Utilisation de ce site est soumise aux Conditions d’utilisation du site.


La Parole de Dieu du premier Dimanche du Carême, de la Juste Foi, de l’Orthodoxie

Je suis Celui Qui est. C’est ainsi que Je M’annonce Moi, le Seigneur Jésus-Christ, à ceux auxquels J’envoie en ce jour Ma parole, la parole de Dieu, afin que Dieu parle avec eux dans Sa langue. Et si les hommes parlent de Dieu en leur langue, le Seigneur parle dans Sa langue pour tous ceux qui s’expriment comme ils veulent sur Dieu et Sa voie avec l’homme.

Ma voie avec l’homme, Je l’ai dit de Ma bouche il y a deux mille ans, J’ai dit que c’est Moi la Voie, Moi tel que Je suis, pas comme l’homme l’est, lui qui choisit sa voie vers Dieu selon sa raison et son désir. Et en ce jour c’est la Voie-Même Qui parle avec les voies que les hommes choisissent vers Dieu, pour que Dieu les ait comme des Siens, disent-ils.

Oh, pas comme ça. Pas n’importe qui peut parler de la voie avec Dieu, et voilà, il est en fleur le temps dont J’ai dit dans Mes paroles d’il y a deux mille ans, qu’ils se montreront toute sorte de faux prophètes pour déformer la voie des hommes vers Dieu, et ensuite J’ai attentionné Mes disciples sur ce temps dangereux pour les fidèles de la fin, et ils étaient vêtus Mes disciples dans le Saint-Esprit, comme Je leur avait promis lorsque Je suis rentré auprès du Père, après Ma résurrection.

Oh, et Je vais parler maintenant de la voie vers Dieu et J’irai avec Ma parole de long en large de la terre, et Ma parole restera écrite sur la terre et dans le ciel, car Je suis Celui miséricordieux et Je tends la main après l’homme, mais qu’il puisse croire de toutes ses forces dans la parole de Dieu de ce temps et en son pouvoir, car Je viens sur la terre en parole, tel qu’il est écrit, et c’est de la foi que Je souhaite trouver sur la terre si Je viens vers l’homme.

Tout d’abord Je laisse la parole de la réconciliation et de la consolation sur tous et sur tout lieu où va pénétrer Ma parole, et Je dis:

Paix à vous, à ceux avec qui Moi, le Seigneur Jésus-Christ, Je parle en ce jour, le premier dimanche du carême, celui de la juste foi, le dimanche de l’orthodoxie, la voie juste de l’homme avec Dieu, l’homme qui veut aller avec le Seigneur sur la voie!

Il est écrit de Moi dans la loi et dans les prophètes que Je serai la Parole de Dieu au-dessus de la terre à la fin du temps et que Je serai accompagné d’armées de saints, et ceux qui n’ont pas de perfidie dans leur cœur et leur foi, ceux-ci peuvent Me reconnaître en cette parole et ils peuvent dire avec de la foi sainte: «Parle-nous, Seigneur. Tu es le Fils de Dieu!», et Je peux dire avec Ma parole aux cœurs illuminés: «Vous allez voir le ciel ouvert et les anges de Dieu en montant et en descendant, menant et amenant, et encore amenant et menant Dieu la Parole au-dessus de la terre», car Je travaille entre les hommes en parole en ce jour, et elle va au Père Ma parole, tout comme il y a deux mille ans, quand Je parlais avec le Père et Je demandais, et Il M’écoutait et accomplissait ce que Je lui demandais, car J’ai dit au Père au vu et à l’ouïe de Mes disciples: «Oh, Père, Je sais que Tu M’exauces, mais Je Te prie pour eux, afin qu’ils voient que c’est Toi Qui M’as envoyé!», et ensuite J’ai crié à Lazare, celui mort depuis quatre jours, qu’il se réveille et qu’il sorte à la lumière vivant, et ainsi Ma liaison avec le Père a fait son ouvrage à la vue, car J’ai dit: «Qu’ils croient, Mon Père, qu’ils voient que Tu M’entends, que Tu M’exauces et que Je ne fais rien si ce n’est de Toi, puisque Je suis Ton Fils».

Oh, c’est la même chose que Je fais en ce jour et Je dis: Oh, Père, ce que Tu Me donnes, c’est cela que Je parle en ce jour, et Je ne fais rien de Moi-Même, parce que Je ne fais pas Ma volonté, mais la Tienne, Père céleste.

— Et Moi, le Père, Je parle et Je dis à ceux avec qui Tu parles maintenant, Mon bien-aimé Fils Jésus-Christ, et Je leur dis à tous cela:

Amen, amen, Je vous dis, à tous: tout parent se réjouit de son enfant et il lui fait seulement des joies et seulement des consolations. Mais Moi, J’ai pleuré et Je pleure depuis sept mille ans, Je pleure avec Mon Fils Jésus, Celui tant aimé, et Nous pleurons brûlant du désir saint, puisque Nous avons fait au commencement l’homme à Notre image et selon Notre ressemblance pour que Nous Nous réjouissions avec lui et de lui, mais s’il n’a pas été enfant, oh, il n’a pas pu comprendre comme un enfant, et il a profondément endolori Dieu, car il n’a pas obéi, et il s’est perdu de Dieu, voilà, pourquoi Dieu a pleuré et Il pleure, oh, Il pleure toujours, Il pleure puisqu’Il a envoyé Son Fils, avec Lequel Il pleure, et le Fils de Dieu est venu sur la terre, Il s’est fait tout petit et Il s’est blotti comme un poussin dans le sein pur de la Vierge, celle prophétisée comme porteuse de Dieu, oh, et Il est né petit Enfant, et voilà que Dieu a été Enfant obéissant, Il a vécu et Il a crû, sous l’obéissance Il a vécu, oh, et sur la croix Il a été élevé, pour y mourir comme l’homme, pour mourir par la croix pour l’homme, et pour l’attirer vers le Père, vers Celui Qui a bâti l’homme. Et Moi, Je pleure avec Mon Fils Jésus-Christ et Nous attendons avec l’Esprit-Saint le Consolateur, Nous attendons comprendre l’homme dans le mystère de la naissance de nouveau, d’en haut.

En ce grand jour, Mon Fils Jésus, Moi le Père, Je M’adresse au genre humain et Je dis pour Ta parole d’aujourd’hui sur eux : Tout comme l’eau préparée par le prêtre pour le jour de l’Epiphanie reçoit sur elle la parole qui sanctifie et elle devient l’eau bénite, protectrice contre le mal, ouvrant la voie vers la sainteté, et elle reste toujours claire et toujours fraîche, avec le pouvoir de Dieu sur elle, n’importe combien d’années serait-elle gardée par l’homme, merveille du Saint-Esprit sur elle, oh, qu’il arrive tout ainsi de pouvoir s’incliner par cette parole tous les fidèles, et qu’ils reçoivent la sanctification de la raison et de la sagesse de la raison, et puis celle du cœur, et ensuite que par la foi, la raison de l’homme connaisse l’unique voie, sur laquelle on va avec Dieu.

Et Moi, le Père, Je scelle maintenant pour la raison de l’homme ce que J’ai dit et Je lui ai destiné de pouvoir, de pouvoir croire de Dieu et comme Dieu, car voilà, la foi n’est pas à tous, mais seulement à ceux qui se sanctifient avec leur vie, et puis en portant Dieu en eux par le Saint-Esprit le Consolateur, Celui Qui a Son ordre par l’église, puisque l’église qui offre la voie, la vérité et la vie est celle laissé de Toi par Tes disciples, Fils Jésus, église qu’ils ont mis en œuvre de disciples en disciples, et elle s’appelle la voie juste, la voie du Christ avec l’homme, la voie de l’orthodoxie, que beaucoup, beaucoup, oh, trop de gens ont quittée, et ils se sont en allés selon leur raison, et Ton église est restée pour les saints, pour ceux qui se sont sanctifiés pour Toi et pour elle, pour qu’elle ne soit pas vaincue et qu’elle survive par sa racine, en bourgeonnant vers le ciel par l’esprit de l’humilité et de l’obéissance, œuvres quittées de ceux qui se sont séparés de la bénédiction laissée des saints. Mais les saints sont restés et ils existent, il y a toute une armée de saints porteurs de Dieu, et le ciel est plein de leur œuvre pour ceux de la terre, qui croient par la foi des saints du Seigneur, oh, et Nous avons du fruit dans les cieux, Fils bien-aimé, et Nous travaillons d’en haut, et voilà, Nous travaillons en bas aussi, pour établir les voies et aplanir partout, pour qu’elle soit visible la voie, car c’est Toi la Voie, Fils Jésus, oh, mais qui Te reconnaît encore, tel que Tu es, qui Mon Fils? Qui veut encore se ranger de Ta part, selon Ton image et Ta ressemblance?

— Oh, Mon Père, bénis Ma parole, pour que Je Me fasse connu par elle, tel que Je suis, à tous ceux qui ont déformé les voies des hommes, de façon qu’ils ne sachent plus la voie vers Dieu, et la voie de Dieu vers eux.

Je viens de Ta part après l’homme, Père bien-aimé, et Je travaille Ton œuvre, Toi en Moi et Moi en Toi, et en ceux qui croient à Ma venue en parole sur la terre, afin qu’ils croient aussi beaucoup d’autres encore, que c’est Toi Qui M’as envoyé et M’envoies, que Tu travailles, et que Moi suis Ton Fils obéissant, et c’est de Toi que Je prends, car il est écrit que: «Nous faisons toutes choses nouvelles!».

Et maintenant, écoutez, vous, tous ceux de la terre, vous qui vous croyez sur la voie avec Dieu, et vous aussi, ceux qui ne croyez rien ou en aucune des choses laissées de Dieu et avec Dieu entre le ciel et la terre:

Amen, amen vous dis-Je à tous: Je suis Celui Qui est! Je suis le bon Pasteur Celui Qui a mis Sa vie pour Ses brebis, et Qui a dans d’autres bergeries aussi des brebis, pour les amener à Lui, à la voie qui est Sa voie, la voie avec Dieu sur elle!

Oh, l’homme ne peut, il ne peut choisir sa voie avec Dieu, il ne peut que s’il prend celle que J’ai Moi-Même établie et scellée par les saints de l’église, car Mon église c’est l’église de Mes saints, de ceux qui se sanctifient pour Moi, pour devenir Ma demeure, et ensuite ensemble Mon troupeau.

Oh, faites attention à la parole de Ma bouche en ce jour de Mon entretien avec vous, car Nous Nous retournons au début de Mon église et de la voie de Mes fidèles ; et celui qui ne veut pas entendre et lire l’histoire d’alors de l’église du Christ, des premiers de Mes disciples et de ceux laissés des uns aux autres, tout comme ceux du début, celui qui ne veut pas entendre, qu’il n’entende pas, qu’il ne connaisse pas cela, puisqu’il ne sont pas poussés à croire, mais ils sont priés de faire attention que l’église de Christ n’est pas telle que l’homme choisit qu’elle soit, mais tout comme elle a été établie et affermie sur de forts piliers, une fois pour toutes et laissé aux saints du Seigneur.

Oh, mais qui sont ceux qui ont été et sont les saints du Seigneur? Ils sont ceux qui croient et qui travaillent tout comme ceux du début, point de départ de la foi et de la voie de l’homme avec Dieu. Il est arrivé ensuite le temps lorsque, par le Saint-Esprit se sont élevés avec pouvoir d’en haut, les trois grands prélats du troupeau orthodoxe, Basile, Grégoire et Jean, sur lesquels est descendue la grande œuvre du Saint-Esprit et Sa grande puissance, et ils ont établi un ordre de grande force pour ceux qui seront dignes de la voie orthodoxe, avec leur vie allant vers Dieu, et le Saint-Esprit a scellé cette sagesse descendue et beaucoup travaillant sur eux, et Il a laissé les choses prises de Mes choses et annoncées pour être établies sur les choses saintes et sur les saints du Seigneur. A ces trois grands saints prélats de Mon église sont ajoutés pour affermir l’église des saints, le prélat Nicolas, le prélat Spiridon et le prélat Haralambie, voilà quelques uns de ceux nommés maintenant dans Mon discours sur le début saint de l’œuvre de Mon église, fortifiée par des saints pleins d’humilité et de douceur d’âme et d’effort constant pour le renoncement à soi, tel que Moi, le Seigneur, Je demande à ceux qui viennent avec Moi sur la voie, et ils sont allés ainsi, et plusieurs comme eux, par de grandes luttes entre Mes saints et les ennemis de la juste foi. Et après mille ans de la fondation de Mon église par Mes disciples, oh, il est arrivé le temps de la rupture, et s’il est venu ce temps, Moi, le Seigneur, Je suis resté avec un petit troupeau, car la plupart de lui a choisi son propre chemin, à la bonne aventure, pour une loi à son gré, mais, en quittant l’obéissance du commencement de l’église, son ordre est devenu bigarré, pour qu’ensuite elles arrivent sur le troupeau des ruptures de temps en temps, jusqu’à ce qu’elles fussent apparues plusieurs sentiers et des noms de sentiers, plusieurs choix de voie selon le désir, et Moi, le Seigneur, Je suis resté fidèlement et entièrement avec ceux qui ont persisté dans leur marche selon les règles des saints parents, scellées pour l’esprit et la chair et la marche de Mon église.

Et voilà, deux mille ans sont passés, et Moi, Je suis entier comme au début, et non séparé, et Je travaille avec le Père pour la loi restée et gardée par l’église orthodoxe, la mariée fidèle à son Epoux, et qui supplie le Père pour la rémission de ses péchés, tout comme elle pardonne à ceux qui l’offensent. Et tout aussi, le long des temps, il y en a, il y en a eu beaucoup, et ils y auront encore beaucoup qui vont se pencher pour connaître en détail l’histoire vraie et la marche fidèle des saints de Mon église, et ils s’attachent avec de la foi sur la voie, celle uniquement vraie et gardée à la racine de la vie que J’aime pour Mon église.

Oh, personne, personne ne peut outrager la marche de Mon église le long du temps, même, s’il y a eu et s’il y en a encore de ceux qui ne marchent pas convenablement avec leur vie selon la loi des saints de l’église, puisque les hommes tombent dans des péchés, mais ils ont à leur disposition la repentance et le relèvement, et Je dis cela parce que Je vois l’audace des prophètes menteurs qui disent par ci par là qu’ils sont partis de la loi laissée des parents de l’église, parce que les serviteurs de l’orthodoxie sont incapables, n’honorent pas Dieu, insouciants envers le troupeau. Mais J’ai une question pour ces médisants: est-ce qu’ils étaient ou ils sont dignes de leur position, s’ils se sont séparés pour écouter des appels étrangers à la voix du Seigneur? Ou ils sont sots ceux toujours persévérants sur la voie et la foi des saints parents, et ceux qui partent ailleurs sont-ils intelligents, et c’est pour cela-même qu’ils partent? Oh, ce n’est pas ainsi, mais ils sont ceux qui se sont laissés trompés et déracinés, et ils sont obstinés et orgueilleux, enivrés d’un amour étranger à l’esprit d’humilité du Christ, même s’ils ressentent, bon Dieu, qu’ils aiment Dieu et par leur amour ils attirent et sauvent d’autres gens aussi vers Dieu. Oh, qui est-ce qui envoie ceux-ci faire ce qu’ils font? Oh, ce n’est pas Moi Qui les envoie. Leur venue est annoncée, qu’ils sortiront du troupeau, ils tromperont ceux qui n’aiment pas Dieu et ils diront que le Christ est à eux, même s’ils ne peuvent pas montrer Dieu étant avec eux.

Oh, et qui sont ceux trompés par eux? Ils sont ceux qui ne connaissent pas l’histoire et la constance et la peine des saints et des fondateurs de Mon église, par le Saint-Esprit laissé de Dieu sur eux. Les trompés sont ceux qui ne se sont pas occupés avec la raison et le cœur à connaître et à suivre le Seigneur, et au moment où on leur montre l’appât, il leur paraît que le Seigneur est venu à leur rencontre.

Mais, Moi, J’ai un acte de naissance tout comme l’homme, et Mon église de même, mais qui veuille dire ceci à ceux trompés et qui ne savent pas que Dieu est témoigné par les saints, par les disciples, par les hommes de peine spirituelle, par des maîtres éprouvés et très sages, pas pris des coins de la rue, pas n’importe comment formés, mais par le renoncement à soi, se laissant illuminés et doués de Dieu pour enseigner les hommes?

Oh, et Je regarde ceux qui se tiennent aux carrefours, chasseurs d’âmes, qui cherchent des gens importants, renommés parmi les hommes, et les tirent pour être crus ensuite, pour qu’ils attirent d’autres, qui ne connaissent pas la voie sainte disent-ils, oh, et ceux-ci restent toujours dans leurs volontés, pas dans les Miennes, et ils n’ont pas le sceau saint connu de Dieu, et ils se laissent trompés par toute piège apparue dans la voie. Mais Moi, Je leur dis clairement à tous ceux pêchés et trompés, Je le dis aux pêcheurs et à leur proie: «Il a connu le Seigneur ceux qui sont les Siens». C’est ainsi qu’il est écrit, pas autrement, et il n’est pas au vouloir de l’homme, car l’homme reçoit ce qu’il mérite et il trouve ce qu’il cherche, et voilà, il croit qu’il trouve Dieu. Mais à qui veut trouver Dieu pour sa vie, Moi, le Seigneur, Je leur dis à tous ceux qui cherchent, que c’est par l’église qu’Il Se laisse connu et trouvé et offert en don à ceux qui se sanctifient pour Lui, car Mon église est celle de Mes saints, à ceux qui avancent marches par marches vers la connaissance de Dieu et vers l’obéissance envers Lui.

Et maintenant Je dis: Vous, qui voulez être avec Dieu selon la vérité, c’est Moi la voie pour vous, et Je ne peux vous guider que vers l’église que J’ai établie par les saints et les parents et par les martyrs qui ont témoigné de la foi sainte, et la voie s’appelle dans la langue des hommes l’église orthodoxe et sa loi pour ceux qui se font fils de Dieu par l’église, car Dieu ne reconnaît pas d’autres fils comme les Siens, que s’ils viennent vers la vérité, celle découverte par Son église, vers le christianisme et vers la vie pour la foi ensuite.

Voilà donc la voie de laquelle Moi, le Seigneur, Je dis que c’est Moi la voie, oh, elle est si belle l’histoire de Mon église, si belle! Si l’homme voulais s’inscrire sur ce chemin, ils se rempliraient de la sagesse de Mes saints et ils seraient vêtus de la lumière d’en haut, et Moi, le Seigneur, Je dis en ce jour nommé le dimanche de l’orthodoxie, Je dis à tous ceux qui veulent essayer l’amour de Dieu par l’église, des bons et des méchants, des orthodoxes et des séparés sur d’autres voies, Je leur dis cela: Oh, faites le signe de la croix avec les trois grands doigts réunis de la main droite et signez votre corps sur le front, sur la poitrine, sur l’épaule droite et ensuite sur celle gauche et dites: «Seigneur, prends pitié de nous!», et vous allez voir des miracles et des chutes des démons et satan en hurlant derrière vous, et vous allez voir des victoires salutaires pour vous en temps de lutte avec le diable, oh, parce que l’homme est dépourvu de l’arme de la victoire, la croix et de son emploi habituel par ceux qui sont baptisés, à qui il manque la croix, tel que l’arme manque au soldat en temps de guerre.

Je ne veux que tu souffres des dangers, pays roumain, Mon pays, pays orthodoxe, mais fais le signe de la croix Je te dis, et élève des croix partout, et signez-vous, fils roumains, car Il est venu le Christ sur la terre et Il a embrassé la croix pour vous, pour ceux qui croient en Sa venue d’alors, et vous, gardez-vous dans la foi de l’église du commencement, oh, et appelez-Moi auprès de vous, car heureux ceux qui Me choisissent de Sauveur au temps d’ennuis!

Oh, voilà quelques conseils saints que Je vous donne encore: Le dimanche ne vendez et n’achetez rien, les fils, car c’est le jour du Seigneur, c’est le jour de la résurrection, fils roumains! Ouvrez votre chemin en arrosant avec de l’eau bénite ! Faites le signe de la croix sur tout et sur vous, sur l’eau, sur la nourriture, sur votre travail, sur la voie de votre marche! Oh, priez Dieu au coucher, au lever en vous asseyant à table, en allant au travail, puisque David, Mon oint, étant empereur avec tant de soucis portés tous les jours de son règne sur son pays, mais il avait toujours du temps suffisant pour parler à Dieu, pendant de bon ou de mauvais temps, de présenter devant Moi toutes ses douleurs et joies, de se coucher et se lever avec Dieu, Le glorifier avec son cœur et sa voix tout le temps, et voilà, l’amour et la vie avec Dieu, en tout et tout le temps. Oh, comment Dieu pourrait-Il quitter un tel homme aimant, et comment pourrait-elle vivre sans Dieu une telle âme déifiée?

Ne quittez pas ce pays beaucoup béni, fils roumains! Ne cherchez pas d’avoir chaud et c’est tout, puisque pour la foi on a besoin de constance et de patience et de fidélité, et tout cela par la charité. Oh, ne soyez pas d’oiseaux migrateurs qui s’en vont loin ayant peur du froid, pensez que beaucoup d’entre les oiseaux sont des exemples de fidélité et ils restent à la maison et supportent le froid et le gel, et il y a parmi eux qui tombent comme les martyrs par la patience, mais ils demeurent à la maison et ils cherchent auprès des maisons des chrétiens, qui leur mettent dans les arbres la nourriture et de l’eau chaude quand il fait trop froid, et voilà bon exemple pour ceux qui aiment et supportent fidèlement pour Dieu et auprès de Dieu, non pas loin parmi les étrangers, car les oiseaux migrateurs ne rentrent pas, mais c’est leurs petits qui le font au printemps, tel qu’il s’est passé avec le peuple Israël, quand il est rentré du pays étranger, car ce sont leurs petits qui sont rentrés, pendant qu’eux, ils se sont obstiné et ils ne sont plus retournés.

Vous, qui êtes partis de l’église des saint parents et vous séparez et partez en vous éloignant, oh, n’oubliez pas que vous êtes vous aussi des pécheurs, et Moi, J’ai dis que l’homme ne tombe pas: «Ne jugez pas, pour ne pas tomber dans le jugement!», ne tombez pas dans le même péché pour lequel vous jugez l’homme, et ensuite vous perdez Dieu et vous tomber vers l’égarement comme payement de ceux qui jugent l’homme à la place de Dieu.

C’est Moi la voie, oh, c’est Moi, et vous déconsidérez l’amour pour Ma mère la Vierge et Mes saints. Oh, et avec quoi et avec qui demeurez-vous? Vous avez besoin d’intermédiaires envers Dieu, car c’est ainsi que J’ai laissé l’ordre par l’église. Croyez-vous que vous puissiez rester avec Dieu après avoir commis ces péchés? Oh, voilà quelles graves fautes avez-vous commises, et pour quelle raison vous êtes jetés de la voie, pendant que vous vivez avec l’impression que vous avez trouvée la voie, après l’avoir quittée. Mais de ceux qui vous attirent, vous ne savez pas qu’ils sont des trompeurs, ceux qui accomplissent l’Ecriture sur les nombreux faux prophètes, qui apparaissent pour d’émietter Mon troupeau, tel qu’il est écrit afin le savoir au moment où cela arrivera.

Je viens aujourd’hui en parole et Je vous dis: Vous n’êtes pas sur la voie avec Dieu. Vous êtes sur une voie choisie par vous et par ceux qui vous trompent pour leur gloire, puisque c’est Moi la voie, et cette voie est par l’église orthodoxe.

Et aujourd’hui il est écrit dans l’histoire de l’église à son début, lorsqu’elles apparaissaient tout sorte d’hérésies et des temps très difficiles, qui heurtaient de tout part Mon église, et alors Mes saints ont établi la loi sainte de l’église, et ils ont écrit lettre d’anathème sur les hérésies du temps et voilà, on lit aujourd’hui dans l’église les anathèmes sur tous ceux qui ont foulé et qui foulent aux pieds les règles une fois pour toutes établies sur Mon église, celle depuis deux mille ans la Mienne et fidèle à Moi, et s’il n’y a pas d’amour de Dieu, il est écrit de Mes disciples pour ceux auxquels il manque l’amour de Dieu: «Celui qui n’aime pas Dieu, qu’il soit anathème!».

Et maintenant, Je laisse Ma miséricordieuse exhortation sur tous ceux qui cherchent la voie et Je dis: C’est Moi la voie, et Je l’ai laissée en héritage aux saints parents qui ont affermis sur ses fondements Mon église, l’église chrétien-orthodoxe, et celle qui est nommée église en dehors d’elle est contraire à Moi, elle s’est séparée et elle s’est frayé son chemin, duquel prennent de diverses sentiers ceux qui se sont émiettés en beaucoup de morceaux durant mille ans, après le grand tremblement de la vie de l’église des chrétiens qui ont mille ans gardé la voie juste de la marche avec Dieu pour l’homme, et Il a régné Dieu mille ans avec son juste sentier. Et ceux qui ont servi avec fidélité pendant ce temps, ils sont les saints qui règnent dans le ciel avec Moi, et qui prennent soin de leurs fidèles de chaque pays chrétien-orthodoxe, et tout pays a son armée de saints, et ils ont beaucoup de saints les Roumains, et les Russes en ont beaucoup de saints, les pays forts depuis longtemps dans la foi, et qui l’ont gardée fermement pendant la première moitié du temps de l’église sur le voie avec Dieu, gardée par les saints entre la terre et le ciel, et elle est venue la grande séparation, et la douleur de même.

Et maintenant, paix à vous, à ceux qui entendent cette sainte lettre, miséricordieusement laissé sur vous à l’occasion du premier dimanche du carême, le dimanche de l’orthodoxie!

Oh, paix à vous, si vous en voulez! C’est Moi la voie, si vous voulez croire que c’est Moi Celui Qui parle maintenant avec vous, que c’est Moi Celui Qui est, si vous voulez le croire.

Et maintenant Je laisse la plume, après que Je mette Mon nom sur Ma lettre pour vous, ceux qui croyez, et ceux qui ne croyez pas à cette parole sortie de Ma bouche.

Et Moi, Je suis Jésus-Christ, l’envoyé du Père sur la terre vers vous.

Et Maintenant Je mets fin à la parole tel que Je l’ai commencée, et Je dis: Je suis Celui Qui est! Amen, amen, amen.

08-03-2020

La Parole de Dieu du Dimanche de l’expulsion d’Adam du Paradis

Oh, on a besoin de Dieu sur la terre, et il n’y en a qu’Un Qui est Dieu, et il n’y a pas d’autre Dieu que Celui Qui a fait le ciel et la terre et l’homme, les choses visibles et les invisibles, et Son nom c’est le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et toutes les choses faites c’est par Lui qu’elles ont été faites et se font, tel qu’il est écrit.

Au commencement était la Parole, et la Parole était à Dieu, et Dieu était la Parole, et c’est par Lui que toutes les choses ont été faites, et pas sans Lui, et en Lui il y avait la vie. Oh, c’est toujours ainsi à la fin, la Parole est à Dieu, et Dieu c’est la Parole et en Lui il y a la vie, et la vie c’est la lumière des hommes.

Oh, Je viens sur la terre en parole, portant de la vie pour nourrir l’âme de l’homme, puisque ce n’est pas seulement avec du pain que l’homme se nourrit, mais aussi avec toute parole de la bouche de Dieu, tel qu’il est écrit, et c’est ainsi que Ma parole dit maintenant:

Toi, homme, oh, toi homme, Je lance sur toi Ma parole et Je te dis que Je suis Dieu, le Fils de Dieu le Père, Je suis Sa parole sur toi, et Je te rappelle que Mon Père M’a envoyé il y a deux mille ans, pour Me faire connaître comme Dieu de Dieu, descendu du ciel sur la terre pour être né petit enfant et croître comme il croît l’homme né de l’homme, et qu’il puisse M’avoir et Me prendre comme son Dieu sur la terre. Oh, et Je suis revenu auprès du Père à Ma place du ciel, pour être avec le Père pour toi, homme, et te comprendre dans l’Esprit-Saint le Consolateur et que tu aies l’Esprit de la Trinité de Dieu en travaillant sur toi et en te protégeant, pour ne pas tendre tes mains et ton cœur vers des dieux qui ne sot pas de dieux, et que Dieu puisse prendre soin de toi, homme.

Oh, il ne faut pas qu’il soit sot l’homme. L’homme doit être intelligent et connaître Dieu et croire en Lui, par la sagesse que Dieu lui a accordée à sa création, mais pour suivre cette foi on a besoin d’obéissance, homme, et toi tu n’obéis pas à la parole laissée pour toi de Dieu, tu perds la peur de Dieu et tu n’as pas peur de sortir de sous Sa main protectrice, et tu perds la peur parce que par la désobéissance tu perds la sagesse venue de Dieu, tel qu’il s’est passé avec Adam, l’homme bâti par Dieu au début, et voilà, quand on perd l’esprit de l’obéissance, elle est vaincue la foi en Dieu, car celui qui croit obéit, et il a la foi comme protection.

Et Je parle ainsi maintenant pour ceux qui croient en l’Unique Dieu et ils se tiennent sous cette foi, et ils la donne en héritage les uns aux autres, et surtout en commençant d’il y a deux mille ans, lorsque Je Me suis montré lumière de lumière, Vrai Dieu du Vrai Dieu, porté dans le sein de Vierge et né petit Enfant, pour croître comme l’homme ensuite, oh, et Je suis Celui du même Etre avec le Père, par Lequel tout est fait. Et il vient ensuite la foi en l’Esprit-Saint le Consolateur, Qui procède du Père et Il reçoit la même adoration que le Père et le Fils, travaillant par les prophètes, et tout par l’église en assemblée d’apôtres, telle qu’elle a été établie Mon église alors. Et Je te dis cela, homme, pour t’exhorter à la foi en l’Unique Dieu, et que tu saches quel grand Dieu a bâti l’homme au début et que tu demeures sous Sa main, et que tu apprennes à ne pas oublier Dieu, car si tu L’oublies, tu vas choisir des dieux de toute sorte qui ne sont pas de dieux, car Il est Unique Dieu, homme.

Et maintenant, après M’avoir montré comme vrai Dieu devant les hommes, par Ma parole d’aujourd’hui prononcée sur le foyer du peuple roumain, parole qui coule de Ma bouche divine, Je dis maintenant sur tous les peuples des hommes du long au large de la terre:

Paix à vous, fils de Dieu sur la terre, et à vous fils des hommes! Et Je dis ainsi pour que vous sachiez comment choisir, comment décider de votre vie, car les fils de Dieu sont ceux qui obéissent à la parole de Dieu, en l’accomplissant, et les fils des hommes choisissent de ne pas obéir à Dieu, ils choisissent la vie sans obéissance, et au moment où tu n’as plus à qui obéir, tu n’as plus la garde sur ta vie, tu te diriges de toi-même et de ceux qui , tout comme toi, ne font pas la volonté de Dieu par l’obéissance à Sa parole.

Et à toi, peuple roumain, oh, paix à toi, triple pouvoir de paix, car sur ton foyer se trouve le livre de Ma parole de ces jours, et Je M’y inscris toujours depuis plus de soixante ans et Je l’ai ouvert pour que tu saches que ton Dieu est avec toi, pays à foi héritée des ancêtres, pays orthodoxe, où le Seigneur trouve Son plaisir et Sa venue en parole sur la terre, maintenant, à la fin du temps!

Oh, paix à vous, fils roumains, paix à vous, car les hommes de la terre ont perdu leur paix, et toi, Mon pays d’aujourd’hui, Ma Roumanie, que tu ne la perdes pas, Ma bien-aimée, puisque Dieu est avec toi, et que tu sois aussi avec Lui, car tu sais quel Dieu tu as et ce qu’Il est, et ce qu’Il fait pour les Siens! Oh, voilà, n’oublie pas, n’oublie pas l’arme de la victoire, Mon pays d’aujourd’hui, n’oublie pas l’arme qui coupe toute démarche ennemie, puisque tu es peuple avec croix dans ta marche sur al terre, et Moi Je t’exhorte à faire le signe de la croix toujours et sans nombre, afin que tu sois Mon témoin, et que tu sois gardé par la croix, car J’ai payé ton salut et ta foi en Dieu par la croix, fils roumain. Oh, fais le signe de la croix, le fils, et garde loin de toi tous les malheurs, et qu’ils s’assemblent avec toi tes prêtres pour la prière, en demandant de l’aide d’en haut, pour que Dieu t’envoie de la garde d’anges et de saints protecteurs face aux grands ennuis de la terre, là où le diable lutte avec Dieu pour gagner l’homme d’une partie ou de l’autre, selon le choix de l’homme, car sur la terre il y a des peuples entiers de gens sans croix, sans des saints du ciel, s’ils ne croient pas en eux, mais tu as grand héritage de saints, qui t’ont laissé le sentier vers Dieu, et celui de Dieu vers toi, afin que tu saches la voie et la croix pour te guider. Lève donc tes mains en haut vers ton Dieu Jésus-Christ et appelle-Moi auprès de toi pour te garder, car Je t’ai toujours enseigné d’avoir Dieu avec toi, car voilà, c’est avec toi que Je demeure et au milieu de toi Je tiens conseil, et qu’il est heureux le peuple auquel le Seigneur est son Dieu, et il est l’héritage du Seigneur, et le vrai Dieu anéantit les pensées des peuples et méprise les desseins des dirigeants, mais le conseil du Seigneur demeure dans l’éternité et Ses pensées de génération en génération, comme il est écrit.

Et toi, peuple roumain, aie confiance en ton Seigneur Dieu et tiens-toi sous Sa protection, mais aime-Le et sanctifie-toi pour Lui, car ton Dieu est saint, et voilà, il vient le temps du carême et du souvenir de Ma passion par la croix, et toi, prends les enseignements mis par les saints parents à la fondation de l’église du Christ il y a deux mille ans, et ensuite par les saints prélats, pas n’importe quelle sorte de prélats, oh, et accomplis, toi, la volonté de Dieu, et tout par l’église, puisque le peuple chrétien est l’église de Dieu, et Dieu demeure au milieu d’elle, et J’y tient conseil, tel qu’il est écrit. Oh, et elle a grande influence à Dieu l’église du peuple roumain, et Me voilà comme Je viens et Je parle et Je te dirige et Je te dis de ne pas avoir peur, et Je fortifie ta foi, l’espoir et la paix, mais soyez intelligents, fils roumains, et n’oubliez pas qu’il est écrit que: «Si le Seigneur ne gardait pas la cité, c’est en vain qu’ils la veilleraient ceux qui la gardent», oh, et qu’on fasse tout avec Dieu.

Oh, n’aie pas peur, peuple roumain, n’ayez pas peur, fils roumains, car Dieu est avec vous par Sa parole, Il vous protège et Il vous apprend à vous protéger avec la croix, à faire le signe de la croix sur toutes vos choses, sur l’eau et sur la nourriture, sur la terre sur laquelle vous marchez et sur l’air qui vous entoure, sur vos entrées et vos sorties, oh, et restez à la maison, demeurez dans votre pays, dans le pays béni, puisque J’y suis venu en parole de nouvelle création, la nouvelle création du monde, les fils, et vous, ne partez pas loin, fils roumains, oh, car il y en a beaucoup qui sont en faute face à ce pays, et ils l’ont quitté, ils se sont en allés ailleurs, tout comme ceux qui se dissipent dans des pays lointains, et ils pleurent dans les cieux les saints roumains, ils pleurent pour ceux partis du pays béni d’aujourd’hui, où le Seigneur est le défenseur et le trésorier des fidèles, car ceux-ci n’ont plus besoin de fortune et d’argent, mais de charité et de santé, de l’obéissance et du contentement en tout, ils ont besoin. Oh, mais il n’y a plus de maîtres ayant pitié pour toi, Mon pays, et Je suis venu Moi pour t’aider sous la croix, à condition que tu demeures sous la croix, car malheur au peuple sans croix, malheur à lui! Oh, qui puisse parler aux peuples de cette douleur qui monte au ciel de tous ceux qui méprisent pour eux l’arme de la victoire et mettent en danger leur vie? Et quand tu fais le signe de la sainte croix, n’oublie pas, fils roumain, de joindre les trois grands doigts de la main droite au nom de la Trinité divine, Que tu adores, et c’est ainsi que tu dois signer ton corps et toutes tes affaires, et le chemin et la nourriture et l’eau et le sommeil et le réveil et la pensée et la paix et ton amour de Dieu, et tu seras le peuple aimé de Dieu, le peuple obéissant et protégé par l’obéissance, oh, et n’aie pas peur de ce qui craignent les trembleurs, et n’en prends pas les mauvais bruits, car ceux-là ont en eux le manque de Dieu, car Dieu est Unique, et leurs dieux ne le sont pas. Et toi, fils roumain, ne perds pas ta paix et prends-Moi comme appui de protection, puisque ton Père Dieu sait ce dont tu as besoin, à condition que tu L’aies toi.

Et maintenant nous mettons dans le livre le souvenir de Mon travail avec Mes disciples ceux d’il y a deux mille ans, car Je leur enseignais comment demander dans leurs prières et Je leur disais de reconnaître le Père comme leur Dieu, qu’ils soient soumis et qu’ils pardonnent, qu’ils demandent la garde du Seigneur, et tout comme dans le ciel sur la terre, la volonté du Père, et tout venant du Père, et que les fils apprennent à pardonner à tous ceux qui commettent des fautes contre eux, pour que le Père aussi pardonne leurs péchés si seulement ils demandent au Père le pardon pour ce qu’ils pèchent comme des hommes, et ceux pardonnés sont ceux gardés du mal par le Père, Qui pardonne et ne punit pas les hommes qui s’inclinent devant Lui en vue du pardon.

En ce jour on fait la préparation de la monté, par l’abstinence alimentaire et par la sainteté croissante des fils de Dieu, de ceux qui aiment le Seigneur, et qui est établie par les saints parents en souvenir d’Adam, celui qui a perdu l’Eden par l’insoumission et par la désobéissance à Dieu, car il a pris et il a mangé ce qui était interdit de prendre, et c’est ainsi que son amour a chancelé et c’est ainsi qu’il est tombé du paradis.

Oh, les fils, l’homme se marie pour le péché, car l’homme aime le péché et c’est pour cela qu’il prend une femme, et dans les Ecritures il est écrit qu’à cause de la débauche il faut que l’homme ait sa femme, mais toujours dans les Ecritures on trouve qu’il est bon que l’homme ne touche pas la femme, mais pour prévenir la débauche qu’il ait sa femme, oh, et chacun des deux est esclave de l’autre, chacun domine l’autre pour soi-même, et ils ont la bague en signe d’esclavage, et c’est ainsi qu’ils se réjouissent l’un de l’autre l’homme et sa femme. Oh, c’est ainsi qu’il s’est passé avec Adam, et il est resté avec sa femme, et ils se sont séparés de Dieu, tel qu’ils le font tous ceux qui choisissent pour leur vie la femme et le mariage, c’est–à-dire d’être esclave l’un à l’autre les deux.

Oh, les fils, soyez les fils de Dieu et gardez ensuite ce choix, car celui qui s’unit avec le Seigneur, il est une seule chair avec Lui, et cela n’est pas pareil à ce qui se passe avec l’homme qui choisit l’homme, et Mon union avec l’homme est par l’église, c’est-à-dire que Je Me donne à l’homme avec Ma chair et Mon sang, tel que Je l’ai fait sur la croix pour lui, pour sa vie avec Dieu, et pas avec l’ennemi de Dieu.

Oh, les fils, soyez saints, car Moi, Je suis saint, et c’est ainsi que Je dis à ceux qui choisissent Dieu, pour leur ressemblance avec Dieu. Moi par de tels fils Je tiens sur la terre Ma protection sur les pécheurs aussi, mais qui ont de la foi en l’Unique Dieu, même s’ils sont faibles pour eux-mêmes et pour la voie avec Dieu dans leur vie.

Oh, on a besoin de protection sur la terre, et il faut qu’il y ait des saints dans les cités habités par les hommes, pour que Je puisse ainsi M’approcher avec la protection et tenir loin le danger, et que Je ne perde pas partout Ma place d’auprès des hommes, et que J’aie où M’arrêter pour Mon séjour sur la terre, en allant et en travaillant mystérieusement Mon œuvre.

Oh, n’oubliez pas, les fils, la où il y a Dieu avec l’homme, il y a Sa protection aussi. Qu’il M’entende le peuple des hommes de partout comment ils peuvent faire pour avoir Ma protection sur eux, et qu’ils cherchent vers l’Unique Dieu comme leur Dieu, puisque leurs dieux ne sont pas dieux et ils ne sont rien.

Et maintenant Je vous dis encore et encore: Paix à vous, peuples de la terre! La paix ne vient de nulle part que de Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et Dieu c’est Celui miséricordieux, Celui Qui pardonne, car Il aime tant, et ceux qui pardonnent ont Mon amour en eux.

Oh, paix à toi, peuple roumain, fais toujours le signe de la croix et réjouis-toi sous ce signe protecteur et qu’ils ouvrent les livres de l’église tes prêtres, et qu’ils envoient des prières pour la paix et pour l’éloignement de tout mal, et Je vais prendre les prières de l’église et du peuple et Je vais les mettre devant Moi, puisque tu es Mon peuple d’aujourd’hui, Celui auquel Je suis venu maintenant en parole sur la terre, l’envoyé du Père à toi, peuple roumain.

Soyez tranquilles, fils roumains! Réjouissez-vous du Seigneur! Il est votre garde, car le Seigneur aime les Roumains, et Je vais leur donner parole de sagesse pour leur foi, bientôt, bientôt Je vais le faire.

Oh, paix à vous, fils qui mettez sur la terre Ma parole, la parole de Dieu! Nous commençons le temps du carême et Je viens laisser sur vous de la bénédiction et du pardon pour les fautes, de la paix et de la force, les fils, et Je vous donne du pouvoir de Mon pouvoir, Je vous donne de la consolation, Je vous donne pour en avoir, les fils.

C’est de la bénédiction que Je prononce en ce jour sur le peuple roumain est sur le temps du jeûne, pour son amour de Dieu!

Et encore, grande bénédiction sur tout le peuple qui se nourrit avec Ma parole, celle qui coule maintenant sur la terre et sur lui, et que chacun croie beaucoup en cette bénédiction et qu’il puisse bien agir par elle!

Oh, les fils, demandez au Seigneur ce dont Il a besoin que vous ayez, que vous pussiez et que vous travailliez pour Lui. Oh, paix à vous! Réjouissez-vous et soyez gais tout le temps des sept semaines de jeûne, car celui qui montre un visage triste, il perd sa récompense dans le ciel, mais vous, soyez vifs et pleins du Saint-Esprit de l’un à l’autre et nourrissez-vous avec la parole de Dieu, tout comme avec du pain, car elle est grande la force de Ma parole, les fils, et vous savez cela.

Oh, paix à vous! Gardez Dieu entre vous! Paix à vous, les fils! Amen, amen, amen.

01-03-2020

La Parole de Dieu du Dimanche du Jugement Dernier et la Fête du Saint Martyr Haralambie

Paix à vous, fils qui gardez Ma cité avec vous et Ma venue en parole dans Mon livre d’aujourd’hui avec vous!

Oh, fils qui travaillez pour Dieu, voilà, en ce dimanche Je vous dirige en Pasteur, puisqu’il y a marches établis par les saints, pour ceux qui montent et se perfectionnent en montant vers les choses agréables à Dieu dans le cœur et l’activité de l’homme chrétien, et Moi, Je viens maintenant et J’explique en détail ce que J’ai dit alors, au moment où Je bâtissais par la parole le royaume des cieux et le pouvoir saint pour lui de ceux qui M’avaient alors de Maître, ou de ceux qui se tenaient à Ma suite, pour entendre Mes enseignements, ou pour guérir des peines de la vie, ceux qui marchaient difficilement sous toute sorte de douleurs, et Moi J’étais Celui Qui leur accordais la vie et l’appui, et je prouvais ainsi que Je suis Dieu de Dieu et que J’attire vers le Père ceux errants de Dieu sur la terre.

Oh, c’est la même chose que Je travaille aujourd’hui, et Je rappelle les paroles allégoriques et comblées de significations que J’énonçais devant les fidèles à Ma venue d’auprès du Père, et devant les incrédules, pour qu’ils voient ensuite que le mal qu’ils ont travaillé sur Moi, a été pratiquement dirigé sur Dieu, vers le Fils de Dieu, Duquel on avait annoncé qu’Il viendrait et qu’Il ne serait pas reçu, mais il serait méprisé de tous.

En ce dimanche elle est inscrite dans le calendrier chrétien Ma parole d’alors sur le jour du jugement dernier, lorsque chacun recevra selon ses faits, et il sera rangé à droite ou à gauche, brebis ou boucs, les brebis à droite comme les bénies du Père, pour hériter le royaume préparé pour elles depuis la fondation du monde, et les boucs à gauche, comme malédiction, pour le feu éternel, préparé au diable et à ses anges, punis ainsi, tel qu’il est écrit.

J’ai dit depuis ce temps-là comment il se passera, Je l’ai dit pour y faire attention et ne pas oublier ces choses annoncées alors. J’ai dit que tous les peuples seront assemblés devant le trône de l’empire de Ma gloire, et ils seront séparés à droite et à gauche, selon leurs actions, ceux avec amour de Dieu, et ceux sans amour de Dieu, prouvés ceux-là par leurs œuvres sur les envoyés de Dieu de tous les temps, envoyés pour être reçus ou non, secourus ou non, nourris, abreuvés, des errants assistés, habillés, aidés dans leurs impuissances, ou des emprisonnés injustement, et tout cela réalisé comme si c’était fait à Dieu, Qui les a envoyés comme des messagers sur la terre, pour ceux qui reçoivent la Seigneur par eux, ou ne Le reçoivent pas, oh, et c’est ainsi qu’on va choisir d’une partie ou de l’autre, selon leur comportement envers Dieu sur la terre, pendant leur vie sur la terre.

Oh, les fils, quelle belle chose aurait été, quelle bonne chose serait si l’homme avait fait attention ou qu’il fasse attention à ce que J’avais dit alors pour le jour de Ma gloire, lorsque les anges du trône de la gloire et Celui Qui sied sur le trône, rassemblera tous les peuples pour l’examen et pour le payement selon le travail de leur vie. Pour toute récompense il faut travailler d’abord, et c’est la même chose avec la vie éternelle, pour sa joie, puisqu’il faut travailler pour l’avoir pleinement avec le Seigneur, auprès du Seigneur, à Sa droite, surtout parce que le temps du travail c’est ici, au temps de la chair, et ensuite on reçoit ce que l’on a travaillé pour avoir, et si tu ne fais pas ainsi, la peine éternelle sera ta part, et on ne peut plus réparer, car c’est pour maintenant le travail, pas après, c’est ici le travail, pas ensuite, quand on reçoit seulement ce qu’on a amassé. Si dans ta vie, si dans ton action de te consacrer à Dieu il y a quelque chose qui va mal au temps de ta chair, dépêche-toi de la réparer ici, maintenant, tiens-toi toujours attentif à toi, de peur qu’il ne reste quelque chose gâté et pas réparé maintenant, et que ta prière demande toujours Ma miséricorde pour le fait d’alors, et ensuite qu’elles aillent devant toi les prières qui demandent ton éternité avec le Seigneur, avec les anges, avec les beautés d’en haut.

Oh, les fils, les fils, que ferais-Je de ceux qui ont gardés ces méfaits jusqu’à la fin, de ceux qui n’ont plus trouvé bon de faire la charité avec les plus petits des Miens, et des faits qui auraient pu être dignes de s’inscrire en leur compte pour ce jour-là, jour où on marquera leur manque d’estime pour ceux travaillant sous Ma croix d’aujourd’hui? Oh, et que dire encore du mépris envers vous, ou de la médisance méchante et diffamante travaillée par eux, par laquelle ils ont considéré de s’en sortir avec du bien pour eux, et avec du mal pour vous?

Oh, c’est ainsi qu’il s’est passé au temps de Ma chair aussi, ils M’ont quitté l’un après l’autre, deux par deux, et ils M’ont toujours quitté, ne comprenant pas Mes paroles, tout comme ceux d’aujourd’hui, et il y a eu et il y a encore entre eux de ceux qui n’ont pas eu le cœur suffisamment pur et de la fidélité et de la foi, pour les convaincre vers la constance, oh, et ils ont choisi après longtemps passé avec Moi et avec vous, ils ont choisi l’éphémère et ils engagent des diffamateurs contre vous comme alors, même parmi ceux qui ont été tout près, eux aussi.

Oh, voilà pourquoi Je disais déjà depuis ce temps-là: «Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-Il encore de la foi sur la terre?». Il y en avait beaucoup qui alors aussi, ils partaient deux à deux, ils partaient l es uns après les autres, ils ne demeuraient pas avec les faits de la vie éternelle pour le Seigneur, pour qu’ils aient une bonne réponse au jour de la gloire, et cela parce qu’il avaient des pensées propres, des opinions propres, des désirs propres, tout venant d’eux-mêmes, par lesquelles le diable sème la discorde silencieusement, peu à peu, car il n’a pas le cœur pur celui qui pense de soi, ou il a des actions et des sentiments de soi, et la où il n’y a pas le même genre de réflexion, là-bas il y a séparation par ce fait-même.

Voilà, les fils, celui qui ne partage pas les sentiments de son âme à ceux avec qui il vit, celui-là n’a pas le cœur pur, ni pour lui, ni pour ceux avec qui il vit, puisqu’il est fermé en soi avec les siennes, pensées, actions, séparées de la pensée et des faits de la communauté, et il a sa propre vue sur les choses, sur leur signification, sur leurs faits, et tout cela produit de la séparation et des frères et de Dieu, car le Seigneur habite là où il y a l’union et l’unité entre les membres de la même communauté.

Les fils, les fils, la médisance dans la bouche de ceux qui n’ont pas travaillé pour Ma voie avec vous jusqu’à la fin, elle est une punition pour eux, un payement honteux, qu’ils se procurent seulement ceux du monde, qui ressemblent au monde, ceux qui appartiennent à l’esprit du monde, les fils. Et voilà, Je leur dis à eux aussi: Oh, s’ils ne vous sont pas chers ceux qui sont les Miens, auxquels Je trouve de l’appui pour Ma grande œuvre, eux qui sont petits de force et petits pour la méchanceté, si vous n’en dites pas du bien pour Mon nom, puisque vous ne pouvez pas n’en parler du tout, oh, du moins ne les diffamez pas pour votre nom, tel qu’ils le font tous ceux qui prennent leurs mauvaises habitudes et s’en vont ailleurs avec elles.

Ils se cherchent les uns les autres ceux qui se sont séparés de Moi et de vous, les fils, oh, et ils se dépêchent de commettre cette faute jusqu’au dernier d’entre eux, et ils n’ont pas peur de pécher contre Ma parole, qui a beaucoup et minutieusement enseigné du ciel celui qui est entré sur cette voie, celle de gloire en parole sur la terre.

Oh, quel bien peuvent-ils se faire ensuite ceux qui se cherchent les uns les autres, s’ils se séparent l’un après l’autre de Ma marche? Oh, ils ne peuvent que se procurer du péché l’un à l’autre par des plaintes, des diffamations, des paroles vaines, en oubliant de leurs propres fautes, et de celles des chrétiens qui ont péché avant eux, ceux qui partent aussi renonçant à Ma miséricorde, à Mon conseil, à Mon inclination vers eux. Oh, ils M’ont beaucoup incliné avec leurs choses cachées des autres, au milieu de la communauté, en pensant que Je suis l’aveugle et le naïf et Je ne vois et Je ne sais pas ce qui se passe, si Je Me suis tu et Je Me tais. Oh, mais Moi, Je ne Me mêle pas dans tes choses cachées, oh, chrétien sans raison du ciel, et Je te laisse tel que tu choisis de faire, et d’aimer faire, mais Moi, Je Me tiens avec les Miennes et avec les Miens et avec la lumière, oh, fils qui fuis la lumière. Oh, fais-le si c’est cela que tu choisis et que tu veux! Je n’ai pas quoi faire pour toi, mais ces choses-là te séparent des frères et de Dieu, et t’éloignent peu à peu. C’est seulement le cœur pur envers tous, c’est seulement lui qui te sauve de tes idées et leurs fautes, et cela te maintient dans la foi et la fidélité et dans la croissance pour Dieu jusqu’au jour de la gloire, quand le Seigneur siègera sur le trône de la gloire et Il va accorder à chacun selon son action, tel qu’il est écrit.

Les fils, les fils, en ce dimanche Nous avons à table de parole le prélat Haralambie, celui qui a tiré vers le don de la foi beaucoup, beaucoup de gens, puisque par l’exemple de sa grandiose vie, il a dirigé beaucoup de païens, les attirant dans Mon peuple chrétien, mais de la même façon il a attiré la colère des persécuteurs, qui ont dépouillé de peau et de chair ce vieux martyr, bien passé du centenaire, âge avancée où il travaillait encore dans le champ chrétien. Il n’a soufflé mot pendant les douleurs souffertes pour le Christ, et ceux qui le gardaient de la part des persécuteurs, ils passaient de la part de son Dieu et ils recevaient le martyre tout comme Mon saint, en venant en grand nombre vers le martyre pour le Seigneur, quand ils voyaient sa patience et son supplice, et voilà, pendant ce temps le chef de l’armée de l’empereur se remplissait de plus en plus de colère, jusqu’à ce qu’il a pris lui-même les crochets et il essayait de blesser et de rompre la chair du corps torturé de Mon disciple. Mais, malheur à lui, car ses mains sont tombées comme fauchées de leur place et, en crachant dans la figure de Mon saint, sa bouche s’est déplacée vers la nuque. Oh, en voyant cela, il a prié le bon saint, doux et clément, et il a été pardonné par la prière de Mon saint, dont les blessures ont guéri ensuite comme par merveille. Et l’empereur du temps a ordonné de lui couper la tête pour en finir tout cette histoire, qui l’affrontait, le dégoûtait et le mettait en colère. Mais voilà que sa fille aussi a gagné le Christ, par l’amour envers le Seigneur du grand prélat martyrisé, et elle a pris soin ensuite de toutes les choses qui allaient être faites pour Mon grand saint de ce temps-là, martyrisé sous les regards de beaucoup de gens qui ont gagné la foi, le baptême et l’amour du Seigneur.

Et voilà, voilà l’amour pour le Seigneur et une longue vie d’amour bien plus d’une centenaire d’amour envers Dieu et les hommes, les fils! Oh, et ils ne cherchent pas de connaitre cela ceux qui ne sont pas disposés à apprendre eux aussi la voie de la vie, la voie de la charité et non pas l’égarement du sentier qui mène à la vie, oh, et il y en a beaucoup qui se dirigent vers la perte, par l’ignorance des choses propices à la vie, les fils, et voilà comment tant de gens choisissent la vie ou le terrible jugement, tout comme ceux du temps du prélat saint Haralambie, celui qui attend avec impatience d’entrer chez vous, dans Mon livre avec vous, les fils.

Oh, qu’il te soit béni l’arrêt dans Ma cité de parole, homme aimant de Dieu, et aimé pareillement, et va, parle, car Je t’écoute, et ils t’écoutent aussi!

— A grande inclination je parle, Seigneur, avec Toi ici, dans la cité de Ta parole de ce temps, mais avec vous aussi, les derniers disciples de notre Seigneur Jésus-Christ. Je me remplis de grande joie et de douce parole d’encouragement pour la voie avec le Seigneur de ceux qui sont et de ceux qui viennent à la parole pleine de puissance qui coule ici de la bouche du Seigneur depuis tant d’années.

Nous, ceux sanctifiés par le Seigneur, nous ne devons pas oublier de travailler toujours et beaucoup pour la foi et le pouvoir pour elle de beaucoup qui ne voient pas et ne s’inscrivent pas sur la voie impériale vers le royaume préparé dès la fondation du monde pour ceux bénis pour lui, par les faits de leur vie avec le Seigneur et pour le Seigneur, en L’assistant et en L’aidant de pouvoir se trouver du logis et de la vie en beaucoup de gens, en le plus grand nombre possible de gens de toute la terre.

Oh, prenez soin de vous, enfants qui jouissent de la miséricorde et de l’amour de Dieu ! Vous devez beaucoup d’amour au Seigneur, car le Christ vous a rendus des fils d’empereur, peuple impérial, dont il prend tant de soin, les fils. Oh, prenez soin du Seigneur tel qu’Il le fait pour vous, et accomplissez ce devoir plus que tout autre chose que vous auriez à travailler pour la cité, pour Son peuple ou pour vous. N’oubliez pas de toujours exhorter le peuple de la parole de Dieu à beaucoup d’amour envers Lui, et au sacrifice pour l’amour, car l’amour sans sacrifice n’est pas amour de Dieu. Oh, et qu’ils comprennent bien leur devoir ceux qui sont venus pour être eux aussi au Seigneur, pas toujours à eux-mêmes, tel qu’ils le font tant de chrétiens sur la terre, qui ne se sont pas dédiés entièrement à l’amour de Dieu et des prochains.

C’est cela que j’ai voulu vous laisser comme conseil sur la table en mon jour d’assemblée entre les prélats du ciel, les grands du ciel et de la terre.

Quant au Seigneur, Je m’incline profondément et je Te remercie, Seigneur bien-aimé, de Ton amour mis pour ma consolation entre Tes saints, oh, et j’en partage à tous, puisque c’est ainsi qu’ils sont les Tiens.

— Oh, cher serviteur et grand semeur de Mon royaume pour beaucoup sur la terre, tu es aujourd’hui aussi, près de Mon œuvre, tu travailles pour Mon ouvrage, travailleur par la grâce que Je T’ai accordée. Que ta fidélité envers Moi soit grand exemple pour tous ceux qui sont les Miens en ces jours, et Moi, Je bénis ta parole afin de pénétrer avec son œuvre en ceux qui sont les Miens, en ceux qui viennent et qui viendront.

Les fils, les fils, Je Me prépare pour venir avec une parole vivifiante pour ceux qui sont Mon peuple plus rapproché de vous. Et ensuite Je Me prépare avec beaucoup de parole pour sceller la foi, celle de la fin comme celle du début, et de sa vraie voie, et Je vais parler avec toute la terre qui porte des gens qui aiment la Voie, car c’est Moi la Voie, Moi, et pas l’homme, qui se fraie chemin vers Moi, selon sa volonté, puisque sur la terre, il y en a beaucoup qui se glorifient avec Mon nom et leur foi en Moi, et Je vais les demander sur leur croyance, et Je les séparerai à droite et à gauche, selon le choix de chacun, pour leur vie et leur foi et la voie de leur marche, et Je leur dirai s’ils vont ou pas sur la voie qui mène à la maison, au Père. Oh, et Je ne laisserai pas de rêver chacun à son vouloir, mais Je leur dirai comment l’homme peut-il M’avoir de Dieu selon Ma volonté, pas selon la sienne.

Et maintenant paix à vous, les fils! N’oubliez pas de vous tenir sous Ma protection, de bien apprendre cela, car malheur à ceux qui ne savent pas suffisamment bien d’être et de se garder sous Ma protection toujours!

Ils arrivent des dimanches porteurs de grandes leçons, et Nous serons avec le livre sur la table et Nous en partagerons selon Mon envoi et le travail venu de Moi, car c’est Moi Qui prends soin de tout homme, s’il Me reçoit quand Je frappe.

Paix à vous! Et soyez avec Ma paix en vous et entre vous, travaillez et partagez d’elle, les fils! Je vous en donne et vous, soyez de ceux qui partagent, soyez comme Moi, donnez Dieu à l’homme, donnez Ma parole aux hommes, oh, les fils. Amen, amen, amen.

23-02-2020