Utilisation de ce site est soumise aux Conditions d’utilisation du site.


La Parole de Dieu à la Fête de la Circoncision du Seigneur et la Fête du Saint Prélat Basile le Grand

En jour de sainte fête au ciel et sur la terre Je M’assied entre vous comme le pasteur entre les brebis et Nous mettons table de parole et Nous Nous partageons avec elle au-dessus de la terre jusqu’aux extrémités, tel qu’il est écrit qu’elle aille Mon annonce partout, les fils, et vous, aidez Moi de réjouir le Père, et réjouissons-Nous car nous travaillons, puisque voilà, elle approche la fête du Baptême du Seigneur et nous avons à partager l’eau bénite à cette fête, et qu’ils viennent des envoyés pour en prendre et partager aux autres dans les cités, pour qu’ils aient tous l’eau protectrice de l’esprit étranger à Dieu sur leur voie, et voilà, Nous Nous préparons, les fils, d’accomplir la bénédiction de l’eau et son envoi dans les cités, car c’est ainsi la situation crée par l’homme maintenant, mais vous avez le Seigneur, Qui prend soin de vous, les fils.

Paix à vous, et jour de sainte fête, de la paix, les fils! Qu’elle soit bénie la préparation de la fête du Baptême! Ensuite un messager venu de chaque coin du pays du lieux où vivent ceux qui aiment Ma parole et Ma place avec vous, chacun va prendre et porter à ceux qui attendent l’eau, et Je vais leur envoyer aussi de la nourriture de parole, car Je suis le Pasteur, les fils.

Et maintenant Je fais souvenir de Ma soumission des jours de Mon enfance, car Mes parents M’ont pris et emmené pour la circoncision, selon la Loi des Juifs, et pour recevoir le nom indiqué par les anges, le nom de Jésus, car c’est la loi qui dit: «Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur». Alors le vieux Siméon M’a pris dans ses bras, il M’a béni et a dit que Je serais la lumière qui éclaire les nations, mais aussi que J’étais destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, un signe qui provoquera des contradictions.

J’étais le Fils du Père céleste, mais J’étais le Fils de l’Homme aussi, et Je devais accomplir comme un homme l’ordre celui pour l’homme, et Ma soumission et celle de ceux qui M’ont élevé a été parfaite.

Et J’ai, les fils, avec Moi dans la fête d’aujourd’hui le grand Basile, grand d’esprit et d’action en son temps sur al terre, oh, et il n’y a plus à présent entre les serviteurs d’autel de la foi un autre comme lui, car celui-ci a veillé sans repos et sans la crainte des ennemis l’œuvre de l’église du Christ et sa vérité unique, et il est resté ce saint avec grand nom au-dessus de ceux d’après lui, mais aussi comme exemple à suivre pour ceux qui gardent indemne de toutes leurs forces l’enseignement de l’église, puisque les deux mille ans ont été un temps de grande lutte pour la garde en sainteté du mystère de Mon église, et J’ai pris grand soin par les saints existants sur la terre, pour ce saint mystère par le travail de Mon église de génération en génération jusqu’aujourd’hui, parce que la guerre de satan a été toujours grande, et elle a été sans trêve comme aujourd’hui.

Et nous faisons souvenir aujourd’hui des coutumes chrétiennes, des traditions saintes et porteuses de grand mystère, les fils, car en ce jour du premier mois de l’année, après Ma naissance sur la terre les ancêtres chrétiens de ce peuple d’aujourd’hui allaient avec des souhaits et des bénédictions de maison en maison, et ils fêtaient l’union des laboureurs, le travail pour le pain et pour la préparation du pain. Oh, comment cela se passait? Voilà, on s’assemblait par groupes des enfants, des jeunes, des vieux, ils prenaient une petite charrue parée et ils partaient comme au labourage passant devant les maisons, ils formulaient des souhaits et en chassaient les mauvais esprits, et la maison qui ne recevait pas les porteurs de souhaits n’était pas tout aussi gardée des mauvais événements au long de l’année.

On y allait à minuit lorsque les cieux s’ouvrent et on formulait des souhaits bienfaisants et on criait: «Recevez-vous la petite charrue?». Le lendemain de même, groupes par groupes dès le petit matin, on allait aux maisons des villages pour emblaver et on les remplissait de graines à semer, portées dans des panetières.

Oh, elle était belle, elle était sainte cette coutume chrétienne, et elle rappelait de la naissance d’un peuple, de la recherche d’un lieu propre pour labourer et semer, selon les paroles des vers consacrés, pleines de signification, car la propagation celle pour Dieu fonctionne comme la charrue qui travaille la terre pour les semailles, oh, et les chrétiens avaient de petites flûtes, des tambours, des clochettes, des sonnailles et l’instrument qui imite le mugissement des bœufs, et tout était merveilleux, et elles ont résisté jusqu’aujourd’hui ces habitudes saintes, et dans les églises on prononçait les absoutes de Saint Basile, qui admonestaient le mauvais esprit et protégeaient les chrétiens des méchancetés diaboliques, oh, et les hommes vivaient avec Dieu sur la terre, et Dieu était plus avec les hommes, plus Il était avec eux, et Il semait Sa parole sur eux, et les hommes étaient plus sages, plus généreux, plus saints, plus désireux de ciel.

Les fêtes et les souhaits passés, les chrétiens commençaient le travail pour le pain, et cette terre était le pays du pain, le pays des mystères de Dieu, et voilà, à présent aussi, à la fin de temps, c’est ici le pays du pain, puisque Ma parole est ici comme nourriture, puisque c’est Moi le Pain Qui descend du ciel comme nourriture pour Mon église, tel qu’il est écrit.

J’étais au milieu de tout un peuple, venu de différentes cités, et Je leur ai dit la parabole du semeur, comme une partie de la semence est tombé au bord du chemin et elle a été foulée aux pieds ou mangée par les oiseaux, une autre est tombée sur les endroits rocheux, elle leva aussitôt mais faute d’humidité elle sécha, et une autre partie est tombée parmi les épines qui l’étouffèrent, mais une autre partie de la semence est tombée sur la bonne terre et elle donna du fruit centuplé. Oh, c’est la parole de Dieu cette semence, mais le diable est aux aguets auprès de ceux qui entendent et il leur prend la parole, de peur qu’en la croyant ils ne soient sauvés. La semence du rocher ne peut avoir de racines, et ceux qui la reçoivent avec joie tombent ensuite dans les tentations. La semence tombée entre les épines ne fait pas de racines à cause des soucis, à cause du désir de fortune et des plaisirs de la vie et elle n’arrive pas au mûrissement. Mais la semence tombée sur la bonne terre est celle tombée dans l’homme au cœur pur, et elle donne du fruit dans la patience, et on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il lui semble d’avoir, tel qu’il est écrit dans la parabole du semeur.

Et voilà le grand mystère, c’est qu’elle a été choisi pour des semailles la terre celle d’aujourd’hui du peuple roumain et elle a donné du fruit, et il est écrit dans l’histoire de ce peuple le souhait compris par les vers consacrés de la petite charrue de fête, qui montre en parole qu’elle a été semée en bonne terre la semence de Dieu.

Et il y a eu au temps de la création de Mon église un empereur venu de loin, descendent de ce peuple se trouvant-il, auquel Dieu a destiné de venir et de choisir cette terre afin que Je vienne, Moi, le Seigneur, avec les semailles et avec les semeurs et que Nous emblavions, pour avoir du bon blé, et qu’il soit peuple chrétien ce peuple. On raconte dans l’histoire de la charrue, dans ses vers récités devant les maisons des villages, que cet empereur a pris son cheval il s’est levé sur ses arçons et il a regardé tout autour sur la terre, afin de choisir un lieu propre pour être labouré et semé, oh, et ce lieu a été cette terre, celle des ancêtres en ce temps-là, et Dieu a semé Sa semence par ceux qui sont venus avec l’empereur, et ceux-ci ont laissé l’annonce de l’empire des cieux, et de Son empereur Jésus-Christ, oh, il est né alors ce pays, en même temps avec Moi, et Mon Père l’a nommé le Mien, Mon pays, et il est chrétien depuis deux mille ans, et ma semence ne s’y est pas desséchée, puisque le lieu a été propice aux semailles, oh, et ils racontaient les vieux l’histoire de la petite charrue de ce peuple, et on ne racontait pas en vain ces mystères, et tout était sous la garde de Dieu, et on les récitait sur cette terre, et on les récite aujourd’hui aussi.

J’ai parlé récemment aux peuples de la terre et Je leur ai dit: Ne vous posez pas la question pourquoi c’est ici, car Je vais vous parler de ce grand mystère et vous allez vous consoler, puisque c’est le temps de grande lumière, car elle vient la lumière.

Voici que le Semeur est sorti pour semer Sa semence et elle est tombée ici, sur bonne terre, et maintenant Nous racontons les souvenirs saints, que l’ennemi antéchrist essaye toujours d’effacer pour être oubliés, mais non, Je ne lui permettrai pas de s’atteindre de Mes mystères, car s’il a travaillé par ses hommes pour arrêter dans l’église du peuple roumain la lecture des oraisons d’admonestation du diable pour qu’il éloigne de cette terre, des maisons des chrétiens roumains le travail de satan, l’adversaire de Dieu et des saints de Dieu, voilà maintenant ce sont Mes saints qui demandent l’admonestation du diable, et le saint prélat Basile, en grand groupe de saints, travaille et éloigne satan de partout sur cette terre sainte, et au milieu du peuple de Ma parole on prononce en même temps avec saint Basile l’éloignement du diable de la terre roumaine et de tout le peuple chrétien de toute la terre, et voilà:

Oh, diable, que tu sois durement admonesté par le Père, le Fils et le Saint-Esprit, avec tous les saints de Dieu et avec le peuple de la Parole! Ecarte-toi le plus loin que possible de ceux qui sont baptisés chrétiennement! Et ce pays, il faut que tu le saches avec tous tes serviteurs diables, ce pays est le pays de Jésus-Christ, Celui né dans la crèche des brebis il y a deux mille ans, en même temps que la naissance de ce peuple, christianisé selon la loi laissée pour les premiers chrétiens, car le peuple chrétien est le peuple de Dieu sur la terre, et d’autres nations sur lesquelles on a semé Ma semence ne l’ont pas gardée, elles n’ont pas eu de bonne terre, propice jusqu’à la fin, mais elle a donné du fruit ici, mille fois de plus, c’est le pays du pain cette terre, elle l’est aujourd’hui aussi et elle a du pain du ciel, c’est Moi en parole sur la terre.

Le prélat Basile crie après les serviteurs de l’église, il leur crie de se lever au travail saint s’ils ont voulu être des serviteurs pour Dieu, et il leur dit:

— Vous, serviteurs aux autels, prenez la charrue, labourez et semez pour que le blé pousse et croisse riche en épis! Ne craignez pas les maîtres du monde, mais craignez Dieu et prenez de la sagesse d’en haut, pas de la terre, puisque la crainte de Dieu c’est le début de la sagesse sainte! Craignez Dieu et soyez sages d’en haut, car la science celle des hommes prise et partagée partout pour la perte d’un grand nombre de gens, celle-ci n’est pas sagesse mais c’est de l’instigation sur la création de Dieu, oh, et il est interdit à l’homme de tenter Dieu, car le diable sert à l’homme seulement des chimères, pas la vérité sainte, oh, puisque ce n’est pas la terre qui a été bâtie pour le soleil, mais le soleil a été bâti pour la terre, au quatrième jour de la création du ciel et la terre, et tout ce qui est hors de cela c’est de l’instigation sur les mystères de la création de Dieu et c’est du péché.

Et vous prenez la charrue et regardez vers le ciel, et c’est ainsi que vous devez travailler pour protéger le troupeau du Seigneur, car moi c’est seulement pour la protection de l’église que J’ai vécu, et j’ai lutté et j’ai coupé le mensonge et les hérésies, car je m’inquiétais du sort du troupeau et je la gardais beaucoup de loups doués d’intelligence, qui comprenaient seulement selon leur avis. Et vous, soyez la force et le sel de la terre et écartez la mauvaise œuvre qui s’approche de l’église et de ses mystères saints, et Dieu notre Seigneur va vous récompenser quand Il se montrera.

— Oh, serviteur digne de service à l’autel, grand a été ton zèle pour la vérité, pour l’église, telle qu’elle a été établie au début par les apôtres et par ses saints! On ne fouille pas dans l’œuvre de Dieu, on n’en cherche pas humainement, mais on doit seulement la suivre avec grande attention.

Vous, serviteurs d’aujourd’hui de l’église du peuple roumain, oh, vous êtes coupables envers le peuple roumain, parce-que vous n’avez pas voulu M’obéir et ne pas aller vers le mélange de troupeaux, et vous avez fait chanceler le peuple fidèle et connaisseur en ce qui concerne le mystère et la marche de l’église.

Voilà, la science humaine cherche à découvrir le mystère de Dieu, mais cela n’est pas possible, et on a très mal procédé il y a cent ans, quand ont a changé dans le calendrier la place et le temps des fêtes des saints. Veillez donc, et ne permettez plus que la corruption frappe les choses établies par les saints. Le Soleil a été fait par Dieu pour la terre et il a sa loi, il se lève, il se couche et il se lève encore, et le prélat Basile a son enseignement très clair pour ceux d’après lui, pour qu’ils n’errent pas par la science humaine et qui provoque l’égarement, et voilà de quel manque de connaissance font preuve ceux qui tentent de découvrir les mystères de la création, mis sous la domination de Dieu, et non pas à celle des hommes, prêts à tenter!

Prenez la charrue, labourez et semez tout comme ceux du début, pour ne pas faire chanceler les premiers fondements et d’en tomber, et l’obéissance aux saints et aux pères prouvera votre amour de Dieu et des hommes, et pas autrement.

Oh, ne tentez pas Dieu vous, les hommes! Laissez la tour Babel s’écrouler et s’écraser, mais ne suivez pas ceux qui veulent la bâtir de nouveau et qui écrivent leur condamnation.

Il est temps que tous reprennent leurs esprits, puisqu’elle vient la lumière et il y aura de la lumière, et personne n’aura plus de place pour s’en cacher, car elle rend tout clair et chasse les ténèbres par sa force.

On a un autre temps maintenant. On a écrit jusqu’à présent sur la parole de Dieu, depuis deux mille ans on a toujours écrit, et maintenant c’est Moi-Même Qui parle, et on écrit, car sur la terre personne n’est plus laissé à dire que c’est Moi cette parole, que c’est Moi Qui parle, que Je viens et Je travaille Moi-Meme, oh, et tous sont conseillés de parler à gauche et à droite contre la vérité de cette parole.

L’homme doit croire à la résurrection, oh, et pour cela il doit beaucoup travailler avec Moi, Celui ressuscité d’entre les morts. Ceux qui sont ressuscités avant Moi ont eu quelqu’un qui a travaillé en Moi pour leur résurrection. Mais avec Moi ne s’est pas passé de même. C’est de Moi-Même que Je Me suis levé du sépulcre où J’avais été mis, avec le sceau au-dessus, pour que Je donne à l’homme la foi dans la résurrection, et au temps de la résurrection de tous les endormis, que l’homme ait accès à la résurrection, et cela par la foi qu’il a eu sur la terre, en attendant dans l’espoir, tel qu’il est écrit.

Oh, et qu’on entende Ma parole jusqu’aux extrémités, et que tous croient en elle! Amen.

En fin, encore et encore Je bénis la préparation de la fête de Mon Baptême et Je veux prier ceux qui vont prendre de l’eau bénite, Je les prie d’en prendre dans des récipients dignes de la contenir, oh, du moins l’eau bénite, si on ne veut plus encore. Que chaque chrétien se procure un récipient agréable à Dieu et qu’il l’ait prêt pour qu’on lui verse de l’eau bénite, et qu’il écarte le plus possible les récipients mal propres, par la matière dont ils sont faits. Oh, cela Me fait mal de voir tant malpropreté dans les choses faites par l’homme, et qui entrent dans l’homme, mais c’est satan qui s’en réjouit, lorsque Moi, J’ai mal à cause de son mauvaise œuvre.

Et voilà Je présente Moi aussi, le Seigneur, les souhaits pour le nouvel an, car les années sont comptés aussi en commençant par Ma naissance sur la terre, et maintenant c’est le premier jour du premier mois après Ma naissance, et depuis lors c’est Mon temps sur la terre, le nombre des années depuis le Christ comptées.

Je prononce saint souhait et Je dis: Paix et santé, pardon et charité, foi et pouvoir saint, voilà ce que Je souhaite que tu aies peuple de Ma parole!

De la paix douce et sainte! Que tu sois le pays du pain, peuple roumain, et que ta terre porte le Seigneur avec Son royaume!

Oh, paix à vous! Que la paix soit sur cette terre et sur son peuple, et qu’il reste peuple chrétien ce peuple pour l’éternité!

Je finis maintenant Ma parole d’aujourd’hui et Je la signe avec Mon nom:

Jésus-Christ.

Amen, amen, amen.

14-01-2021

La Parole de Dieu à la Fête de la Nativité du Seigneur

En ce jour de sainte fête pour Moi, les fils, et pour vous, ceux qui croyez ce que Je vous donne à croire, Je M’installe en parole de nativité dans Ma crèche de chez vous, dans Ma crèche avec vous au milieu du monde de la terre, et Je viens au monde tout comme Je suis venu il y a deux mille ans, quand Ma mère la Vierge M’a aidé pour venir, après que l’ange soit venu chez elle et lui ait dit que Je venais sur la terre né du Père et de son corps virginal, et elle s’es soumise en le croyant. Et maintenant Je M’appuie sur vous, après avoir mis en vous la foi dans Ma venue en parole dans le monde, la foi que Je nais Parole dans Ma crèche avec vous et que Je M’aide de vous pour pouvoir dans le monde, et le monde les fils, il n’a rien en Moi, et Moi, Je n’ai rien en ce monde, mais Je vous ai vous, oh, les fils, et J’en ai aussi tous ceux qui croient comme vous que le Seigneur vient sur la terre en parole, et si Je vous ai, voilà, Je vous apporte du ciel et Je vous fais des partageurs de Dieu, et Je vous fais Mes messagers devant Moi, pour annoncer Ma voie et le jour de Ma parfaite gloire et du royaume de Dieu sur tous ceux de la terre, tel que Je le suis maintenant Empereur sur tous, car Je suis le Fils du Père Empereur du royaume des cieux, les fils, et J’ai comme des Miens et de Mon Père tous ceux qui ont le pouvoir et l’amour pour la foi comme Ma mère la Vierge, qui a facilement pu croire et recevoir Dieu dans Sa venue sur la terre il y a deux mille ans, oh, et en secret J’ai passé trente ans dans le monde, et après Je Me suis annoncé Fils du Père, et ceux qui ont entendu et ont compris qui J’étais, ils ont eu peur et ils ont accompli l’Ecriture de Ma crucifixion, et Moi J’ai accompli alors l’Ecriture de Ma résurrection et la grande victoire contre satan le maître de ce siècle, et J’ai vaincu la mort avec Ma grade victoire. Et Me voilà après deux mille ans avec le souvenir du jour de Ma nativité de mère Vierge, car c’est ainsi que le Père a bien voulu pour Moi et pour elle, et Je passe avec vous en ce jour la fête de Ma naissance, celle de l’Enfant Jésus-Christ, et Nous sommes à table de festin saint et Nous écrivons livre du ciel avec vous sur la terre, les fils, et Je dis dans Mon grand amour: Paix sur la terre et beaucoup de gloire à Dieu au plus haut des cieux, gloire à Jésus le Rédempteur!

Je suis le Sauveur, le Messie du Père tout comme il ya a deux mille ans. Je suis le Noël de Mes chrétiens, les fils, et Je le suis pour ceux qui accomplissent le mystère de la foi et Ma volonté avec eux et sur eux sur la terre. Oh, ce n’est pas seulement une histoire la venue du Père Noël, tel que les hommes appellent la fête de Ma naissance. Il est vrai ce souvenir saint et il est resté depuis lors jusqu’aujourd’hui, car au jour de Ma naissance J’ai reçu des cadeaux à la crèche, cadeaux apportés par les mages arrivés de loin pour trouver, voir et annoncer Ma naissance, et ils étaient poussés de Mon Père dans leur chemin vers la crèche de Ma naissance, car le Père a voulu que Je reçoive des cadeaux, tel que les petits enfants reçoivent de leurs parents, et c’est de ce moment-là qu’elle eut commencé le mystère du Père Noël, et le mystère devient visible et les petits reçoivent des cadeaux au nom du Père Noël, à Mon nom, car Noël (Craciun) est Mon nom, le nom de Celui Qui a crée le ciel et la terre et l’homme, les visibles et les invisibles de la création de Dieu, et malheur et encore malheur à ceux qui mentent sous le nom de scientifiques, pour vaincre Celui Qui a été et Qui est le Créateur de tout ! Malheur à eux, à ceux qui osent mentir toujours et dire qu’ils savent, qu’ils découvrent, qu’ils sont intelligents, qu’ils connaissent les choses qui se trouvent sous le pouvoir du Seigneur Dieu!

Oh, que d’imposture dans le monde, oh, les fils! Dieu a fait les visibles et les invisibles et Il a mis frontière entre elles pour qu’on sache ce qu’il y a pour la vue des hommes, et ce qu’ils ne doivent pas voir de celles qui sont dans la possession de Dieu. Et alors, qui es-tu, celui qui te proclame homme de science, tu es le voleur qui a volé des choses appartenant à Dieu et tu mens en prétendant que tu sais. Oh , tu ne sais pas, tu sais seulement ce que Dieu t’a laissé de savoir, et tu ne peux plus que cela, n’importe quels appareils tu pourras te construire pour t’aider à voir, et avec lesquels tu surpasses Dieu par la présomption et par ton désir d’être plus que Dieu, mais non, toi tu es celui qui espionne, et tous ceux qui font comme toi sont les continuateurs de celui qui a volé de l’arbre de la connaissance, mais qui n’a pas pu apprendre que le fait qu’il était tout à fait nu devant Dieu, nu, honteux et caché en soi, mais se découvrant comme voleur, comme celui qui tend la main à ce qui ne lui appartient pas.

L’homme qui se donne le nom de scientifique ne croit pas à l’existence du Père Noël, à sa venue avec des cadeaux, car ce sont seulement les enfants qui croient cela, seulement ceux qui ont la force de croire et d’appartenir au royaume des cieux, auquel ils croient, et les grandes personnes croient en eux-mêmes et en ceux tout aussi pécheurs comme eux, par les inventions de leur pensée, mais Moi, Je renverse, en Créateur que Je suis, Je renverse ceux qui rependent les bizarreries de leur pensée, qui ne voit que des illusions imaginées par l’esprit de l’espionnage, l’esprit de satan, celui qui travaille pour supprimer Dieu de la pensée de l’homme et de la terre, puisqu’il est fâché satan contre Dieu, il est fâché à mort, car c’est la mort sa part et c’est cela seulement qu’il peut faire et rependre, la mort, mais sa lutte aveugle est faible tout comme lui, tout comme le mensonge né de lui, oh, et elle va finir cette lutte, car elle vient la lumière, elle vient Ma venue, la voilà comment et combien elle vient! Et ils viennent avec Moi les pleurs et le grincement des dents de ceux qui se sont voulu toute sorte de dieux, à toute portée, et qui trompent les hommes de la terre les poussant à s’opposer à Dieu le Créateur. Oh, non, car voilà, Il vient le Père Noël, le père Créateur, Il vient avec des dons d’en haut, Il vient avec les anges et les saints par milliers, tel qu’il est écrit de venir, et elle est magnifique Ma venue et comblée de dons et de joies d’en haut pour ceux qui pleurent sur la terre ayant la nostalgie de la vérité, et la vérité c’est Moi, oh, et qu’il est grand le mystère de la vérité, et tous ses mystères vont se dévoiler dans la lumière et il y auront des pleurs pour ceux compris dans l’obscurité, quand ils verront la lumière, et heureux sont et seront ceux qui vont se montrer avec la foi et du repentir, de la part de la lumière et de la naissance de nouveau du monde, et Je suis bien heureux de pouvoir parler et mettre sur la terre la parole de la vérité, le Saint-Esprit, Celui Qui bâtit de nouveau le monde.

Oh, qu’il a été et qu’il est resté magnifique le jour de Ma naissance sur la terre il y a deux mille ans! Oh, qu’il est et qu’il sera magnifique le jour de Ma venue avec les milliers de saints, avec ceux qui M’ont glorifié sur la terre le long du temps par leur vie, par leur amour, par leur foi en Moi! Oh, et ils Me demandent à tour de rôle depuis deux mille ans: «Jusques à quand, Seigneur, Nous T’avons aimé et suivi fidèlement, menés du saint désir. Jusques à quand attendre pour voir le prix de cet amour et de son espoir?».

Oh, jusqu’aujourd’hui, Mes bien-aimés, car voilà, Je suis avec vous et Je Me porte avec Mon amour en parole sur la terre avec vous en milieu, tel qu’il est écrit qu’il vient le Seigneur, et Me voilà, et cela ne M’empêche pas de venir, s’il n’y a pas de foi dans le monde pour que Je vienne, car il est écrit que: «Celui qui est saint qu’il se sanctifie encore, et celui qui se complaît dans l’infamie de ce siècle, qu’il en continue, car Mon jour vient quand personne ne M’attend de venir et de payer à chacun selon son œuvre».

Oh, fils de Ma crèche de parole, Je fais savoir au monde de la terre que Je nais en parole, que Je viens du Père et que Je ne parle pas de Moi-Même, mais que le Père Me donne ce que J’ai à travailler, Il M’en donne tout comme il y a deux mille ans. Oh, combien sont ceux qui M’ont connu alors? Peu, très peu, et les autres, très nombreux étaient la tête dans les nuages, tout comme ceux nombreux, très nombreux de ce temps.

Vous, les fils, vous et tous ceux qui croient en Moi et dans Ma parole tout comme vous, oh, cherchez bien connaître Jésus Christ, de peur qu’elle ne vous vole pas la raison et la bonne intelligence les philosophies de ce siècle passager. Si la génisse entre dans la luzerne, elle se gonfle et il se peut même qu’elle meure. C’est ce qui se passe avec ceux qui prennent de ceux qui se nomment hommes de science et philosophes, ou de quel autre nom veulent-ils être nommés, oh, c’est ainsi qu’ils sont ceux qui mettent sur la pierre leur appât pour ceux baptisés et non baptisés dans l’église, selon les traditions saintes venues du début, pour ceux qui veulent suivre le Christ sur la terre, car il y a l’ordre que le Saint-Esprit se pose sur les baptisés, mais celui qui a reçu le baptême ne travaille pas ensuite dans l’Esprit Saint du baptême chrétien, par lequel il est devenu chrétien, et il incline vers des sources étrangères à celles venues sur la terre, pour que l’homme soit chrétien par elles.

Les fils, les fils, prenez grand, grand soin de vous, prenez soin de la chemise de baptême, qu’elle ne soit pas déchirée et que le Seigneur ne vous connaisse plus comme les Siens, car lorsque vous êtes sur le point de croire quelque chose qui ne vient pas de Dieu, et en croyant vous êtes pris du vertige sur la pierre de la fidélité envers le Christ, vous perdez la grâce, les fils, et vous tombez dans le vide, et vous ne vous reconnaissez plus vous-mêmes, ni Dieu, car si vous voulez être avec Dieu le Seigneur, vous devez être sages comme des enfants protégés par Lui de tous les ennemis, et vous devez rester, vous devez témoigner et vous garder en Lui, les fils. Car Je regarde tout le temps sur ceux qui prennent Ma parole comme gouvernail, et Je vois comme ils prennent aussi de l’homme de la présomption de ce siècle obscure, à cause du manque de la lumière de Dieu au milieu du monde, oh, et Je veux en prendre soin, mais seulement qu’ils puissent être obéissants ceux qui se laissent sous Ma protection, parce qu’il est dangereux de donner à son cœur n’importe quelle nourriture à ruminer, car vous savez comment il est mort Adam, au chuchotement étranger et ennemi de la vie de l’homme en Dieu.

L’homme devrait pleurer sur la terre, pour qu’il soit ensuite heureux pour l’éternité, car J’ai dit: «Heureux ceux qui pleurent, car ceux-là vont se consoler», et dans l’éternité ils auront de la consolation pour les larmes de la terre, pas de larmes humides, car il existe aussi des larmes dures, ce sont celles des grandes douleurs, celles de la nostalgie qui attend dans l’espoir, et elles ne s’expriment pas, mais elles sont retenues et elles font mal à l’intérieur, en secret, les fils.

J’ai dit alors: «Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux, sur la terre et au ciel ensuite». Ceux-là ne souillent pas leur pensées avec la science des hommes qui ne savent pas de Dieu, puisqu’à ceux qui passent leur vie dans les péchés, Je ne peux leur donner à porter de Moi, car ils sont orgueilleux tous, tous, oh, et ils devraient s’humilier du moins pour leur manque de mérite spirituel. Les fils de Dieu ont des liens seulement avec Dieu, pas avec les hommes, car il n’y a pas de science dans les hommes qui espionnent les choses abrités sous leur mystère parce-que les hommes inventent et se partagent entre eux des verres comme au bistrot, ils se grisent en grisant les autres aussi, et ils tombent les uns sur les autres, comme les ivres de vin, mais les pauvres en esprit ne prennent pas des hommes, car ils ont Dieu, Celui Qui partage selon Sa volonté quoi et combien doit chacun savoir, et c’est à eux qu’appartient le royaume de Dieu, pas le royaume de la terre qui appartient à satan, le maitre de ce siècle, celui qui trompe l’homme avec des illusions, avec des découvertes, dit-il. Mais, il ne peut rien bâtir, car ce n’est pas lui le créateur, et il ne peut faire ce que Dieu fait, et Moi, Je viens bientôt, bientôt, et on va tout séparer à droite et à gauche, et celui qui est saint qu’il se sanctifie encore, et celui souillé qu’il le fasse de plus, car c’est ainsi que le Seigneur dit: que chacun prenne son payement.

Oh, ils ne craignent pas Dieu les hommes, et les chrétiens non plus. Si au-moins les chrétiens avaient cette crainte de Dieu, Je leur donnerais des dons à porter et en travailler de Moi à Mon projet sur la terre, et les trouver ainsi habillés, et pas nus, pas inactifs, le talent caché, car c’est cela que signifie d’être trouver habillé, c’est d’avoir des dons venant de Moi et les porter, pour recevoir du payement et pour que J’aie de quoi te payer au jour de l’examen.

Je te prie, chrétien, toi qui prends de Moi parole d’enseignement, Je te prie, peuple avec lequel J’ai parlé du ciel le long de tant d’années, oh, apprends comment on peut dire que tu es avec Dieu sur la voie, car Il ne t’a pas demandé les pieds sur la voie avec Lui, mais le cœur avec Son amour et l’obéissance venue de la foi et selon l’action de la foi, pas la marche avec la chair, avec les pieds de la chair et l’esprit vivant toujours dans le monde, c’est-à-dire avec la pensée et son œil, car si on prend du monde, on n’est plus sur la voie avec Moi, mais on est avec le monde, et c’est du monde que l’on est.

Oh, les fils, prenez du Saint-Esprit pour naître toujours de Lui, afin que vous puissiez être des Miens et de Mon Père. Le Saint-Esprit a été la semence de laquelle Je suis né Petit Enfant comme l’homme, et Je suis venu en passant par sein de Vierge, pour Me montrer né sur la terre. C’est le Saint-Esprit Qui a annoncé par les prophètes Ma venue par la Vierge, Fils du Père céleste, car le Saint-Esprit procède du Père, et le Père parle par l’Esprit–Saint tout comme le Fils, et le Saint-Esprit parle par les prophètes, tel que le Père veut accomplir et montrer Sa volonté, et que tu te nourrisses de la même façon, fils chrétien, et que tu ne cherches pas de savoir du scientifique, puisque tu entends se propager les dires de l’homme de science, tu ne le vois pas, mais tu le crois, et tu dis ensuite que tu crois. Oh, fais de même avec celles de Dieu partagés et entendues et tu vas voir ce qu’il y a de bon et ce qu’il y a de mal à prendre et savoir.

Et maintenant Je montre l’œuvre de Ma parole de ce temps et Je dis: Tout comme ils se sont séparés d’Israël Mes apôtres d’il y a deux mille ans pour venir après Moi et les paître Moi-Même, Celui né du ciel sur la terre par la Vierge, oh, c’est tout aussi que Je pais ceux avec lesquels Je vais maintenant en parole à travers la terre pour la naissance de nouveau du monde. Et tout comme ils se sont opposés les prêtres d’alors à Mon enseignement pour Mes disciples, tout aussi vous, les prêtres d’aujourd’hui, vous refuser de croire, et de plus, vous apprenez aux chrétiens de Nous considérer Moi et eux loin de vous et de votre obéissance. Oh, mais ils M’obéissent tout comme Mes disciples d’il y a deux mille ans, avec lesquels J’ai continué l’histoire de Dieu sur la terre, et tout aussi il se passe avec ceux d’aujourd’hui, car vous ne Me recevez pas dans votre maison avec Mon bien pour vous, et vous faites comme ceux d’alors, et vous ne voulez pas croire à Ma parole du milieu de Mes disciples d’aujourd’hui, et qui sont d’entre vous, pas de ceux étrangers de la tradition de l’église, comme beaucoup qui s’en sont éloignés.

J’ai mal pour vous pour demain, pas pour aujourd’hui, et c’est pour cela que Je parle de temps en temps avec vous aussi, et Je vous prie de ne pas être Mes ennemis comme les prêtres d’alors, de ne pas être adversaires de Ma venue à ceux petits d’entre vous, car vous ne vous en réjouissez pas, mais vous vous imitez les uns les autres dans l’incrédulité presque tous, car c’est ainsi que vous avez trouvé bon de travailler avec Moi, avec Ma parole d’aujourd’hui. Mais Moi Je vous exhorte chaudement: ne soyez pas incrédules jusqu’à la fin, mais croyez, les fils! Oh, si vous étiez vous aussi sous l’esprit de l’obéissance envers Moi, comme ils le sont eux!

Oh, si ce n’était pas Moi, le Seigneur, cette parole sainte, elle aurait depuis longtemps disparue cette source vive, par laquelle Je parle depuis presque soixante–dix ans, avec histoire écrite sur cette terre, mais Je viens du ciel, Je viens sur les nuées pour la naissance de nouveau du monde, oh, fils entêtés. Oh, pourquoi les choses sont-elles ainsi avec vous?

J’ai dit il y a deux mille ans: Trouverais-Je encore la foi sur la terre quand Je viendrai pour venir? Voilà, J’ai mis la foi en ceux-ci en ceux qui M’ouvrent quand Je frappe, et du ciel J’ai dirigé un peuple auquel J’ai donné conseil et nourriture de parole et que J’ai voulu paître Moi-Même. Oh, que de temps est passé depuis que Je Me tiens à votre porte aussi, et Je frappe pour que vous vous décidiez d’observer attentivement Ma parole, Me croire par elle, Me recevoir dans votre maison et Me dire: Sois le Bien Venu! Que vous eussiez fait vous aussi comme le prêtre qui élevait Samuel, car celui-là avait appris à Samuel de Me recevoir, de répondre à Mon appel, il l’avait appris à M’obéir, et Samuel a grandi et il est devenu grand prophète sur Israël, et il savait de Moi pour le peuple, oh, et on a écrit dans les Ecritures l’histoire de Dieu avec Samuel, tout comme aujourd’hui on écrit Mon histoire avec ces disciples fidèles envers Moi et engagés pour Moi, et qui sont d’entre vous. Qu’ils eussent écouté les grands de l’église et du pays, qu’ils eussent M’écouté par eux, tout comme les rois de la terre écoutaient de Daniel, Mon prophète. Voilà, on écrit cette histoire sur la terre en votre temps et vous êtes écrits comme incrédules, comme les prêtres d’il y a deux mille ans, comme les rois d’alors, car il est écrit dans les Ecritures que Je viens et Je pais Moi-Même Mes moutons.

Oh, ne soyez pas fâchés contre Moi, contre eux, contre ceux qui servent à Ma parole pour eux, car Je viens avec les nuées et Je lance Ma parole au-dessus d’eux pour qu’elle soit mise dans son livre quand elle vient.

Ces fils-là ne sont pas séparés de vous. Oh, ne vous fâchez pas contre eux parce qu’ils Me sont soumis, car Me voilà au milieu d’eux, parole et garde, et Moi, Je suis plus grand que vous, fils serviteurs. Ceux d’il y a deux mille ans s’inquiétaient de ne pas perdre la chaise de maître, et pour cela ils M’ont considéré leur ennemi, mais ils ont eu tort, ils ont vu cela ensuite et ils en eu très mal. Oh, ne soyez pas comme eux, mais croyez, car Je ne prends rien, rien de vous, mais Je vous donne, Je vous aime, même si vous êtes si froids, que vous Me laissez dehors.

Oh, que vous ai-Je fait de mal? Que vous ai-Je pris des vôtres, pour que vous Me punissiez en ne M’ouvrant pas? Les gens d’alors M’ont mis sur la croix. Mais les païens M’ont reçu et ils ont cru que J’étais venu du Père sur la terre, et c’est la même chose aujourd’hui, puisque la foi n’est pas à tous, mais elle est à ceux qui s’humilient pour Dieu.

J’ai écrit livre céleste en jour de fête pour Ma naissance sur la terre et J’ai voulu attendrir les durs, les endurcis.

Vous, les fils, qui croyez à Ma parole, luttez contre l’esprit qui peut vous perdre, et reconnaissez son visage et son œuvre trompeuse sur ceux qui croient de Dieu. Si quelqu’un sort d’entre vous considérez-le comme Mon ennemi et prenez soin de rester dans la racine, les fils, car le vent, celui depuis deux mille ans adversaire à Ma marche avec l’homme, il est tout aussi fort que pendant tous les temps, sur tous ceux qui s’attachaient à Dieu, à leur salut, celui de Dieu.

Cherchez que votre prière soit bien reçue et que vous ayez la beauté de l’âme, pour votre stature devant Moi, les fils. Les grands pécheurs ont su comment prier et elle a été entendue leur prière, ils ont pardonné et on leur a été pardonné aussi. Mais si Israël a persécuté son frère, il est tombé en dur esclavage, et au temps du malheur les fils d’Israël se sont repentis et ils ont été pardonnés et délivrés ensuite, mais autrement elle est faible la prière, il est sans force le cri vers le ciel.

Le jour de Ma naissance a été grand mystère, car Je suis venu pour Me rendre connu et accorder de l’aide à celui qui va Me connaître. C’est ainsi que Je travaille toujours, car de la pitié J’ai encore, et J’ai comme appui Ma mère la Vierge et Nous Nous consolons dans les douleurs.

Oh, Ma mère, mère Vierge, c’est Notre fête, Ma mère. Nous sommes ici dans la cité avec les saints, Nous y sommes avec le ciel, Ma mère.

— Nous sommes à la maison ici, à la maison comme au ciel, puisque Tu as maison ici, Nous avons maison ici, mon Fils, Jésus. Elle est douce, et la douleur aussi est douce, il est doux le souvenir de la joie et de ma douleur d’il y a deux mille ans, lorsque le Père T’a mis Petit Enfant sur la terre et moi, je T’ai reçu et je T’ai protégé et je T’ai nourri comme la mère le fait pour son fils. Oh, il est doux tout ce qu’il y a avec Dieu sur la terre ! Il est doux le souvenir de Ta naissance, bien-aimé Fils ! Elle a été belle toute la victoire, celle pour Toi, pendant les temps de persécution contre Nous, toute comme celle d’après Ta crucifixion et Ta résurrection, lorsque mon esprit a retrouvé la paix, car Tu as été vainqueur.

Gloire à ceux d’en haut, au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et de la paix sur la terre pour le jour de fête de Ta naissance d’il y a deux mille ans, Fils Jésus! Oh, prends soin d’eux, de ceux qui Nous soutiennent pour que Nous soyons sur la terre pour le grand accomplissement du renouvellement, Seigneur! Tu as été Dieu entier, mais Tu as été bambin aussi, pour que nous puissions avoir le royaume des cieux, Fils et Dieu enfant.

A Ton amour il convient de la gloire et de la dévotion, et cette attente Nous fait mal encore, elle Nous fait mal encore, mon Fils bien-aimé.

— Oh, Ma mère, elle est douce et l’attente aussi. Avec Dieu tout est plus facilement à porter, avec plus de consolation, Ma mère.

Oh, Mon Père, que Ta volonté soit faite sur la terre comme dans les cieux, Mon Père ! Protégeons avec tout le ciel cette terre, et ce que Nous avons sur lui, Mon Père, puisque la victoire vient comme récompense pour ceux qui ont patience sans limites, Mon Père.

Oh, les fils, paix à vous! Je suis avec le Père, Je suis avec Ma mère la Vierge, Je suis avec ceux du ciel ici chez vous. Paix à vous, les fils! Qu’il le soit sur la terre comme au ciel! C’est cela Notre attente toujours, toujours.

Paix à vous, paix à vous, paix à vous, les fils! Amen, amen, amen.

07-01-2021

La Parole de Dieu à la Fête du Saint Prélat Spiridon


à l’intention des nations et des peuples et des langues

On met sur la terre nourriture de parole venue avec les nuages, tel qu’il est écrit, et la parole prend place dans son livre, au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit, et elle ira à travers la terre avec le propos de Dieu la Parole, car Dieu travaille la naissance de nouveau du monde, c’est Lui, et pas l’homme, oh, ce n’est pas l’homme qui travaille cela, et Je Me lève Moi, le Seigneur, dire à l’homme de partout que c’est Moi Qui ai fait le ciel et la terre, les visibles et les invisibles de Dieu, et que l’homme est tout a fait petit, même s’il a voulu dès le début se croire et se voir plus grand que Dieu le Créateur, mais l’homme est petit, et pourtant ce petit ne veut obéir à Dieu, et s’il n’obéit pas, Je viens Moi lui dire et lui montrer que Dieu veille d’en haut avec Ses saints et Ses anges, Il veille le Seigneur sur la terre et sur les hommes, Il veille à tout instant et Il travaille mystérieusement pour préparer la grandeur de Son royaume entre la terre et le ciel, et il faut que l’homme s’humilie devant cette parole. Amen.

Presqu’une centaine d’années s’est écoulée depuis que l’homme antéchrist a voulu changer les temps et déplacer les fêtes du Seigneur et des Saints, en commençant alors par ce succès sa lutte contre Jésus-Christ, le Fils de Dieu le Père, Celui Qui a pris chair de la Vierge il y a deux mille ans et Qui est né vrai Dieu du vrai Dieu, de la même nature que le Père, car c’est par Son Fils, la Parole que le Père a tout fait, le ciel et la terre, les visibles et les invisibles de la création de Dieu, tout.

Le Père est en Moi, et Moi Je suis dans le Père, oh, et c’est seulement ainsi que l’on a travaillé et qu’on travaille, tout, car l’homme a toujours essayé et essaie encore d’abattre Dieu pour qu’il soit son propre Dieu, lui, qui ne peut faire cela, mais son obstination est vraiment grande.

Je travaillais dans le bonheur, Je travaillais par la parole et ils se montraient le ciel et la terre, et après chaque parole à accomplir Je regardais et Je disais: «C’est bon». Mais après avoir fait l’homme J’ai perdu d’un coup tout le bonheur et la douleur est venue, et l’homme M’a donné dès le début la douleur, puisqu’il a souhaité plus qu’il était, et celui qui n’est pas content de sa position de hauteur et de qualité, celui–là naît le mauvais esprit, l’esprit qui s’oppose au bien venu de Dieu et à la volonté de Dieu avec l’homme.

Depuis sept mille ans c’est la douleur que J’ai de l’homme, oh, et c’est pour cette grande douleur de Dieu que Je suis descendu d’auprès du Père il y a deux mille ans, car le Père m’a envoyé pour commencer la réparation et la création de nouveau du monde et de l’homme, pour renouveler tout et venir vers la joie celle du début, oh, et c’est seulement en pleurant que Je travaille et que Je parle. Je pleure Ma douleur venue de l’homme, et J’ai choisi un lieu où Je travaille par la parole sur ton foyer, Mon pays d’aujourd‘hui. Oh, tu as grand nom au ciel, pays roumain, et il restera grand ton nom au ciel et sur la terre, car l’homme antéchrist a mis et met au travail opposé à Dieu le projet caché aux hommes, celui d’effacer de la terre le nom de chrétien, et le mystère d’église de Jésus-Christ, le mystère du nom de chrétien dans les peuples qui ont l’orthodoxie de voie, tel qu’il est nommé le troupeau à nom saint, celui de Jésus-Christ.

Oh, pays, fais attention, tu as sur ton front nom écrit du ciel dès le début, et surtout depuis Ma naissance sur la terre, lorsque le peuple d’Israël M’a jeté et a voulu Me perdre par la croix, mais il n’était pas possible que Dieu périsse, oh, et ils ont tous été effrayés quand Je fusse ressuscité et J’eusse bâti Mon église pour en être sur la terre avec les hommes jusqu’à la fin, tel que J’avais dit que Je le serais.

Oh, prend garde, Mon pays d’aujourd’hui, Je suis en toi en parole depuis presque soixante–dix ans et elle s’accomplit la prophétie sur ton nom, celui écrit dans les Ecritures. C’est à cause de Ma parole sur toi que les anges ont écrit grand nom sur toi: Là, il y a le Seigneur, oh, et satan voit le nom et Ma parole sur ton foyer et il a peur de toi tout comme de Moi, mais Moi Je t’embrasse à douce parole, car Je suis le Consolateur envoyé du Père te paître en ce temps dur et t’élever vers Ma gloire avec toi, vers les commandements de la vie et vers la délivrance, car tu es sous la servitude, celle peu claire pour tes chrétiens, puisque l’œuvre opposée à Dieu a toujours travaillé furtivement, parce que l’esprit de satan connaît la destinée que tu as de Moi, et toi, pays, tu sers de cible à l’esprit antéchrist, puisque tu tombes de Mon bras et que tu fasses selon le plaisir de satan, car elle lui fait mal l’œuvre de Mon église, qui n’est pas tombé de son mystère sur ton foyer, mais elle est dans l’embarras, contrainte par ceux qui n’ont pas Mon église, la vraie, et qui se sont réunis ensemble pays avec pays pour t’attraper toi aussi et te retirer le mystère d’église de Jésus-Christ.

Oh, J’en ai mal et Je Me lève au combat avec les anges et les saints pour t’embrasser tout autour et te protéger de ceux qui te veulent sans Dieu au-dessus de toi et au milieu de toi, et malheur à ceux qui luttent avec Dieu, malheur, Je leur dis ! Je vais faire avec toi tout comme Je l’ai fait avec les cités sauvées de la perte par grande repentance et par grand réveil, car Dieu leur envoyait un messager lorsque Sa miséricorde se décidait de sauver de menaces de l’ennemi ceux qui se trouvaient pris sous le péché, car le plaisir du diable le voilà: mener l’homme vers le péché, vers la sauvagerie, afin que les hommes ne ressemblent plus avec ceux du ciel, avec ceux qui se sont sanctifiés sur la terre pour se délivrer de l’enfer et pour entrer dans le paradis de Dieu.

Oh, esprit adversaire, ça suffit! Tu entends? Ca suffit! Ecarte-toi! Laisse Ma créature qu’elle fait Ma volonté, car ce n’est pas toi qui as bâti l’homme! Va-t-en en tournoyant et prends maintenant ton châtiment pour ton haineuse action d’effacer Dieu de l’âme et de la pensée de l’homme chrétien! Voilà se serrant l’épha de tes tromperies. Tu as mené l’homme vers grande chute, mais Je Me suis levé, Moi, le Seigneur Jésus-Christ la Parole, Celui Qui a fait le ciel et la terre et l’homme, le soleil et la lune, toutes les magnifiques choses et tous les logis d’entre le ciel et la terre, car dans la maison de Mon Père il y a beaucoup de logis, et toi, tu ne connais pas les secrets de Dieu et tu tâtonnes et tu baragouines seulement des bêtises, pour faire perdre la tête à beaucoup de ceux qui voudront te croire, mais non, car c’est Dieu Qui a fait le ciel et la terre et Il tient sous Son pouvoir le mystère de la création, et toi tu te mêles, tu tires de ton cru et tu dis qu’il y en a plus de planètes et de genres d’hommes et qu’ils viendront eux aussi sur la terre. Oh, d’où t’es-tu inspiré pour parler ainsi, si non de l’esprit de tes ténèbres, pour tromper si possible même ceux qui sont des chrétiens connaisseurs des mystères de Dieu avec les hommes sur la terre.

Voilà, Je vais au-devant de toi, esprit du mensonge, pour t’abattre avec le souffle de Ma bouche, comme il est écrit dans les Ecritures que Je vais te mettre en fuite de partout, car elle est écrite dans les Ecritures de Dieu ton œuvre, par laquelle tu frappes le Christ et la maison du Christ, l’homme, et l’église du peuple chrétien, baptisé depuis deux mille ans pour qu’il vive sur la terre avec le nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit sur le front et sur la raison et sur le cœur fidèle à Dieu dans l’homme.

Je vais te vaincre sur l’heure, mauvais esprit, Je vais te vaincre, homme qui lutte avec Moi, car Je lève maintenant Mon église et ses serviteurs à grande et sainte veille et à la repentance avec humilité, afin que Je fasse belle Mon église et que tu aies peur de son éclat, de celle que tu as persécuté dès son début, lorsque tu abattais ses saints par les empereurs avec lesquels tu prétendais régner sur la terre.

Oh, malheur à toi, esprit ténébreux, esprit mauvais, qui t’es glissé dans l’homme par la désobéissance du début de l’homme dans l’Eden! L’homme a pris de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, et tu l’as toujours poussé vers le mal pénétré dans son ventre, quand il a pris de l’arbre. Mais Moi, Je viens et Je te dis ce que tu as fait, et Je dis à l’homme d’enrichir le bien goûté de l’arbre, car durant sept mille ans il a fait le mal, celui pris de l’arbre. Cet arbre-là était sous la garde de Dieu, mais l’homme a travaillé furtivement à cause de toi, car tu t’es mis à l’instiguer au mal, à la désobéissance envers son Créateur. Mais maintenant c’est la gloire du Seigneur qui vient sur la terre, c’est le Seigneur en parole Qui vient sur le foyer du peuple roumain et Il réveille Son église et Son œuvre, celle bâtie il y a deux mille ans et la parole et Mon engagement au travail saint, car c’est Moi Celui Qui doit nourrir Mon troupeau, le garder et le paître.

Tu as divisé Mon troupeau, esprit ennemi de Dieu et de l’homme, toi, celui qui a travaillé Ma crucifixion, en pensant que tu vas Me perdre et que ce sera toi le maître de l’homme. Tu as semé la discorde dans Mon église il y a deux mille ans par ceux sans fidélité du troupeau. Tu as frappé ensuite à plein il y a cent ans en ébranlant la garde dans l’église, pour qu’elle perde l’obéissance envers les choses premièrement établies par les saints et par les pères, mais Je n’ai pas quitté Mon église et Je l’ai gardé la Mienne, et c’est ainsi que J’ai avancé avec Ma préoccupation pour elle, et maintenant Je veux lever au repentir tout le peuple chrétien et relever en même temps l’état saint et quitté depuis longtemps par les chrétiens, et leur donner de nouveau du pouvoir pour accomplir les commandements de la vie et le relèvement vers une foi forte, et Je veux établir la veille dans Mon église avec Ma parole pour elle, car voilà, l’homme sans la direction du Seigneur sur la terre n’est pas un homme libre, mais il est esclave et outil du diable, qui a tenté en Eden la femme, la poussant à pécher contre elle-même, contre son mari et contre Dieu, en foulant aux pieds le commandement de l’obéissance à Dieu et se cachant ensuite avec la désobéissance, qui les a menés à l’expulsion de l’Eden, faisant d’eux les esclaves du diable, tombés de la volonté de Dieu sur eux, et voilà, le diable travaille à plein dans ceux qui se croient libres à faire ce qu’ils aiment faire, et l’homme seul et sans Dieu n’a pas le cœur pur ni pour lui-même, puisque le cœur pur est celui qui se donne en entier à ceux d’autour de lui, et il n’a rien pour lui, car il n’est plus à l’homme, mais à ceux qui l’entourent, parce que ce n’est pas pour lui que l’homme a le cœur, mais pour ceux d’autour de lui.

Oh, c’est mal sans Dieu, mal à vous, hommes hostiles à Dieu. Vous essayez d’échapper à Dieu comme Adam dans l’Eden et vous croyez pouvoir le faire. Vous luttez aveuglement pour effacer le témoignage de Jésus-Christ sur la terre, mais Je vous annonce du ciel, Moi, le Christ du Père, Je vous annonce qu’il vient le moment douloureux, le moment où vous penserez que vous avez vaincu, mais quand vous serez vaincus comme Lucifer, celui orgueilleux devant Dieu, et vous serez capturés par les anges de Dieu, ceux qui veillent entre le ciel et la terre sur tous les mystères et sur tous les porteurs de Dieu et de foi sainte, et tous les porteurs de satan seront serrés et liés ensemble, et ils recevront le châtiment qu’ils connaissent des Ecritures, qu’ils suivent minutieusement, pour essayer une victoire contre Dieu, mais non, car il est écrit Christ le vainqueur, pas satan, pas l’antéchrist, celui qui se tient caché pour travailler dans l’obscurité, et qui ne veut pas qu’on sache qu’Il vient le Seigneur, qu’elle vient la lumière, qui va le montrer dans ses repaires, avec tous ses anges, vêtus comme lui.

C’est vous seuls qui versez sur vous la coupe de la colère, vers laquelle vous tendez la main, sans savoir que c’est cela que vous faites, mais Je le sais Moi, le Seigneur, et c’est toujours Moi, Celui Qui vous met en tête de faire ce que vous faites, ce qui va tomber sur vous par le souffle de Ma bouche, conformément à ce qui est écrit sur votre défaite.

Je vous dis à vous, porteurs de satan, et à vous, serviteurs de l’esprit de l’antéchrist, Je vous dis qu’entre le ciel et la terre il y a les logis célestes, et ils sont nombreux les logis du Père, et il y a les anges Siègeurs et les anges Réigneurs, il y a des anges Geneseurs et les anges Maîtriseurs et les Archanges, et les Anges, et ils sont là-bas les Chérubins et les Séraphins, toutes les puissances célestes qui servent à Dieu, et l’homme passe parmi elles dans les airs et il ne les voit pas, puisque l’homme ne voit pas Dieu et les choses invisibles de la création de Dieu, choses qui se sont laissées vues par quelques-uns de la terre le long du temps, pour qu’elles soient écrites les découvertes, descendues de Dieu, car on a vu des anges en luttant dans l’espace comme les soldats pour les gens bons de la terre et abattant les travailleurs de satan, de peur que les ennemis du Seigneur ne s’atteignent pas du vin et de l’huile de ceux avec la sainte croix sur leur front, de ceux scellés par l’arme victorieuse, par laquelle Moi, le Seigneur, J’ai vaincu le maître de ce siècle, satan, et tous ses anges.

Oh, seulement ceux qui tremblent à Ma parole, seulement ceux qui ont dans leur nature la crainte de Dieu, seulement ceux-là ont la vraie foi et voie convenable pour les pas de leur vie avec Dieu sur la voie, car ceux-ci ont peur de mener autrement la vie, ils ont peur parce qu’ils craignent Dieu, et la crainte de Dieu les rend sages pour suivre les commandements de la vie, tel que Dieu veut et demande, tel que le Seigneur a laissé à l’homme d’accomplir devant Lui.

Amen, amen, Je vous dis, porteurs de satan, il y a des empereurs païens, pharaons du monde assoiffés de sang et de grandeur et de pouvoir sur la terre, il y a eu le mauvais esprit dans tous les païens qui ont pris de hautes positions au-dessus de Dieu et sur les hommes, et maintenant vous voilà vous, ceux qui essayez de vous atteindre des peuples et pays orthodoxes, et vous êtes Mes ennemis d’aujourd’hui, et de ceux baptisés avec Mon nom, et voilà, vous voulez frapper ces pays qui ont Mon église au service de Dieu, pour leur bien avec Dieu comme protecteur, et pas avec les hommes, qui ne veulent que d’être grands sur les hommes et c’est tout. Je vous annonce qu’il vous arrivera ce qui est arrivé à ceux d’il y a deux mille ans, après Ma résurrection, à laquelle ils ne s’attendaient pas, oh, et c’est la même chose que se passera maintenant aussi.

Je dis à vous, adversaires de Dieu, que Moi, J’étais avant qu’ils soient bâtis le ciel et la terre, et Je vous dis encore: Laissez au Seigneur ce qui appartient au Seigneur, et vous prenez votre part et mettez-vous de côté, puisque les pays chrétien-orthodoxes sont Mon héritage et J’en ai au travail la sainte et divine Liturgie, que J’ai établie il y a deux mille ans par Mes disciples, et par laquelle Je suis avec les Miens jusqu’à la fin du temps, et les pays païens qui frappent Dieu et la volonté de Dieu et les fils du peuple chrétien, ces pays-là ne peuvent être sœurs avec les pays chrétiens, qui sont sous le sceau de Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit et sous le signe de la sainte croix.

Quant au pays des Roumains, mettez de côté votre travail caché sur le sort de ce peuple, car Me voilà parole descendue du ciel avec les nuages au-dessus de lui, tout comme avec les nuages Je Me suis élevé au Père après Ma résurrection, par laquelle Je Me suis prouvé vrai Dieu, et maintenant, à la fin de temps, Je parle la langue du peuple roumain, et J’écris l’Evangile de Ma venue pour la deuxième fois d’auprès du Père à l’homme, et J’ai presque soixante-dix ans d’histoire de Ma parole au milieu de ce peuple, Mon élu dès le début de Mon église sur la terre, et Je veux faire lumière sur la terre par la venue aux Roumains en parole, à ceux qui portent Ma venue et son mystère et Ma victoire, celle qui s’approche.

Vous, peuples de la terre, écoutez: Je suis Celui Qui est. Je suis le Fils de Dieu le Père, le Christ Celui ressuscité. Je vous parle dans la langue du peuple roumain et Je vous appelle près de Mon amour et de sa source, qui se fait parole de désir saint au milieu de la terre roumaine. Oh, ne vous demandez pas pourquoi ici. Je vais vous parler Moi, le Seigneur de ce grand mystère et Je vais vous consoler au temps de grande lumière, car elle vient la lumière. Entendez-vous ce que Je dis? Qu’elle vienne et qu’elle soit la lumière! Entendez-vous ce qu’Il dit le Seigneur? C’est Moi Celui Qui vous ordonne du ciel que vous entendiez!

Vous, peuples, et fils des peuples de la terre, ne vous laissez pas payés et égarés par les incrédules, et tentés avec des fonctions de la part des fils des ténèbres, pour qu’ils rependent par vous leur mensonge. Oh, ne vous laissez pas portés par le mensonge, par ses faits trompeurs, car le profit injuste, et surtout celui gagné dans la lutte contre Dieu, aura de mauvais payement et il pleura l’homme trompé par le mensonge qui avance comme l’orage qui fait d’affreux ravages, et tous les fils du mensonge seront pris à l’insu, quand ils ne s’y attendent pas, et des douleurs de chair et d’esprit viendront sur eux, des cuissons et des souffrances sur ceux qui frappent Dieu, Celui Qui S’approche avec pitié de ceux qui sont coupables envers Lui, pour les guérir de leur péché, Il s’approche de ceux séparés de Dieu par le péché, car il y a de bonne éternité ou de mauvaise pour tous, et ce jugement appartient à Dieu, non pas à l’homme.

Il fallait que Je lance cette parole face à face avec la lutte de l’homme satanique contre Dieu et l’église de Dieu et lui dire que n’est pas l’homme adversaire qui est le vainqueur, mais Moi, Je suis son vainqueur, c’est Moi, puisque c’est ainsi qu’il est écrit dans le Livre de la Vérité, qu’il suit des yeux et du doigt pour faire son travail et faire la guerre à l’Agneau de Dieu, à Celui Qui est ressuscité de la crucifixion il y a deux mille ans, et Il en a prouvé Sa venue du Père aux hommes, et lorsque le maître de ce siècle a été jugé.

Vous, dirigeants de peuples, avec l’église orthodoxe sur votre foyer, gardez votre peuple de l’esprit de l’antéchrist. Levez-vous et criez après le Seigneur afin qu’Il vainque pour vous contre satan et antéchrist ! Sortez du milieu des adversaires de Dieu, si vous êtes mêlés avec ceux qui ne sont pas les chrétiens de Mon église, par laquelle J’ai réservé Mon amour sur la terre et Mes dons saints pour les hommes.

Toi, Mon pays d’aujourd’hui, Mon pays roumain, oh, tu n’as plus de protection pour toi, tu n’en as plus. Tes dirigeants ne veulent pas que tu sois la Mienne, et ils t’ont quitté ceux qui devaient te garder des ennemis, ils servent à tes ennemis et à ceux de ton église, mais Je viens Moi et Je suis avec toi et Je dis à tes dirigeants qu’ils ne t’oppriment plus, qu’ils ne te laissent plus aux étrangers, qu’ils ne te donnent plus aux mains de ceux qui n’ont pas Dieu de Maître, parce que tu es la Mienne, tu es Ma patrie d’aujourd’hui, où J’ai préparé la demeure pour Mon si grand travail sur la terre maintenant, à la fin du temps.

Oh, il est venu te diriger il y a longtemps un bon roi, Mon pays, et il n’avait pas ta foi ni église comme la tienne, mais il s’est humilié, il s’est incliné comme ton sauveur de Ma part, et il s’est baptisé dans ta foi, oh, et pour cela tu as pu croire et avoir confiance qu’il te fait du bien. Mais aujourd’hui tu as des dirigeants sans pitié, qui prennent pour toi à titre d’emprunt pour te séparer de Dieu, mais non, lève-toi et tiens-toi de Ma part, toi, pays chrétien orthodoxe. Oh, lève-toi et veille jour et nuit pour qu’on ne déchire pas ta chemise de chrétien, car c’est habillé que Je dois te trouver.

Oh, Mon pays, tiens-toi en veille, c’est Moi au gouvernail, car tu n’as pas de pitié pour toi sur la terre. Je veille jour et nuit au-dessus de toi pour toi et pour le travail que Je fais de toi au-dessus de la terre. J’exhorte dès l’aube ceux du ciel pour ta garde. Du lever à l’autre lever du soleil, voilà combien Je te veille et Je te prépare pour la fête de Mon jour de gloire, car elle est grande la gloire sur toi, celle pour Moi avec toi! Le soleil se lève, il se couche et il se lève encore, et c’est toujours ainsi que Je travaille avec toi, et le mensonge périra et satan aussi, et elle va venir sur toi la gloire du Seigneur, tel qu’il est écrit.

Oh, il est saint ce jour. Sur la terre on sait que c’est la fête de Noël, et dans le ciel elle est écrite la fête du prélat Spiridon, celui qui témoigne de Dieu, Celui loué en Sainte Trinité sur la terre. Ce serviteur traverse la terre tout le temps et il travaille secrètement avec Dieu entre les hommes.

Oh, que feras-tu, monde, lorsque tu verras comme au cinéma l’œuvre des puissances célestes et de Mes saints et de Mes anges, combien elle a été grande et sans arrêt? Oh, monde, où vas-tu te cacher avec tes incrédules?

Mon prélat Spiridon s’incline pour dire sa joie, car Moi, le Seigneur, J’ai parlé aux peuples de Ma vérité et la leur, la vérité que Dieu est chassé de la terre par les peuples qui ne veulent pas Dieu dans leur vie.

— Oh, Seigneur, elle suffit Ta parole, et moi je me réjouis de Ta grande gloire, et je me tiens sous Ton œuvre et sous sa source du milieu de la terre roumaine, et tous Tes saints, nous aimons d’être Roumains, tel que Tu as aimé d’être et de parler maintenant, à la fin, cette douce langue, celle du début et celle de la fin de temps, Seigneur.

— Moi, le Seigneur, Je suis ton Pasteur, peuple roumain, Je t’aime avec l’amour du Père, et le Père est en Moi. Oh, rappelle-toi de Dieu, Mon pays d’aujourd’hui. Le Seigneur réveille maintenant ton esprit et ta veille. Qu’ils se lèvent vers le repentir tous tes prêtres et qu’ils te consolent, car les grands du pays ne te dirigent plus vers Dieu, mais ils ont fermé l’église et ont bandé la bouche des chrétiens. Oh, quel mensonge! Oh, combien d’audace a eu l’esprit étranger de Dieu, et combien de coupable obéissance ont eu ceux qui s’inclinent sans se défendre et se lever, car on t’a poussé pour tomber toi, église du peuple roumain! Oh, combien vont-ils encore patienter le ciel et Mes saints? Oh, peu de temps durera encore cette patience sainte.

Oh, les fils, les fils, c’est ainsi qu’ils demandent Mes saints, mais Ma patience donnera grand fruit, les fils, et vous, prenez Ma parole et mettez-la sur la voie pour qu’elle aille et qu’elle travaille.

Gardez la cité de l’esprit du monde, oh, les fils, pour que le Seigneur seul ait Son pouvoir et Sa parole ici, et que personne du monde n’entre ici, car elle appartient au Seigneur cette cité.

J’ai parlé avec Mes adversaires et du peuple chrétien, et Je Me lève maintenant pour abattre la présomption de ceux qui veulent faire leur volonté sur la terre et sur les hommes et sur Mon église, celle choisie pour Moi, et qui veulent que Dieu soit mis de côté pour la volonté païenne sur la terre, mais Moi, le Seigneur, J’ai sur la terre des pays chrétiens, pas seulement des pays sans la volonté de Dieu avec eux.

Je mets Ma main sur le peuple chrétien de la terre et Je dis: Paix à toi, peuple chrétien de toute la terre! Paix à toi, église du Christ! Je viens bientôt! Tiens ce que tu as, que personne ne prend ta couronne! Garde Ma parole et témoigne en faveur de Mon nom, oh, peuple chrétien, et accomplis Ma volonté dans ta vie, car Je te donne du travail victorieux avec Moi sur la synagogue de satan, où ils mentent tous qui se déclarent les droits. Ils vont s’incliner devant Ma vérité de Mon fidèle église depuis deux mille ans, et Je vais les faire voir et savoir que tu as Mon amour avec toi, que Je t’ai aimé et Je t’aime sans limites, et que Je suis avec toi sur la voie vers le Père, et sur la voie du Père vers toi. Garde, donc, Ma parole et Ma volonté, car Je vais te défendre de la tentation qui met à l’épreuve le monde et ses habitants, comme il est écrit.

Oh, fils chrétiens, soyez vainqueurs par l’église et tenez vous sagement dans Mon bras et dans Ma secrète maison avec vous, et vous allez porter Mon nom sur le front, et le nom de la cité de Dieu, la Nouvelle Jérusalem, qui descend du ciel, et Mon Nouveau Nom: la Parole de Dieu. Et celui qui a des oreilles à entendre, qu’il écoute ce que l’Esprit te dis, Mon église, avec laquelle Moi, le Seigneur, Je porte Ma croix.

Oh, fils de Mon église, signez-vous, les fils, faites le signe de la croix et dites en le faisant: Au nom du Père, et du Files et du Saint-Esprit, c’est ainsi que vous devez dire et faire le signe de la croix, tel que le peuple chrétien doit faire sur son corps ce sceau, pour être gardé par le signe de la sainte croix, puisque là où ce signe et absent, en ce lieu c’est satan qui dirige avec sa volonté et tous ses mauvais travailleurs.

J’ai envoyé lettre céleste sur la terre maintenant, au jour où les langues, les peuples, les nations disent que c’est la fête de Noël selon leur habitude. Mais, Moi, Je serai avec la fête de la Naissance à sa place dans le calendrier chrétien, et Je parlerai alors avec la multitude, qui raconte les uns aux autres l’histoire avec le Père Noël, et d’autres disent les uns aux autres qu’il n’existe pas le Père Noël.

Moi, Je suis le Bon Pasteur, Celui à belle, très belle chanson, et Qui garde son troupeau des loups et de ceux vêtus de peau d’agneau seulement à la vue. Je suis Celui Qui paît Mes brebis et Je ne les quitte pas, et elles écoutent et elles écouteront Ma voix, et elles ne suivront pasteurs étrangers, car Je vais les réunir auprès de Moi, dans Ma sainte bergerie, dans Mon unique église, que J’ai laissée en héritage sainte à ceux qui Me suivent jusqu’à la fin, jusqu’à Ma venue, jusqu’au jour de la gloire avec elle, avec Ma mariée. Amen, amen, amen.

25-12-2020