une ordre des choses, car il est écrit que: «Celui qui est saint, qu’il se sanctifie encore», et Moi, Je sanctifie Mon peuple toujours, toujours et de plus en plus, et il y a certains qui sont proche à se séparer de Moi par le non accomplissement des choses qui viennent des cieux pour être travaillées de ceux qui aiment et se tiennent avec Moi sur la voie, et ils ne font pas autrement avec leur vie.

Je parle avec toi, peuple de Ma parole, et Je laisse à la source Ma parole pour toi, car Je suis avec la femme samaritaine ici, à la fontaine, et Je travaille en partageant l’eau vive de Ma parole, et les armées de saints Me regardent. Je t’exhorte à fortifier ta voie vers Moi, Mon fils, et Je te donne comme exemple la femme samaritaine, celle qui n’a plus changé sa voie et sa marche sur la voie, et son amour et choix, après que Moi, le Seigneur, Je fusse apparu dans son chemin à la fontaine, bien plus, elle est allée ensuite avec toute sa maison avec Dieu et pour Dieu.

Oh, avec le peuple de Ma parole de ce temps il ne s’est pas passé de même, car ils sont venus des chrétiens, ils ont cru, ils ont aimé, et ils sont revenus sur leurs pas, ils M’ont quitté, ils M’ont laissé dans la honte devant le diable et le monde, puisqu’ils ne sont pas restés sous Mon obéissance, pour les sanctifier encore et encore, oh, et ils M’ont éloigné d’eux, et celui qui sort de Moi se sépare de Moi, et Je Me sépare Moi aussi de lui et Je le laisse accomplir sa volonté, Je ne le gêne pas, si c’est cela qu’il choisit de faire.

Cependant Moi, le Seigneur, Je suis resté et Je reste avec un peuple fidèle, et Je vois maintenant de la confusion dans le cœur de ceux qui aiment Dieu jusqu’à la fin, mais Je viens pour clarifier le trouble et leur donner l’explication tellement attendue d’eux, oh, car J’ai pitié de leur amour, J’ai pitié de ceux qui ont pitié de Moi, et Je leur parle maintenant.

Je vous ai dit, les fils, que Je vous prépare pour toujours plus haut, toujours plus près de Moi, pour que vous soyez là où Je le suis, tel que J’ai promis, et pour que vous soyez protégés des choses mauvaises qui viennent encore et encore sur la terre et sur les hommes. Je viens vous clarifier le mystère de Ma volonté en tout, car vos cœurs sont en pleurs, puisque c’est Moi qui pleure en eux, fils qui aimez et qui avez pitié du Seigneur avec votre amour et avec l’obéissance. Oh, les fils, Je pleure, c’est Moi Qui pleure en vous, pas vous, les fils, pas vous, puisque J’ai une blessure éternelle à cause des non accomplissements de Ma volonté de l’homme, et satan déborde de joie pour Mon temps perdu en sa faveur, car le peuple nourri par Moi avec la parole du ciel, oh, il n’a pas été fidèle jusqu’à la fin, jusqu’à la frontière. Certains M’ont quitté quand J’ai dit qu’il ne mange plus de viande le peuple de Ma parole. D’autres M’ont quitté pour demeurer avec leur eau-de-vie, d’autres pour manger du pain fait par le monde aux mains et raison non lavées, d’autres encore pour pouvoir porter des habits comme le monde, d’autres pour des envies et des désirs, d’autres pour la mode d’aujourd’hui et la désobéissance à Dieu, oh, et ils sont tombés les parents par les enfants et les enfants par les parents ensuite, insoumis à Dieu, ceux qui ont choisi de tomber de Mon bras plein de parole, oh, et au long du temps ils sont peu nombreux ceux qui sont restés les Miens, très peu, depuis le début de Mon œuvre jusqu’aujourd’hui.

L’homme tombe dans la désobéissance à cause de la désobéissance, il tombe de l’une en l’autre quand il tombe, et ils meurent les uns par les autres ceux qui tombent, parce qu’il n’évite pas la mort, celui qui est encore vivant.

Oh, les fils, les fils, Je suis miséricordieux, et J’essaie de ne pas presser trop avec Mon poids et vous tenir beaucoup sous Ma parole. J’entre avec l’explication et la clarification de la confusion de Mon peuple. Il est arrivé de l’un à l’autre partout la confusion sur le mode de se nourrir de celui qui est vraiment le peuple de Ma parole.

Oui, les fils, d’une manière chrétienne il y a déliement pour le vin et l’huile dans les jours de fête qui tombent aux jours de jeûne (lundi, mercredi, vendredi) et il n’existe pas d’autres choses comme nourriture pour le peuple de Ma venue, préparé à part en ce temps par Dieu, et qui a de Moi le conseil pour la nourriture, celle du paradis, tout comme J’avais dit à l’homme de se nourrir devant Moi, pour le nettoyer, le sauver de la mort, et ensuite pour pouvoir le protéger, le gardant sous Mon recouvrement, car il est écrit: «Le Seigneur t’arrachera au filet, Il te couvrira et tu auras un abri sous les ailes et sous Sa vérité, et tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole de jour, ni les maux des ténèbres et toute sorte de maladies, et s’ils en tomberont à ta gauche et à ta droite des milliers et des dizaines de milliers, tu resteras hors d’atteinte, car tu as fait du Seigneur ton refuge, et les malheurs ne peuvent venir vers toi, ni vers ta tente, et tu seras porté par Ses mains et tu marcheras sur le serpent vénéneux et sur le lion et tu appelleras le Seigneur, et Il t’entendra et tu Le glorifieras, Lui Qui te protège».

Je vous ai dit, les fils, de nettoyer votre maison et votre jardin et de prendre grand soin de Ma vie en vous. Je vous ai appris à ne plus manger de viande, à ne plus élever des animaux et des volailles pour les manger, à ne plus vous nourrir de chair, et Je vous ai délié les mains de ce travail, qui vous éloignait de Moi, et Je vous ai conseillé vers la nourriture de paradis, des légumes, des grains et de fruits, et tout ce qui vous sanctifie et vous garde vos âmes et vos corps. Oh, Je vous ai appris cela parce que Je vous ai aimé, les fils. J’ai dit: que chacun mange de sa mère, car vous êtes le peuple du Seigneur en ce temps. J’ai dit de ne pas manger de l’animal ou de la volaille, ou d’autre chair vive, mais de manger comme dans le paradis, pour qu’il vous aille bien et que vous soyez Mon abri chaud avec vous.

Oh, il y a maintenant grand trouble dans le peuple, puisque la nouvelle a couru que Mon peuple ne doit pas manger la nourriture des abeilles. Oh, c’est vrai les fils, et Je M’incline maintenant et Je vous demande pardon, puisqu’il y a parmi vous qui disent: «Pourquoi le Seigneur ne nous l’a-t-Il pas dit? Pourquoi a-t-il fallu que nous nous nourrissions ainsi pendant si longtemps?.

Oh, pardonnez au Seigneur maintenant, les fils! Je M’incline et Je console vos petits cœurs endoloris et Je vous promets que Je vous pardonne aussi et Je vous purifie de votre coulpe, du trouble qui se trouve dans vos petits cœurs. Oh, Je travaille pour garder Mon œuvre et Je mets de la patience pour la marche de Mon œuvre, pour ceux qui veulent Me suivre sur la voie de la préparation de Ma venue en parole sur la terre, et pour la vie de paradis de ceux qui Me sont fidèles maintenant.

Je ne peux pas, les fils, apporter Ma volonté sur la terre, du moment que Je vois qu’il est petit l’amour de Dieu que le chrétien a sur la terre, et Moi, Je dois claironner Ma parole et avoir à qui la partager, et attendre le chrétien qu’il fasse Ma volonté pas à pas, et Je suis comblé d’attente après les pas saints, toujours plus saints des fils de Ma parole, et Je leur dis: oh, il n’y a pas de différence entre manger le lait de la vache qui mange de l’herbe, ou des œufs de la poule qui mange des grains et de petits vers, et la nourriture des abeilles qui mangent le nectar des fleurs, car cette nourriture passe par la chair, les fils, mais vous, Je vous prépare pour la vie de paradis pour le paradis, puisque vous avez vu comment l’homme est tombé du paradis, et qu’il est difficile le travail du Seigneur pour rendre l’homme digne de paradis d’où il est tombé au début.

Je vous promets d’éclaircir plus encore avec vous ces mystères saints, descendus du paradis pour vous, mais maintenant, les fils, Je veux apaiser votre trouble, Je vous promets le pardon et J’efface la pression de vos cœurs, oh, et Je recommence avec votre éducation dans la pureté, puisqu’il faut que l’homme commence toujours et ne pas s’arrêter. Mais vous aussi, les fils, pardonnez Ma patience, parce que Moi, J’ai eu du mal quand Je n’ai pas pu annoncer l’accomplissement de beaucoup de choses qui sont restés encore à établir, mais voilà, il ne peut pas celui qui croit en Ma venue en parole sur la terre, il ne peut agir comme dans le paradis, du moment qu’il est depuis si longtemps sur la terre et comme sur la terre.

J’ai dit à l’Israël, dans des paraboles Je lui ai dit, que Je le prends et Je le conduis dans un lieu où il coule le lait et le miel, si seulement il veuille aller avec Moi et quitter le Monde, sortir de l’Egypte, mais il a protesté sur la voie et il a voulu de nouveau la nourriture qu’il avait en Egypte, et Moi J’ai accompli sa volonté, mais ils ne sont plus arrivés à voir Canaan, puisqu’ils sont morts sur la voie les fils d’Israël, et ils ont obéi les fils nés en chemin, et Je leur ai donné la terre bénie, oh, et J’ai porté douleurs sur douleurs d’eux aussi, tout le temps ensuite, car l’homme n’a pas de fidélité jusqu’à la fin, les fils, ils n’ont pas comme la Samaritaine l’a eue et toute sa maison, après avoir connu et aimé le Christ.

Voilà donc, le vraie peuple de Ma parole ne doit pas manger de la nourriture ni de la vache, ni de la poule, et cette loi sainte c’est pour ceux qui aiment et obéissent au Seigneur et à Sa venue d’aujourd’hui avec le mystère du paradis sur la terre chez l’homme.

Fils qui mettez sur la terre Ma parole, oh, les fils, il n’est pas avec vous celui qui n’a pas de communion d’âme avec vous, mais du moins qu’ils ne soient pas contre vous un tel homme. Oh, les fils, ils sont avec vous ceux avec lesquels vous vous réjouissez et qui vous réjouissent eux aussi, et ils se réjouissent avec vous et de vous. Et ce qu’il y a encore à expliquer, nous laissons maintenant pour la suivante venue chez vous en parole, et maintenant Je vous laisse vous reposer, mais aussi ceux que Je rassure avec Mon explication, car ils sont tristes, l’âme en pleurs pour le temps passé sans connaître ce mystère du paradis descendu maintenant chez vous. Oh, réjouissez-vous dans Ma paix et espérez en Dieu et toutes les Siennes par vous, car c’est Lui Qui vous donne pour porter et pour être, Lui, les fils, Lui.

J’embrasse ceux qui sont faibles avec l’amour et Je leur donne du relèvement, mais avec ce souhait, qu’ils fassent eux aussi avec désir saint Ma volonté et qu’ils pleurent eux aussi après elle.

Maintenant paix à vous! Ma paix sainte des extrémités aux autres extrémités sur les fils de Ma parole! Mon embrassement Je le partage à tous. Je veux les avoir tous en Mon sein tendre pour les fils. Qu’ils viennent chez vous pour apprendre ce qu’ils doivent faire, qu’ils sachent de vous qu’entre deux maux il est bon que l’homme n’en choisisse aucun, mais s’il en est obligé à cause de circonstances, il est bon de choisir le moindre mal, et s’asperger d’eau bénite et purifiante, lui et toutes les choses qu’il utilise le chrétien de Mon peuple, et Moi, Je vais les recevoir, car il est écrit: «Ne touchez pas des choses impures pour vous, et Moi Je vais vous recevoir». Et demeurez purs par l’obéissance, et Moi, Je vous recevrai, oh, les fils. Amen, amen, amen.

26-05-2019